Nous sommes actuellement le 18 Déc 2017, 04:03

[END]24h pour sauver la doc

La galaxie de Pégase réserve de nombreuses surprises et découvertes aux membres de l'expédition d'Atlantis. De nombreux peuples sont à découvrir, certains luttent contre les wraiths, d'autres les servent, et le reste essaye tant bien que mal de survivre...
Jennifer Keller
Médecin ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 62
Inscription: 08 Mars 2016, 15:20

Re: 24h pour sauver le doc [Alex | Lana | Jenny ]

Messagepar Jennifer Keller » 13 Juin 2017, 16:42

Jennifer sourit malicieusement en écoutant Byron parler : le norvégien ne semblait ne pas être très à l’aise avec l’anglais, ce qui pouvait peut être expliqué cette impression de grand solitaire bourru. En tout cas, elle allait lui faire remarquer qu’il pouvait lui lâcher la main, non sans rougir légèrement, mais voilà qu’un bruit les mis sur le qui-vive et qu’il lui lâcha la main pour se porter au-devant d’elle.
Jennifer déglutit en faisait un pas en arrière, affolée et pourtant bien silencieuse : elle tendait l’oreille et cherchait à voir dans la pénombre, mais n’y arrivait pas, ce qui accentua ses tremblements d’angoisse. Le moindre bruissement la faisait sursauter, pour autant, elle restait silencieuse et ne rompit le silence que lorsqu’ il lui demanda de se couvrir de boue…
Jennifer le fixa de ses grandes billes bleues, comme si elle avait mal entendu, ou espérait –secrètement- d’avoir mal entendu.

—Que… quoi ?

Jennifer regarda le sol autour d’elle tout en levant ses pieds de la boue dans un bruit de succion et fit une grimace qui montrait bien son dégout.

—Mais… pourquoi ?

Jennifer l’observa, attendant une explication à cette demande qu’elle ne comprenait pas. Puis, le bruit se répéta et ils virent débouler une sorte de biche qui prit peur en les voyant et bifurqua à droite, suivant la berge. Plus aucun bruit, mais la menace des wraiths pesait toujours ils en étaient tous deux conscients.

— Al…

Jennifer hésita une seconde. Elle avait bien faillit l’appeler Alexander, mais se rappela qu’il la vouvoyait et l’appelait « doc » : il y avait donc une distance révérencieuse entre eux, et elle ne voulait pas le mettre mal à l’aise en piétinant sa zone de confort. Elle se racla la gorge avant de le regarder droit dans les yeux. Jennifer paraissait aller mieux, bien mieux que lorsque le wraith l’avait « mangé », pour autant, elle avait quand même l’air fragile, et fragilisée, en cet instant.
Jennifer se mordit nerveusement la lèvre inférieure, cherchant son courage à deux mains.


—Byron ? Écoutez… je n’ai pas toutes vos connaissances du terrain et j’en suis consciente, mais… vous êtes vraiment «certain » que ce soit… nécessaire ?
Par ce qu’on ne sait pas ce qui… a… put…


Jennifer se tue progressivement devant l’air tout à fait sérieux du mercenaire. Elle baissa la tête en se pinçant les lèvres, déglutissant en se disant que non, il ne rigolait pas.

— …. Il le faut… c’est ça ?

Jennifer observait Alexander comme si elle espérait que ce ne fut qu’une mauvaise blague. Au bout d’un long silence pesant entre eux, elle se pinça les lèvres en prenant une profonde respiration. Un sourire étira ses lèvres, mais ce n’était qu’un sourire nerveux car en cet instant, la seule chose qu’elle aurait eu envie de faire aurait été de pleurer et de retrouver son lit pour se rouler en boule dedans en se disant que tout n’avait-été qu’un affreux cauchemar.

— Bien ! Alors s’il le faut…

Jennifer prit une longue respiration avant de se baisser, attraper du bout des doigts de la boue en déglutissant. Elle se releva, implorant Alexander d’un dernier regard. Comprenant qu’il ne reviendrait pas sur sa décision, elle respira profondément puis, ferma les yeux tandis qu’elle approchait ses doigts boueux vers sa joue et traçait une large bange d’une joue à l’autre, comme une indienne. Elle essayât de paraitre plus forte qu’elle ne l’était, faisait appel à tout le courage qu’elle le pensait pas avoir. Une fois ceci fait, elle rouvrit les yeux, un peu honteuse avant de redresser fièrement la tête en voyant qu’il l’observait.

— Je sais cette couleur ne me va pas au teint, pas la peine de me le faire remarquer!

[i]Un léger sourire en se réfugiant derrière un peu d’humour pour la peine. L’application de la boue avait l’avantage de la dissimuler lus facilement et surtout, de recouvrir le magnifique bleu violacée sur sa pommette droite : entre la boue et ses longs cheveux décoiffés ce bleu était totalement camouflé. Mais sa lèvre fendue elle restait encore la preuve visible qu’elle avait été maltraitée. Elle se pencha de nouveau et, attrapant plus de boue, s’en passa sur ses avants bras nus. Une fois recouverte de boue, Jennifer observa le grand blond en haussant un sourcil : et lui alors ? Il passerait inaperçu peut être ? Elle tandis une main gluante vers Alexander.


— Vous voulez que je vous aide à en mettre ? En plus, vous êtes chanceux, il parait que les cataplasmes à l’argile sont bons contre les hématomes ! …. Enfin, ne le crier pas trop sur la cité d’accord ? Sinon je n’aurais plus de travail.

Elle lui fit un sourire sincère cette fois-ci, avant qu’une explosion au loin ne la fasse sursauter et blémir de peur…

Alexander Byron
Mercenaire Socopex ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 62
Inscription: 08 Mars 2016, 15:38
Blog: Voir Blog (4)

Re: 24h pour sauver le doc [Alex | Lana | Jenny ]

Messagepar Alexander Byron » 15 Juin 2017, 15:49

La doc posait la question sur la boue alors qu'Alexander lui fit oui de la tête en lui expliquant que cela masquait la chaleur corporelle et faussait certains détecteur alors que le mercenaire s'attrapa légèrement le dos avant de regarder vers sa binôme.

"Jennifer, faite moi confiance, s'il te plait "

La voix du mercenaire montrait un fort accent du nord et ses difficultés avec l'anglais, le faisait passé du vous poli au tu sans qu'il ne s'en aperçoivent ou alors trop tard et il rougis remarquant ce qu'il venait de dire.

"C'est pas mal comme couleur"

Tenta-t-il de dire a la remarque sur le teint se baissant doucement en grimaçant pour s'en mettre aussi sur le visage et sur ses partis de corps qui restait humaine en ajoutant.

"Ce sera secret pour les cata ... truc si tu voulez pour l'aide"

en étalant encore de la boue en lui souriant aussi sincèrement pour la première fois en fixant la jeune femme qui semblait montré une soif d'apprendre qu'elle masquait pour les apparences avant de se figer a l'explosion alors qu'il semblait entendre comme un hurlement.

"Alexander 2 - Wraith 0, toujours se méfier du pentacle Byron"

Alors que la masse se releva en grognant et repris la main de Jennifer pour l’entraîner plus haut dans des eaux boueuses mais surtout près des possibles grottes et une cascade pour de l'eau fraîche, jusque maintenant l'instinct de Byron ne l'avait pas tromper et au fur a mesure il expliquait a Keller ce qu'il faisait pour trouver son chemin.


MJ

Du côté de chez Dupond et Dupond bin la, cela crie et chouine (enfin un Wraith peut-il pleurer ? vous avez 3h), mais revoyons l'action au ralenti chère Public.

Alors que Dupond grognant entraîna son collègue qui le calma d'un coup mais non il fonça et prit dans son élan il trébucha dans les câbles de mines que le blond avait préparé et un Wraith qui disparu en mode petit tas de viande pendant que son collègue faisant un vol plané contre un arbre ayant mangé l'onde de choc de plein fouet plus tout les débris de bois pierre propulsé en mode mitraille dans le corps.

Le ciel s'humidifiait et la pluie n'allait pas tardé alors que Byron lui allait vraiment avoir besoin de se poser et que Keller pu apercevoir une cascade et surtout des grottes près de l'eau pour qu'il puisse reposé.
Alors on Danse ?

- voila l'air => Diggy hole sur youtube

- et le pas de danse
Image

Jennifer Keller
Médecin ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 62
Inscription: 08 Mars 2016, 15:20

Re: 24h pour sauver le doc [Alex | Lana | Jenny ]

Messagepar Jennifer Keller » 16 Juin 2017, 02:53

Réticente et mal à l’aise à l’idée de se tartiner de boue, Jennifer regarda le grand colosse nordique face à elle d’un air plus que dubitatif. Mais il avait raison sur un point fondamental : elle devait lui faire confiance. Elle hocha finalement la tête, convaincue malgré elle par ce qu’il lui raconta. Il n’avait pas tort après tout, et il lui avait bien sauvé la vie tout à l’heure avec… le wraith. Un frisson parcourut l’échine de Jennifer alors qu’elle se remémorait la scène.

De toute façon, en le voyant se redresser de son mètre quatre-vingt-quinze, et prendre ce ton las mais profond, elle ne put que déglutit et acquiescer. Oui, elle lui ferait confiance, encore.
Elle avait bien remarqué qu’il avait des soucis de diction, mais ils arrivaient à se comprendre c’était l’essentiel, et elle ne releva pas quand il la tutoya. D’un côté, ce n’était pas qu’elle n’aimait pas encore « docteur Keller » mais c’était ça çà longueur de temps, alors un petit Jennifer par ci, par-là, cela lui donnait l’impression d’être autre chose qu’un stéthoscope sur une blouse !

— Attendez ! Quelle idiote je suis !

Jennifer se baissa immédiatement en voyant le visage d’Alexander, enfin, ce qu’elle voyait à travers sa barbe, se tordre de douleur. Elle venait en plus d’en parler, de son hématome ! Mais qu’elle était idiote quand elle s’y mettait…. Et la voilà qui ramassa de la boue pour aider Alexander en lui faisant un sourire compatissant, répondant au sien.

— Bien entendu voyons… ne bougez pas. Voilà. Par contre…

Jennifer s’arrêta dans son geste et leva un doigt vers son visage avant de reprendre la parole.

— J’ai peur de vous en mettre partout dans la barbe… je pense qu’il vaut mieux que je vous laisse faire le visage !
Elle ne put s’empêcher de rire légèrement en même temps qu’elle parlait. Elle le laissa faire le visage avant de venir étaler la boue correctement sur le derrière de son bras.

— Bien, et maintenant que faisons-nous ?

L’explosion la surprit et elle sursauta. Elle se demanda un instant de quoi il s’agissait avant de se rappeler qu’Alex avait miné les alentour de la cabane.

— Oh…. Il vous nous trouver…

Un regard complètement paniqué vers Alexander avant de se mettre à trembler comme une feuille et reculer en serrant ses mains l’une contre l’autre. Jennifer était apeurée, peut-être pour cela qu’il l’attrapa par la main, de peur qu’elle ne reste figée sur place, ou ne s’enfuie paniquée… mais pour aller où ? Non, elle n’avait nulle part où aller et elle lutta pour retenir ses larmes.
Il fallait reconnaitre qu’Alexander l’entrainait rapidement à sa suite, l’obligeant à être attentive sous peine de s’étaler dans la boue : Il était si grand qu’elle devait faire deux foulées pour l’une des siennes ! Et il parlait doucement, commentant ce qu’il faisait… sur l’instant elle ne réfléchit pas plus que cela à ça tan elle était effrayée… mais après coup, peut-être qu’elle se demanderait s’il n’essayait pas de la distraire, en tout cas, il y parvient. Remontant la rivière, ils cherchèrent des traces, un bosquet, bref, quelque chose qui indiquerait un emplacement sur pour eux.

Jennifer avait fini par reprendre son calme et avait lâché la main d’Alexander d’elle-même alors qu’ils cherchaient ils-ne-savaient-pas quoi.

Il se mit à pleuvoir. D’abord légèrement, cela devient vite torrentiel, mais au point où ils en étaient, ils ne dirent rien. C’était calme, si calme qu’on sentait la tension dans l’air, entre eux et la nature qui leur refusait une protection.
Jennifer ferma les yeux et chassa d’une main de la boue qui venait de lui couler dans les yeux, mais cela ne suffit pas. Son œil était irrité par les particules boueuses. Elle tenta de récupérer de l’eau de pluie dans ses mains, mais cela risquant d’être long et laborieux alors, elle se décida à s’approcher de la cascade qu’elle avait repérer plus tôt : de toute façon trempée comme elle l’était, les éclaboussures de l’eau tombant ne serait rien. Elle mit ses mains en coupe et récupéra de l’eau qu’elle se jeta au visage en arrêtant de respirer.

— Oh mon dieu c’est glacé !

Un frisson la fit trembler des pieds à la tête, et elle allait repartir vers Alexander, qui cherchait toujours une cachette, quand son regard fut attiré par un je ne sais quoi. Elle se retourna et fit face à la cascade en la fixant.

— Byron ? … Byron ? ……. Euh…. HEY ! JE CROIS QUE J’AI TROUVER QUELQUE CHOSE !

Jennifer ne bougea pas, si ce n’est pour tourner sur place en attendant qu’il n’arrive. L’air de rien, elle suivit son déhanché, l’affaissement de ses épaules, son pas plus lourd… Il était à bout.

— Regardez là !


Elle lui montra du doigt la cascade, mais on ne voyait rien. Rien qu’un mur d’eau éclaboussant tout sur les trois mètres alentour.

— Attendez… je vous promets qu’il y avait quelque chose… c’était Ah ! Ça vient de le refaire !

Le doigt tendu dans une direction, ils attendirent en silence que le phénomène ne se reproduise : un rayon de soleil se reflétant au travers du rideau d’eau.

— Je ne suis pas boyscout, mais si je fais appel à ma logique, on ne peut pas voir de lumière derrière une cascade… sauf… s’il y a une grotte derrière ! Ou un farceur qui aurait placé une lampe, mais cela me semble peu probable…

Et les voilà s’approchant de la cascade pour trouver l’entrée. Tout ce qu’ils y gagnèrent ce fut de se retrouver mouiller jusqu’aux os ! Quand ils réussirent à s’approcher assez près, ils ne virent qu’un trou dans la roche qui ne devait pas dépasser les vingt centimètre de diamètre.
Jennifer fit quelque pas en arrière en jurant silencieusement face à leur malheur. Elle se sentait tellement bête, inutile, incompétente en cet instant, que lasse, elle alla s’assoir sur un rocher près de la falaise, qu’elle avait repérer. Lasse, elle se laissa quasiment tomber sur le rocher et se griffa le bras aux épines de l’arbuste qui poussait entre ce rocher et la falaise.

— Aie….

C’était vraiment son jour de chance. Jennifer sentit les larmes lui piquer les yeux et ne put plus tenir plus longtemps : ses nerfs craquèrent. Elle n’était pas une guerrière. Elle n’était pas une aventurière sans foi ni loi. Elle se rendait bien compte que sortit de sa zone de confort, à savoir l’infirmerie de la cité, elle était une personne inutile et incapable, et ces pensées ne la firent que pleurer de plus belle.
Ses mains sur ses joues, elle essaya de se reprendre, car elle donnait un triste spectacle à voir, surtout quand Alexander se tourna finalement vers elle pour voir ce qu’elle faisait. Se baissant, elle attrapa de l’eau à ses pieds et s’aspergea le visage l’air de rien. Elle avait beau avoir les yeux humides, rouges et un peu gonflés, entre la pluie, la fatigue, il ne le lui reprocherait surement pas, mais elle ne voulait pas se montrer en spectacle pour autant.

– Qu’elle imbécile je fais… Je me suis griffé avec cet arbre... Je désinfecte ça et j’arrive !


Alors qu’Alexander se retournait pour reprendre les recherche plus loin, Jennifer enleva les sangles de son sac et le posa précairement sur ses genoux pour attraper un spray désinfectant.

— AHHH !

Le temps qu’Alexander fasse demi-tour, Jennifer avait tout bonnement disparut. Un bruissement à la droite du grand Norvégien, et en baissant les yeux, il put la voir, là, à quatre patte, derrière le rocher sur lequel elle était assise plus tôt. Ses cheveux étaient malmenés par l’arbuste épineux sous lequel elle était.


— Vous n’allez pas me croire... mais j’ai trouvé une grotte !

Peut-être parce que c’était la première bonne nouvelle, ou peut-être était-ce l’incongruité de la scène, mais Jennifer se mit à rire. Un rire franc, de ce genre de rire qui vous soulage et vous fait un bien fou, faisant disparaitre toute tension, toute peur. Un geste en direction d’Alexander et elle fit demi-tour, non sans s’égratigné de nouveau l’un de ses bras.

— Attention, ça pique…

Une fois de l’autre côté de l’arbuste, ils se trouvèrent dans une sorte de fissure de la roche, envahie de végétation. Au sol, une petite rigole, une future rivière en formation, mais ils ne seraient pas là pour la voir. Jennifer fit attention ou elle posait les pieds, ce qui était compliqué entre la mousse, les rochers, les petits arbustes épineux et coriaces. Elle soupira en faisant quelques mètres en avant de se retourner vers Alexander.

— La végétation. Elle s’arrête. Et il y a un couloir là ! Enfin… si on peut appeler ça un couloir.

Jennifer passa la tête dans l’ouverture et du reconnaitre qu’il ne fallait pas être épais pour pouvoir s’y faufiler. Ni une, ni deux, appelons cela le courage du débutant, elle s’aventura dans le passage avant de revenir quelques minutes plus tard.

— J’ai trouvé q… Byron ? Hey ça va ?

Elle s’approcha du mercenaire à l’entrée de la grotte et, se pencha sur lui, elle lui tendit une main en lui faisait un magnifique sourire.

— J’ai besoin que vous fassiez encore un effort. Après cela, vous pourrez vous reposer, c’est promis. Allez venez.

Et cette fois-ci ce fut elle qui le guida d’une main ferme, l’obligeant à se relever et à la suivre. Elle le fit passer par le passage, ce qui fut peut-être un peu dur vu le niveau de fatigue, mais une fois qu’il fut passé, elle alla récupérer son sac et le rejoint.

— Ce n’est pas très grand, mais ça fera l’affaire je pense… non ?

Un regard autour d’eux pour examiner la salle dans laquelle ils étaient. C’était une fissure de la roche qui s’élargissait assez en bas de la falaise pour leur laisser une sorte de couloir de cinq mètre de long sur trois de large. On voyait le jour en levant la tête, mais la pluie ne les atteignaient pas : le mut n’étant pas droit, l’eau coulait le long du mur opposé et les laissait eux bien au sec. Le seul souci, pourrait-on dire était le bruit de la cascade qui tombait contre le mur le plus proche et ils purent voir le trou qu’ils avaient repérer plutôt.

— Bien, on est au sec au moins.
« Ah ! Laissez-moi regarder votre… hématome. »

Jennifer attrapa son sac et le posa à côté d’Alexander avant de l’ouvrir prestement en cherchant ses bandages et ce dont elle aurait besoin. Puis, chassant une mèche de devant son visage, elle observa Alexander avant de lui proposer son aide…

— Je peux vous aider à vous déshabiller si vous voulez.

Elle était si sérieuse en cet instant qu’il fallut bien dix seconde pour que le contre sens de ce qu’elle venait de dire n’atteigne son cerveau, et qu’elle baisse la tête un instant en se mordant les lèvres. « Mais quelle nouille je fais ! ». Son t-shirt était tout aussi trempé que celui du norvégien et lui collait tout autant la peau, alors elle comprenait qu’il ne lui serait pas facile de le retirer avec sa douleur aux côtes !

— Enfin je veux dire que je peux vous aider à retirer votre t-shirt, si vous avez trop mal, pour que je puisse examiner votre … hématome !

Heureusement qu’il faisait sombre ou il aurait pu remarquer qu’elle n’en menait pas large. Pour autant, elle se montra très professionnelle et surtout très douce en tournant autour de lui, lui demandant par instant de respirer fortement, puis d’expirer, avant de lui palper les côtes.

— Il vous faudrait une radio, mais je ne pense pas m’avancer en disant que vous avez une voir deux côtes fêlées. Je suis désolé, mais à part refaire un bandage plus serré et vous donnez des anti-inflammatoires, je ne peux rien faire de plus ici.

Jennifer sortit une bande et observa Alexander un instant.

— On va faire différemment de tout à l’heure. Repliez les jambes. Voilà, et posez vos bras sur les genoux. Parfait. Comme ça, vous ne forcez pas, et vous n’aurez pas mal. Maintenant, laissez-moi faire.

Jennifer vint se placer à genoux dans le dos du grand blond et s’attela à mettre en place un bandage strap. Il y eut quelques secondes de silence, la tension retombant finalement, avant que Jennifer ne craigne qu’il ne s’endorme assit ainsi sur le sol.

— Hurm ! Tout à l’heure… vous m’avez parlé d’Odin et du panthéon viking. Je peux vous demander d’où vous venez ?

Alexander Byron
Mercenaire Socopex ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 62
Inscription: 08 Mars 2016, 15:38
Blog: Voir Blog (4)

Re: 24h pour sauver le doc [Alex | Lana | Jenny ]

Messagepar Alexander Byron » 19 Juin 2017, 16:35

Alexander faisait de son mieux pour expliquer les notions de camouflage qu’il employait de puis de longue année à Jennifer pour qu’elle comprenne mieux ce qu’il faisait.

Le mercenaire lui sourit quand elle l’aida avant de prendre ses mains et la guidé pour la barbe pour qu’elle voie comment faire sans que cela ne tir même si le soldat avait plus de mal a s’abaisser et se redresser et le faisait le moins possible.

Il l’a fixa rassurant pour l’explosion avant de l’entrainer et de voir la cascade et sentir la pluie, le mercenaire puisant dans ces dernières forces au niveau de la cascade pour rester debout alors que sa binôme pointa de son bras quelques choses.

Quelques instant plus tard, trempé jusqu’aux os et derrière la cascade, Alexander continuait ses recherches avant de se tourner vers Keller qui venait de se griffer et désinfecter son bras et puis de tout simplement disparaître.

Il prit sur lui de se retourner voir la doc assise avant de reprendre ses recherches avant de se retourner et ne plus la voir mais de l’entendre en se dirigeant vers la voix alors qu’elle parlait d’une grotte.

Appuyez sur le rocher la masse ne bougeait presque plus quand la doc réapparu pour venir l’aider tandis que lui n’en pouvait plus et qu’il fonctionnait en automatique se laissant faire et guider dans la grotte que la doc avait trouvé.

- « Je proviens du Nord de la Norvège et toi Jennifer ? »
Alors on Danse ?

- voila l'air => Diggy hole sur youtube

- et le pas de danse
Image

Jennifer Keller
Médecin ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 62
Inscription: 08 Mars 2016, 15:20

Re: 24h pour sauver le doc [Alex | Lana | Jenny ]

Messagepar Jennifer Keller » 19 Juin 2017, 16:52

Jennifer fut presque surprise d’entendre la voix d’Alexander tellement il semblait à bout de force.

– Proviens ? Tu… vous… voulez dire viens non ?
Quant à Moi, je viens de Chippewa Falls. C’est dans le Wisconsin… . Dans le nord des États-Unis, pas très loin du Canada,
rajouta-t-elle pas sûr qu’il ne sache vraiment ou cela était. C’est une petite ville très agréable, et propice aux sports d’hivers !

Un grand sourire éclaira son visage quand elle finit de bander Alexander avant de faire la moue en posant malencontreusement sa main sur le pantalon de scandinave.

— Dans votre état, il serait préférable de retirer votre pantalon. Pour le faire sécher. Et ne pas attraper plus de mal. Ca va aller ou vous voulez que je vous aide ? Et pas de chichi, j’ai vu défiler assez d’homme en caleçons, voir nus, pour dédramatiser cette situation !

Quelque temps plus tard, Jennifer, assise à même le sol, ne savait plus comment se mettre pour se sentir bien. Maintenant qu’ils avaient arrêtés de courir, le froid lui tombait dessus et ses vêtements détrempés n’arrangeaient rien. Son nez la piqua et elle se mit à éternuer. Une fois, deux, trois… elle passa sa main devant son nez avant de se dire qu’elle allait chopper la mort avec ses vêtements mouillés.

Elle observa Alexander allongé à côté d’elle et n’aurait su dire si c’était de par sa nature de norvégien qu’il n’avait pas froid, ou s c’était dû au retrait de ses vêtements humides, ou bien des médicaments, en tout cas, il dormait comme un loir et elle ne voyait pas de chair de poule !
Elle avança doucement une main vers lui et la posa délicatement sur son front avant de blêmir : il était brulant et elle n’avait aucun médicament qui aurait pu être utile. Jennifer se prit la tête entre les mains en réfléchissant : elle n’avait pas trente-six mille façons de la faire chuter. Ce qui l’embêtait c’était de savoir la cause… enfin, elle savait très bien de quoi il en retournait, tout du moins, elle était quasiment certaine à quatre-vingt-dix pourcents qu’il avait des côtes cassées… mais combien et surtout avec quelles conséquences était la question. Sans matériel adapté, elle ne pouvait pas savoir. Restait donc à faire en sorte qu’il tienne tranquille jusqu’à ce qu’Atlantis ne les trouve, car s’il venait à se perforer un organe… Non, elle préférait ne pas y penser.

Jennifer attrapa une compresse dans son sac et absorba un peu d’humidité de la barbe et des cheveux d’Alex, mais elle comprit vite combien cela était dérisoire et, se levant, elle alla chercher la couverture de survie pour l’emballer dedans.

— Voilà, je ne pense pas avoir jamais bordé quelqu’un comme cela !

Bien qu’il ne l’entende pas, elle lui parlait quand même, un truc de personnel hospitalier.

Elle s’assit à proximité, pour pouvoir réagir vite au besoin et tenta de s’assoupir. Après quelques minutes à grelotter, Jennifer se décida finalement à retirer son t-shirt mouillé, pour l’essorer, et ressentit rapidement du soulagement. Elle fit une petite moue boudeuse en regardant vers Alexander en se disant qu’elle devrait elle aussi retirer son pantalon, le temps qu’il sèche un peu, car le froid tombait vite dans cette caverne et avec les vêtements mouillés, la sensation était pire. Elle se défit de son pantalon, restant finalement en soutien-gorge, shorty noir.

Jennifer se pinça les lèvres en regardant Alex bien emballé comme un sushi dans sa couverture dorée et argentée. Levant les yeux au ciel, Jennifer se dit que c’était pour la bonne cause, que ce qui comptait avant tout, c’était la santé du patient… et vu son état, Alexander ne devait pas, en plus, attraper une pneumopathie.

Elle s’avança et libéra un pan de la couverture, elle se glissa dessous, tournant le dos à Alexander, tout en restant assez près pour le faire bénéficier de sa chaleur… même si au final, elle avait surtout l’impression que c’était elle qui y gagnait !

— Oh que c'est agréable…

Jennifer ferma les yeux et se fit toute petite dans la couverture irisée, et bien vite, commença à somnoler. Elle fit tirer de son sommeil par un pelotage intempestif de la part du grand blond qui devait finalement trouvé qu’elle dégageait plus de chaleur que lui… (ou autre chose peut être :P )

— Euh… Byron ? Hrum ! Vous… euh… vous pourriez arrêter je vous prie. Je…


Jennifer devient écarlate et ouvrit quand les yeux très embarrassée par la situation.

— S’il vous plait Byron, lâchez…moi ?


Il continua, se faisait même un peu insistant, jusqu’à ce que …

— Ça suffit !

Cela allait trop loin pour elle, et Jennifer se débâtit légèrement et le repoussa violemment avant de porter ses mains sur sa bouche d’un air coupable : elle venait sans faire attention de lui mettre son coude dans l’œil.
Les yeux écarquillés, elle déglutit en se disant que ce n’était pas sa faute à lui, c’était la faute à la fièvre… Et puis, c’était elle qui s’était callée contre lui pour aider sa température à baisser et pourtant… sur l’instant, elle ne pensa même pas à cela, ni au coquard qu’il aurait dans quelques heures, juste aux grandes mains calleuses qui la pelotaient. Une fois qu’il fut recouché convenablement et qu’elle reprit son calme, elle vient poser sa main sur son front en grimaçant : la fièvre d’Alexander avait diminuée certes, mais il faisait encore plus froid maintenant dans la grotte, surtout avec la cascade.
Cette fois-ci, pour ne pas se faire avoir, avec délicatesse, elle fit se retourner Alexander et se cala dans son dos, sa poitrine finalement serrée contre son tatouage du dieu scandinave….

Alexander Byron
Mercenaire Socopex ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 62
Inscription: 08 Mars 2016, 15:38
Blog: Voir Blog (4)

Re: 24h pour sauver le doc [Alex | Lana | Jenny ]

Messagepar Alexander Byron » 24 Juin 2017, 16:47

" nous sommes tout deux du Nord de notre pays "

dit faiblement Alexander en riant très faiblement alors qu'il sentait la main sur son pantalon mais n'eut pas la force de réagir.

" je devrais y arrivé "

Le soldat fit un ultime effort pour retiré pantalon et autres vetements humides qu'il portait pour être en caleçon débardeur avant de s'étendre sur le flanc.

Une fois en position le mercenaire sombra lentement, la position étant pour lui la moins douloureuse ou alors s'était la fievre qui prenait le dessus sur lui sans compté que venant d'un pays froid sa resistance devait surement aidé.

Il senti des mouvements avant de sentir qu'on le recouvrait d'une couverture semble-t-il mais n'avait pas la force de résister et ressembla a un sushis ou un makis a voir selon les interprétation.

quelques minutes plus tars Alexander senti un autre corps contre lui et il passa un bras sous ce corps feminin pour le coller a lui et qu'elle profite de la couverture aussi surement un coup de la fièvre (cette coquine).

Tendrement dans son sommeil il vient embrasser la nuque de la doc en la collant contre lui pour qu'il se réchauffe l'un l'autre, la main qui venait par dessus Jennifer bizarrement se promenait lentement sur les hanches de la doc pendant que l'autre calinait la poitrine.

la fièvre joueuse fit son petit manège pour câliner la doc qui pu sentir certains réaction du corps de l'homme qui était dans son dos avant que celui-ci ne se prenne un coup et réagit légèrement dans son sommeil par un " hein ! " faible avant de replonger en se sentant pivoter sur l'autre flanc et de sentir la doc contre lui toujours en dormant.
Alors on Danse ?

- voila l'air => Diggy hole sur youtube

- et le pas de danse
Image

Jennifer Keller
Médecin ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 62
Inscription: 08 Mars 2016, 15:20

Re: 24h pour sauver le doc [Alex | Lana | Jenny ]

Messagepar Jennifer Keller » 24 Juin 2017, 19:57

Allongée dans le dos de Byron, Jennifer peinait à reprendre son souffle. Elle était gênée car iI lui semblait encore sentir les caresses des mains du norvégien. Elle déglutit et prit une longue et profonde respiration en observant son large dos : elle espéra qu’il ne recommencerait pas, c’était très génant… mais il faisait si froid et ses vêtements étaient mouillés, et puis, elle était certaine qu’il ne n’avait pas fait sciemment, c’était surement à cause de la fièvre.

Essayant de calmer son cœur qui battait la chamade Jennifer ferma les yeux. Elle avait encore l’impression de sentir la chaleur de ces larges mains sur ses hanches, sa poitrine… ce souvenir fit vibrer son corps et la fit virer au rouge tomate : elle était complètement embarassée pour la peine, car malgrès tout, cela avait été très agréable de sentir ces mains, son souffle : c'était bon de sentir qu'on plaisait, de se sentir aimée... mais pas comme ça, elle ne voulait pas, ce n'était pas "vrai", c'était la fièvre...

Depuis qu’elle était sur la cité Jennifer n’avait pas eut de relations qui aurait put être amoureuse de prêt ou de loin : Matthew s’était rabattu sur une autre en constatant que cela allait trop lentement avec Jennifer, quand à Rodney… le scientifique lui avait bien dit qu’il l’aimait, mais il était infecté par un virus lantien alors à savoir si c’était vrai ou pas, elle ne savait pas. En tout cas, quand il fut remit sur pied, il n’en souffla mot et quitta l’infirmerie sans rien d’autre : pour elle il n’était finalement qu’un ami. Tout comme Sheppard, Deeks et tan d’autre. En tout cas, rien de bien sérieux, juste de légers flirts… enfin, cela ne la changeait pas de la Terre, c’était sur : sa vie sentimentale et sexuelle était un vrai néant. Mais sur Terre, elle pouvait se donner l’illusion en se faisant payer des verres dans les bars, chose qu’elle ne pouvait se permettre ici car ils étaient peut nombreux, à peine deux cents personnes, et elle était quand même Chef des équipes médicales.
Tout ça pour dire qu’Alexander l’avait grandement embarassé en la calinant… et elle ne savait pas si c’était plus parce qu’elle avait trouver cela un peu agréable ou que cela la renvoyait au désert sentimental dans lequel elle évoluait.. peut-être les deux.

Jennifer se recroquevilla, pleinement reveillée maintenant en songeant à la non-existance d’une vie sentimentale, et fini par se dire qu’elle devrait peut-être se trouver un mec. Elle poussa un profond soupir de lassitude. Elle était trop timide pour ça, et trop lente pour ceux qui voulaient s’y risquer, ou trop douce au choix. Ou peut être que cela venait du fait qu’elle était une surdouée et qu’elle n’avait jamais vraiment réussit à s’intégrer dans la société. Maintenant, cela ne se voyait plus trop, mais à l’école, cela avait été flagrant : elle avait sauté tellement de classes qu’elle avait cinq ans de moins que ses camarades. L’écart d’âge à l’adolescence fait beaucoup et comme elle n’avait pas les même préoccupations que ses camarades de classes, elle n’était pas invités aux fêtes, soirées… Oui, elle n’avait que treize ans lorsqu’elle eut son diplôme et elle n’était donc pas allé non plus au bal du lycée. Puis avait suivit la fac de médecine, l’internat, et cet écart entre elle et les autres lui avait parrut être un précipice. Elle qui était maintenant à l’âge ou elle aurait bien voulu parler des garçons, sortir en soirée, cela n’était pas non plus possible avec ses collégues qui étaient de jeunes adultes et vivaient autrement. A vingt et un an, Jennifer était sortit major de sa promotion. Meilleure élève, meilleure interne, meilleur stage, meilleur titularisaton… mais pas de meilleurs rapports avec les autres. C’était le drame de sa vie, elle s’était toujours sentit déphasée par rapport au reste du monde. C’était pour elle un véritable handicap qui la rendait très timide.

Jennifer déglutit en se lovant un peu plus contre Alexander. Elle se sentait si triste maintenant, et sa chaleur, son odeur l’apaisait un peu. Elle se dit qu’elle avait travailler dur – et surtout facilement- pour être médecin, alors maintenant, est-ce qu’elle ne devrait pas essayer de vivre comme une personne « normale » ? Après tout, elle était sur Atlantis, LA cité des lantiens, et il n’y avait là que la crème de la crème. Des gens qui avaient tous une spécificité , un quelque chose qui les avat rendu indispensable pour ce programme, donc elle était entourée de personnes qui étaient un peu « comme elle ». Et puis, c’était l’occassion aussi de prendre un nouveau départ, de laisser derrière elle l’ancienne Jennifer Keller.

Il faisait meilleur contre le grand blond et elle soupira de plaisir avant que ne lui revienne encore la sensation des caresses sur sa peau, mais cette fois-ci, elle sourit doucement en se disant que bien qu’elle se passait très bien de petit amis depuis… très longtemps, cela lui manquait quand même, de temps en temps : avoir quelqu’un à qui sourire, à embrasser, une personne à chérir, à consoler ou pour nous consoler, une présence inspirante et apaisante, une personne à aimer tout simplement et qui vous aimait en retour. .. pour antant, est-ce qu’elle devait accepter de se laisser tripoter par le premier homme venu ? Non. Bien sur que non, Jennifer n’était pas comme ça. Elle était une petite nature qui voulait quelqu’un qui l’aime vraiment, pour ce qu’elle était, avec ses défauts, un homme fort, mais doux et qui accepterait sans broncher qu’elle puisse le soigner et juste être là pour lui, se sentir utile, un homme qui la trouverait aussi jolie et aurait envie d’elle pour cela et aussi pour ce qu’elle était. Voila une des raisons pour laquelle notre petite blonde d’un metre soixante-six était toujours célibataire : elle attendait un prince charmand qui ne viendrait jamais ! Pour autant, elle devait bien s’avouer que sa solitude lui pesait : elle avait l’impression d’être une princesse de conte de fée, enfermée dans une tour d’ivoire, mais elle n’était pas une princesse, alors il n’y avait personne pour venir la sortir de là. C’est sur ces tristes pensées que finalement, elle s’endormit contre le grand norvégien, le nez dans ses cheveux longs et plus doux qu’elle ne l’aurait cru, se laissant bercer par le bruit de l’eau, la respiration d’Alexander. Oui, elle se sentait bien seule…

-…er ? Elle ne répond pas, lieutenant Marx, préparez la téléportation !

-Wow ! Oui oui ! Je vous recois !


-Docteur Keller ? Un instant j’ai cru que vous étiez bléssés.

-Moi ça va, par contre le… euh Byron aurait besoin de soin oui. Son état est stable mais…


-Parfait ! On vous remonte.

-De… de suite ?

Jennifer qui s’était déjà redressée en entendant la voix du colonel Cadwel dans son oreillette, et là, elle venait d’envoyer voler la couverture pour chercher en quatrieme vitesse ses vêtements.

-Vous préférez qu’on repasse plus tard ?!

-Non non… juste laissez moi le temps de… ranger mon matériel. J’y tiens !

Alors qu’elle était en train de remettre son tshirt gelé, elle entendit un long soupir, preuve que le colonel n’en croyait pas ses oreilles.

-Très bien, dites nous quand vous serez prets.

Jennifer se précipita vers son pantalon le secoua et enfila une jambe.

-Ô seigneur…

Elle ferma les yeux au choc thermique et se mit à claquer des dents, mais contina de s’habiller : elle ne voulait surtout pas attérir dans le Dédale à moitié vétue !
Quand elle se fut rhabiller, ce qui fut vite fait, elle attrapa son matériel et le foura sans ménagement dans son sac, attrappant les vétements de Byron de sa main libre et revient vers lui. Elle ne se sentait pas de le rhabiller, surtout qu’il faudrait le dévétir en arrivant, alors elle l’emballa bien dans la couverture avant d’appuyer sur son oreillette.

-C’est bon, vous pouvez nous téléporter…

et la caverne, son humidité, le froid, tout disparut dans un scintillement.

Alexander Byron
Mercenaire Socopex ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 62
Inscription: 08 Mars 2016, 15:38
Blog: Voir Blog (4)

Re: 24h pour sauver le doc [Alex | Lana | Jenny ]

Messagepar Alexander Byron » 25 Juin 2017, 13:56

Toujours endormi, Byron ne fit pas attention au grésillement de son oreillette, la douleur étant tellement forte qu'il était surement en état de choc et le corps avait décidé de se reposé.

Est-ce qu'il senti la téléportation, non vu que le corps s'était plongé en sommeil de récupération et la fièvre cette coquine qui s'arrangeait pour qu'Alexander pense a Keller de manière lascive avec de jolie main baladeuse.

Les médecins prirent le binôme en charge pour les mettre en quarantaines de sécurité et écoutèrent Keller a propos de l’état du mercenaire inconscient qui ne réagissait pas ou a peine aux appels et tests réflexes.

Le lendemain cela allait mieux, il réagissait doucement au traitement ouvrant les yeux doucement mais ne parlant pas laissant les médocs agirent et les toubibs aussi en grognant quand ceux-ci n'était pas tendre.

Il pencha la tête sur le coté et vit Keller allongé qui dormait paisiblement et il fut rassuré avant de replongé dans son sommeil avant d'émergé plus tard et repéré non loin de lui son équipement de combat non loin de Jennifer.

Pendant plusieurs journée, il sentit ses muscles se renforcé et sans prévenir il réagit au quart de tour envoyant un garde au tapis pour le désarmé au même moment d'un magnifique uppercut gauche.

Une fois accroupi avec Jennifer qu'il avait mis derrière lui, le soldat silencieux maintenait chaque personne en joue de manière régulière en ayant juste dit que le première qui bougeait aurait une troisième oeil dans l'instant avec devant lui en éventail son matériel de combat.
Alors on Danse ?

- voila l'air => Diggy hole sur youtube

- et le pas de danse
Image

Jennifer Keller
Médecin ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 62
Inscription: 08 Mars 2016, 15:20

Re: 24h pour sauver le doc [Alex | Lana | Jenny ]

Messagepar Jennifer Keller » 25 Juin 2017, 17:03

Sauvés. Ils étaient enfin sauvés. Le Dédale les remonta et passa rapidement en hyper-espace : cela faisait cinq minutes qu’il tenait la ruche wraith en orbite en respect, mais il ne s’était pas préparé à cela, Atlantis avait seulement dit qu’ils n’arrivaient plus à les joindre.
Lorsqu’ Alexander et Jennifer furent dans le vaisseau, on lui donna une couverture pour qu’elle se réchauffe le temps qu’Alexander, dans un état plus grave soit prit en charge par l’équipe médicale. Jennifer s’enroula dans sa couverture grise et expliqua au médecin de bord ce qui s’était passé, son diagnostic ainsi que les soins apportés au grand blond. Le médecin de bord et elle tombérent d’accord qu’il serait plus sur de les mettre en quarantaine. De toute façon, la cité n’était qu’a une journée, cela ne les tueraient pas.
Une fois qu’elle se fut assurée qu’il était bien prit en charge, elle se laissa entrainer vers un lit, on tira un rideau et on l’ausculta. Température, poul, tension, prise de sang, tout y passa. Une fois que cela fut fait, qu’on eut constaté qu’elle n’avait pas de traumastisme cranier, mais juste un bel hématome et qu’on lui fit un minuscule point à la lèvre, elle fut autorisée à prendre une douche.

Jennifer était au bout du rouleau, et, tandis que l’eau chaude éliminait toutes les traces de ses derniers jours sur son corps nus, elle se mit à pleurer. Là, en sécurité parmi les siens, seule dans les douches, elle se laissa allé à libérer sa peur, son angoisse, tout ce qui la rongeait depuis qu’elle avait été capturé par des genniis. Une fois la crise passée, elle se lava consciencieusement, profitant de cet eau chaude qui la délassait et ne sortit que lorsque l’air fut saturé des parfums fleuris du shampoing fournis. Elle enfilla alors une tenue médicale qu’on lui avait fourni, et retourna s’installer dans le lit qu’on lui avait préparé.
On dit qu’il n’y a pas pire patient qu’un médecin, et pourtant, ce n’était pas le cas de Jennifer en cet instant, bien au contraire. Elle avait vécu tan d’épreuve qu’elle avait juste besoin qu’on prenne soin d’elle le temps qu’elle puisse se reposer et apaiser son âme, voila pourquoi, une fois couchée, elle s’endormit.
Patient quasiment modèle, elle ne put pour autant pas s’empécher de demander au médecin de bord ce qu’il était de l’état d’Alexander, et celui-ci lui ayant préparer le dossier médical pour Atlantis, il lui fit un compte rendu : deux côtes cassées, une fièvre dut aux particules de moelle épinière qui avaient commencer à transiter par le sang. Il était grogy par les médicaments, mais allé mieux : entre les anticoagulants pour éviter tout risque de thrombose et le paracétamol pour soulager sa douleur, le grand « viking » dormait comme un gros bébé. Pour autant, il semblait aussi combattre une infection, et Jennifer commenca à en ressentir les effets au bout de quelques heures : nausée, tête qui tourne, frisson... Une bonne dose d’antibiotique et de paracétamol plus tard, elle aussi dormait comme un bébé, laissant son corps lutter contre l’infection.

Jennifer ne se reveilla que lorsqu’on signala l’approche de la cité. Elle était encore groggy, mais assez consciente pour parler avec le médecin de bord qui lui annonca qu’ils avaient tous les deux étaient exposés à une bactérie inconnue. Une fois informée de la situation, Jennifer contacta le chef de l’expédition et lui conseilla de les mettre en quarantaine médicale, le temps de leur rétablissement, pour la sécurité de tous. Voila pourquoi on retrouvait Alexander et Jennifer, vétue d’une tenue de malade dans une salle dépouillée de la cité d’Atlantis.

Il avait été décidé de les mettre tout les deux dans une pièce sécurisée et hermétique de la cité pour prévenir le risque de contagion. Deux lits et les appareils médicaux nécéssaires furent installés et ils furent téléportés dans la pièce. Cela faisait maintenant trois jours qu’ils étaient là et l’équipe médicale avait enfin trouvé un antibiotique qui agit positivement.

Jennifer ne se rapellait même plus depuis combien de temps elle n’avait pas eut autant de temps libre, et heureusement qu’on lui donna l’accés à son ordinateur portable, car elle n’en pouvait plus d’être ainsi enfermée. Pour autant, elle comprennait et elle était sage, vraiment le patient idéal, ce qui était loin d’être le cas de son collégue de maladie…
Alexander souffrait beaucoup et il avait donc été décidé par l’équipe médicale de le maintenir dans une sorte de coma médicamenteux. Mais même s’il était assomé par les médicaments, inconsciemment, il faisait vivre un enfer aux infirmières qui vennait lui faire sa prise de sang quotidienne. Avec ses cents-dix kilos tout en muscle, il fallait reconnaitre qu’Alexander était impressionnant, et Jennifer ne pouvait le nier. Elle avait vu passé entre ses mains tout le personnel de la cité, c’était normal vu les conditions dans lesquelles ils évoluaient, mais un gas comme le norvégien, cela ne s’oubliait pas.
Grand, costaux avec une barbe très longue et une chevelure identique, le grand norvégien s’était vu attribué le surnom de « Viking » à l’infirmerie, et Jennifer savait même que deux de ses infirmières le trouvait très à leur gouts, mais leurs ardeurs avaient foudues comme neige au soleil face au silence et à l’impassibilité d’Alexander. Maintenant, elle savait que ce n’était qu’une illusion : le norvégien n’était pas simplement un guerrier dans l’ame ne pensant qu’à tuer, mais juste un homme d’une forte carrure, certes guerrier, mais surtout pas très à l’aise en anglais. Et même si elle trouvait qu’il comprennait et s’exprimait assez pour être tenir une conversation, après le peu de temps passé avec lui, elle se dit qu’il devait se sentir perdu peut-être quand trop de monde parlait dans cette langue. Elle se promit de faire des efforts. Jennifer avait réfléchit et pendant sa convalescence, elle comptait bien tester son niveau pour mettre en place un programme lui permettant d’être meilleur en anglais. Après tout, même s’il était un mercenaire, il faisait parti de l’expédition et elle devait s’assurer sa bonne intégration et la bonne compréhension dans les équipes… et avec elle. Il était quand même primordial qu’elle puisse le comprendre quand il viendrait de nouveau à l’infirmerie pour faire recoudre une coupure, ou autre n’est-ce pas ? C’est avec cet petite idée en tête que jennifer, le sourire aux lèvres posa son ordinateur et se recoucha dans son lit et ferma les yeux pour dormir. C’était si agréable d’avoir un matelas, certes confortable mais silencieux, vide et froid.

Jennifer se retourna sur le lit d’hopital et observa le grand blond qui dormait, abrutis par les médicaments à quelques mètres d’elle. Etonnament, elle pensa à un gros nounours, mais elle savait qu’il était plutôt un grizzly qui pouvait vous arracher la tête d’un coup de patte, qu’un ours en peluche… mais bon, elle devait reconnaitre qu’elle comprennait les infirmières qui fantasmaient sur lui : il avait un petit quelque chose de viril qui faisait son effet, et un côté doux qu’elle, elle avait vu, qui le rendait très humain. En cet instant, elle se dit que s’il était comme ça avec les autres, il aurait un succés fou auprès de la gente féminine de la cité… et elle se dit aussi qu’elle devait vraiment être en manque pour penser à tout cela. Après un long soupir, elle s’endormit en se disant qu’elle irait peut être trainer avec les infirmières car celles-ci connaissaient tout les célibataires de la cité…
Jennifer sursauta dans son lit sans comprendre ce qu’il se passait. Elle apercut Alexander au prise avec un garde armé qui se retrouva vite au tapis sous l’œil effrayé des membres de l’équipe médicale en place. Après la surprise, elle sauta du lit en comprennant ce qui était en train d’arriver : Alexander avait un mauvais reveil. Elle se mordit les lèvres en se disant que c’était elle qui avait suggérer que les entraves ne seraient pas une nécéssité: après tout, il n’était pas intubé… mais elle n’avait jamais imaginé qu’il deviendrait violent. Elle tenta de l’approcher mais glissa sur le sol et se retrouva assise derrière lui. Elle observa la scène avant de se relever et de doucement lever les mains face aux gardes armé d’armes paralysantes wraiths.

-Attendez ! On se calme… reculez. Reculez tous.


Jennifer fit les gros yeux aux militaires qui reculèrent jusqu’au murs, mais restèrent au aguets. Elle devait reconnaitre qu’il était particulièrement impressionnant, voir effrayant , de voir un reveil violent, surtout quand il s’agissait d’un tel mastodonte.
Elle s’approcha jusqu'à poser doucement une main sur l’épaule de Byron, ce qui fit lever les armes des militaires.

-Docteur vous ne devriez…

-Ca va aller ! Il ne me fera pas de mal, n’est-ce pas Byron ? Vous me reconnaissez ?

Au vu de son comportement, nul doute que oui. Il devait se croire encore dans l’action… il n’avait pas l’air de comprendre ou il était, ni de l’entendre.

-Il est juste désorienté, cela peut arrivé avec ce genre de médicament.

-Il a aggressé…

- Il a surtout vu un homme armé prés de lui alors qu’il était en phase de reveil ! Je vous avais bien dit de ne pas approcher !

Jennifer hocha la tête et approcha calmement et doucement à côté d’Alexander jusqu'à retenir son attention. Quand elle fut sure qu’il la regarda elle lui sourit et tendi doucement la main et la posa précautionneusement sur le canon de l’arme.

- Ecoutez-moi… Byron ? Tout va bien, on est sur la cité. On est chez nous… en sécurité. Lachez cette arme, faite moi confiance, tout va bien.

Jennifer lui retira doucement l’arme des mains et la tendit en arrière. Un garde l’attrappa et la tension palpable jusque là dans la salle descendit d’un cran.

-Vous m’avez sauvé… et vous avez été grievement bléssé par le wraith. Vous vous rappelez ?

Jennifer riva ses yeux dans ceux d’Alexander et parla en articulant bien et d’une voix très douce pour qu’il comprenne bien.

-Nous avons attrapper une bact… une maladie. A cause de l’eau, ou dans la grotte ou nous avons trouvé refuge. On a dut vous gardez endormi à cause de la douleur…

Elle observa le torse d’Alexander en se demandant si justement il n’avait pas mal.

-Ecoutez… : prennez ma main et venez vous recoucher d’accord. Je ne bougerais pas d’ici, vous pouvez vous reposer tranquillement… d’accord ?

Un sourire amusé éclaira son visage : après tout, Alexander avait beau être costaud, il n’en restait pas moins un homme qui avait besoin de quelqu’un pour prendre soin de lui… et c'était principalement pour cela qu'elle était devenue docteur et puis... :red:

Alexander Byron
Mercenaire Socopex ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 62
Inscription: 08 Mars 2016, 15:38
Blog: Voir Blog (4)

Re: 24h pour sauver le doc [Alex | Lana | Jenny ]

Messagepar Alexander Byron » 26 Juin 2017, 17:03

La doc avait raison concernant la technique de réveil, Alexander en tournant la tête avait fait coucou c'est moi aux canons d'une arme qu'il voyait flou et avait réagit en automatique par instinct de défense.

Oui le soldat en avait pâti de manger un canon en pleine face suivit d'un uppercut pour se retrouver au sol inanimé en même le mercenaire avait une musculature relativement développé et possédait une puissance au naturel relativement effrayante.

la scène qui suivit avec la doc aurait pu en effrayé plus d'un tandis que Byron maintenait en joue tout le monde ce qui pouvait posé problème au moindre faux pas des personnes présentes.

" hummm Jen ... nifer, tu vas bien ? "

Fut la première réaction du viking alors qu'il tenait l'arme tout en apercevant le visage de Keller qui apparaissait a ses côtés de manière douce mais ferme.

" Oui je me rappel du Wraith, de toi par terre et de la grotte après l'explosion "

Le mercenaire continua d'écouté ne comprenant pas tout ce qui arrivait surtout l'après sieste dans la grotte, une fois qu'il s'était endormi.

" Entre la grotte et ici c'est le vide, je dois surement avoir dormi "

Les méninges en écoutant les brides d'information reformait les dernières heure dans la mémoire du soldat qui redevenait presque logique avant de se plier en deux a cause de ses côtes fêlé qui venait de le lancer un coup ce qui fit réagir les soldats surtout quand il se leva droit comme un i.

Il se mit alors a observer la pièce dans son entièreté en grognant quand il vit que ses cheveux était détaché et entreprit en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire a les tresser comme un rituel qu'il connaissait par coeur.

Le matériel présent fut vite identifié comme du matériel standard de quarantaine et voyant l'espace entre les deux lits, il s'approcha de celui qu'il devina comme celui de Keller vu la présence d'un pc et le souleva pour venir le placer a moins de 20 cm du sien ou moins en grimaçant à la douleur.

" Je peux avoir des cartes ou autres choses pour m'occupé ? "

Demanda-t-il sa maîtrise basique de l'anglais pour ne pas avoir a expliqué d'autres pièces plus complexe qu'il avait emporté avec lui dans ses bagages tout en s'installant sur le lit en attrapant la main de Keller tendrement au vue de tous.
Alors on Danse ?

- voila l'air => Diggy hole sur youtube

- et le pas de danse
Image

PrécédentSuivant

Revenir vers Autres planètes

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invités

cron