Nous sommes actuellement le 20 Nov 2017, 19:21

You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Cette structure antique conçue par les anciens constitue aujourd’hui le QG opérationnel de l’expédition lancée par le SGC dans la galaxie de Pégase.
Mais elle incarne aussi et surtout l’ultime rempart entre les Wraiths et la Terre.
Par ailleurs cette cité, à l’image de bien d’autres œuvres des anciens, constitue une merveille technologique aussi bien dans son immensité que dans sa complexité, à cet égard Atlantis réserve encore bien des surprises à ses nouveaux occupants…
Martin Deeks
Sergent Chef ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 176
Inscription: 28 Juin 2017, 21:31

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Martin Deeks » 18 Oct 2017, 20:43

Image


Cité d'Atlantis - Continent


Il rit légèrement, ouais, nul doute que l'un comme l'autre avait besoin d'avoir du temps pour ça. Ce n'était pas encore le moment de passer son temps H24 avec elle, ce serait certainement un peu trop pour eux, un peu trop rapide, et nul doute que cela finirait en engueulades de toute façon. Non, qu'elle ne s'en doute pas, il lui laisserait des moments de tranquillité, tout comme lui, avait besoin aussi d'avoir sa petite vie à côté. Pas qu'il voulait la mettre de côté, juste qu'on avait besoin de garder leurs repères quelque part.

"T'en fais pas Princesse, je n'allais pas te demander à passer H24 avec moi, ce serait peut-être un poil trop vite entre nous, ça finirait par dégénérer, je risquerais de me moquer, toi de t'énerver, non, je pense qu'on a encore besoin de nos petits moments à nous, enfin nous, je parle de toi et de moi, séparément. Pas que je n'aime pas passer mon temps avec toi, au contraire, juste qu'on ne doit pas se précipiter. Surtout si c'est pour passer les soirées avec Mindy, Tiffany, Mandy et Compagnie ! :red:"

On se moquait gentiment, mais on comprenait qu'elle ait besoin de temps pour elle, pour passer avec ses amies, ses collègues féminines, tout comme lui avait des soirées avec les gars sur la cité. Enfin de toute manière la conversation dévia sur Bali, puis sur leurs positions sexuelles. Ouais, il savait, il n'en ratait pas une pour l'occasion. Bah quoi ? C'était elle qui lui mettait ça en tête aussi ! Un sourire amusé en la voyant se dégager de son étreinte pour aller chercher à boire, tout en continuant. Que voulez-vous, il était un mec, il était normal qu'il pense à lui faire l'amour un peu partout, c'était comme marquer son territoire.

"Bah quoi ? C'est toi qui m'a dit que t'étais pas contre le fait de tester des positions plus....coquines. Je ne fais qu'obéir aux ordres chérie !"

Mais pour le moment, on accepta la canette qu'elle lui offrit, la décapsulant avant d'en boire une gorgée alors qu'elle vint s'installer à ses côtés. Un sourire en l'observant, oui, il comprenait ce qu'elle voulait dire, que ce n'était pas le côté bruyant, mais le reste, le fait qu'elle ne s'attache pas peut-être ? Certainement même, après tout, il lui avait bien fallu trois ans pour y arriver, mais on s'était armé de patience, et regardez où on en était arrivé désormais ? Il l'avait là, à ses côtés, toute nue. Bon, oublions les deux derniers mots ce serait mieux. Un léger sourire, un regard tendre et amoureux quand elle posa sa tête sur son épaule, l'observant, non pas comme une chose délicate qu'on devait prendre soin, elle détestait ça, juste simplement comme si elle était la chose la plus importante à ses yeux, ce qui était le cas.

"Ouais, tu l'as dis. A croire que personne n'arrive à garder la cadence avec nous, tu crois qu'on leur fait peur pour tous se barrer ? Pourtant, on est plutôt doué je trouve ! A voir ce qu'on va avoir dans les pattes ensuite. Bon si c'est une blonde et une rousse, je demanderais à ce qu'on change l'intitulé de l'équipe. Ce sera : Marty et ses drôles de dames ! Non ? C'est trop ? Ok, on oublie."

On avait parlé de zombies ? A peut-être. Bon en tout cas, on avait noté qu'elle n'avait rien contre le fait d'avoir une cabane ici. Certes, ce ne serait pas comme si c'était vraiment officiel entre eux, mais on ne pouvait pas vraiment se dévoiler à l'heure actuelle. La laissant naviguer contre lui, passant son bras autour d'elle, resserrant doucement cette étreinte, déposant un baiser dans ses cheveux, laissant son regard se perdre dans l'océan alors que leurs mains se liaient, les doigts s'entremêlant par la suite. Ils n'étaient pas un couple atypique, normal dirons nous dans les standards actuels. Il savait bien qu'il avait tout l'air de la ménagère dans le couple et qu'elle était celle qui portait la culotte. Mais depuis quand on faisait les choses selon les règles ? Oui, il était celui qui faisait le ménage, la lessive, et elle était celle qui laissait un bordel sans nom et alors ? Pour autant, cela marchait pas vrai ?

On ne savait pas où cela allait les mener, il espérait assez loin, très loin même, mais ça, l'avenir nous le dira pas vrai ? On n'y était pas encore. Pour l'instant, comme disait le vieil adage : pour vivre heureux, vivons cachés, de plus, il ne comptait pas non plus que sa réputation en prenne un coup. Elle était arrivée jusqu'à ce niveau par ses propres mérites, ne cassons pas à cause de rumeurs ou autres, parce qu'on l'accuserait de coucher avec ses subordonnés, de les utiliser. Bref. Cela il ne le permettrait pas du tout. Mais pour l'instant profitons de ce coucher de soleil, alors qu'elle vint s'installer contre lui, entre ses jambes, dos à lui. Il resserra doucement cette étreinte, déposant sa tête sur son épaule.


"Ah si j'étais tout contre ! Contre toi à vrai dire. Et puis, comme si je t'aurais dis non Sunshine, j'en avais autant envie que toi."

En tout cas, elle avait déjà l'air de penser à la cabane, à comment on allait faire, à croire qu'elle y avait déjà pensé alors que la cabane n'était pas encore construite pour le coup. Un sourire amusé, alors qu'elle avait déjà l'air de tout planifié ou en tout cas de rechercher le coin parfait pour faire ceci et cela.

"Ok Miss j'ai déjà tout prévu, je verrais s'il y a de quoi dans les environs pour toutes tes idées. Tu sais, que j'ai même pas encore commencé à la construire pas vrai ? J'ai même pas encore ramené les matériaux ! Tu prévois qu'on vienne passer nos week-ends ici déjà ? Pas que je suis contre, mais faudrait nous laisser le temps de la construire la cabane."

On la taquinait pour le coup, avant qu'elle ne le surprenne. Quoi ? Comment ça trop rapide ? Entre eux ou en général ? Ou par rapport au sexe ? Qu'est-ce qu'elle voulait vraiment dire par là au final ? Dans ses mots, en tout cas, dans ce qu'il comprit, c'était comme si elle avait peur qu'il se rétracte parce qu'elle allait trop vite avec lui, sur le plan physique ? Non, ils se connaissaient depuis trois ans, ils s'étaient déjà vus quasiment sous toutes les coutures, les bons et les mauvais moments, pas de doute que toute la tension entre eux, cette tension sexuelle, s'évacuait désormais de manière très....créative dirons nous. Et ce n'était pas comme s'il avait l'air d'être contre pas vrai ? Après c'est sur, il ne pensait pas qu'à ça, qu'à faire ça avec elle, parfois quelques soirées tranquilles, à regarder un film, avec de la glace ou en buvant une bonne bière.

Un léger sourire en déposant un baiser sur son épaule, elle se posait parfois trop de questions, ou des questions qu'elle aurait dû se poser plus tôt. En tout cas, depuis quand ils faisaient comme tout le monde pas vrai ? De plus, cela avait l'air de fonctionner leur méthode pas vrai ? Bien entendu, ils en étaient encore qu'au début de leur relation, certainement qu'il y avait encore des choses à aplatir, mais on ne doutait pas qu'ils trouveraient des moyens d'entente.


"Je croyais que tu aimais ça quand c'était aussi passionné hum ? Tu te radoucis maintenant ?
...
Plus sérieusement, depuis quand on fait comme tout le monde ? Je ne dis pas, que je serais contre des petites soirées tranquilles à regarder pour la énième fois DiCarpatchio couler parce qu'il a voulu sauver la Rosie en buvant une bonne bière, mais je te suis, je m'adapte au rythme que tu veux que ça prenne...mais saches une chose."


Un sourire malicieux, qu'elle ne devait pas voir alors que resserrant doucement son étreinte sur elle, elle dans ses bras, contre lui, il vint lui murmurer chaudement à son oreille.

"J'aime prendre mon temps quand c'est important, surtout pour te faire plaisir."

Un sourire amusé avant de boire une gorgée de sa canette en reculant légèrement son visage tout en continuant cette discussion.

"Et puis on utiliserait quoi comme mot de sécurité ? Banane ? Pancakes ? M.O.U.S.E ? Fougère ? Non, c'est toi, ma p'tite fougère...hum je vois pas. Ou alors on finira par trouver, pomme ? Avec ça tu vas me donner faim tu sais. Ou alors Marty Houdini, après tout, j'ai réussi à faire disparaître par magie ton bikini, avec ton assistance bien entendu, t'as le droit à 20 % du mérite pour ce tour de magie."

En tout cas, on se doutait bien que ça allait encore partir dans des délires les connaissant, surtout si on sortait ce mot en mission n'est-ce pas ? Personne ne comprendrait à part eux. Mais pour le moment, il se doutait bien qu'elle aurait voulu aller surfer, elle l'avait dans le sang, comme lui à vrai dire, après tout, on ne vit pas à L.A. sans surfer ! Enfin certains le faisaient, mais c'était d'un ennui en tout cas. Non, on comprenait, mais au moins, si on leur demandait pourquoi ils partaient, ils auraient toujours l'excuse de surfer. Sur les vagues ou sur l'autre, mais ça, ça ne concernait qu'eux.

"On reviendra dès que ton épaule ira mieux. Comme ça on pourra tous les deux surfer sur les vagues...ou sur l'autre, ou les deux, pas forcément sur la même planche forcément, quoi qu'en fait....j'ai jamais fait ça sur une planche..."
Image
The only easy day was yesterday

Bethany Brown
Major ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 197
Inscription: 08 Mars 2016, 16:07

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Bethany Brown » 19 Oct 2017, 15:19

Bon, ils semblaient ok pour se laisser du temps quand même, et c’était mieux car s’ils ne se lâchaient plus du tout, nul doute qu’ils auraient du mal à dire que les gens se faisaient des idées sur eux !
—Et laisse mes amies en dehors de ça ! Je n’aurais pas dû te parler d’elles !
Elle lui en avait parlé succinctement quand ils étaient sur Terre, chez elle, quand il lui avait demander où elle avait trouvé le sac de vêtement de « Carmen ». C’était Tiffany qui lui avait prêté et elle lui avait laissé un message pour lui dire qu’elle pouvait passer les récupérer et là, elle était bien contente qu’elle ne soit pas passé pendant qu’il était là, étrangement, elle sentait qu’il se serait moqué d’elles…
Alors qu’elle revenait avec les canettes il la fit rire : de mauvaise foi il était :red:
—Oh mais je n’ai pas dit le contraire et j’assume ! Mais justement… je me cache pas derrière des prétextes « scientifique » si tu vois ce que je veux dire. Surtout qu’en ce moment, tout ce qui touche au scientifique ça me file des boutons !
Et on ne pourrait pas lui reprocher n’est-ce pas ? Pas avec tout ce qu’il s’était passé. Elle reprit sa place, à ses côtés, avant de se glisser dans ses bras. Elle en avait besoin là.
Assise dans les bras de Marty, Bethany se laissait aller, se détendait véritablement et ça lui faisait un bien fou d’être juste elle, sans carapace, sans obligation, juste elle, tranquillement, sans avoir rien à faire, rien à paraitre. Avouons que le fait que Marty lui avait fait l’amour avec tan de passion y avait jouer : il l’avait laissé dans un tel état de bien-être qu’elle n’avait pas envie de sortir de leur cocoon, enfin pour l’instant et lui non plus visiblement. Ils étaient si bien sur cette plage, dans les bras l’un de l’autre, tellement qu’on avait envie de rester là finalement… mais cela n’était pas possible et on le savait bien, mais pendant quelques minutes laisser les imaginer autre chose et profiter du moment. Une cabane pour des weekends en amoureux sur le continent, partit en perm à Bali… c’était malgré tout de doux rêves.
Pour autant, on ne se contentait pas de rêver quoique Monsieur oui en songeant à une équipe de femmes ! Une équipe composée de femmes mais bien sûr ! Il voulait un harem c’est ça ?!
—T’oublie direct surtout ouais ! Non mais sérieux… tu sais quand même que c’est moi qui vais choisir les membres ? Et maintenant que tu m’y fais penser je crois qu’on va éviter les femmes… Pour éviter que tu sois déconcentré par ton « harem » en mission !
Oui, elle était jalouse et alors ? Fallait pas qu’il abuse non plus !
—Ou alors justement : je saute sur l’occasion, je refonds l’équipe et je ne prends que des femmes. Tu préfères quoi alors ? Rester avec moi ou voir une équipe entièrement féminine devenir la team number one sur la cité hum ?!
Oui bah s’il lançait l’idée elle irait jusqu’au bout elle. En tout cas, mis au pied du mur, on se demandait bien par quelle pirouette il allait s’en sortir hein ?! Préférait-il rester avec elle en mission et la laisser choisir, ou voulait-il pouvoir baver sur une équipe féminine d’où il serait exclu ? Dur choix n’est-ce pas ?!
Elle se détendit en sentant ce baiser sur ses cheveux. Leurs doigts se mêlèrent pour une étreinte douce et agréable et elle posa sa tête contre le bras de Marty en souriant doucement. C’est vrai qu’il avait gâché un super moment romantique plutôt, justement par ce qu’il avait fait une blague sur ce moment-là : qu’il voulait lui faire l’amour sur cette plage, au coucher de soleil. Elle ne reviendrait pas sur le fait que son comportement sur le moment était totalement justifié : c’était sa faute à lui et ça lui apprendrait :red: mais quand même, cela aurait eu son charme oui… mais ce n’était pas grave, car ce qu’ils venaient de vivre, c’était parfait et il avait l’air d’accord. Et on reviendrait c’était tout. Pas que pour ça bien sûr, elle n’était pas une obsédée, juste que l’occasion se présentant, un câlin après une bonne séance de surf, pourquoi pas !
—J’ai vu ça oui !
Rien que de le revoir virer son short en 4eme vitesse, cela la faisait sourir.
—Et bien on la construira tous les deux.
Quoi ?! Tu crois quoi ? Que je ne sais pas manier un marteau, une scie, un tournevis ? Désolé bébé, mais James m’a appris à bricoler et à réparer tout du moteur d’une voiture aux canalisations d’une maison !
Bon… ça va être ric-rac de chourrer des matériaux comme ça… quoique peut-être pas. On verra bien !

Bethany le fit réagir en lui parlant à cœur ouvert, il eut l’air un peu surprit qu’elle pense à tout cela, mais elle n’y pouvait rien : elle n’y pensait que maintenant oui, mais elle y pensait c’était déjà bien non ? Elle pensait à lui, à son bonheur, elle voulait bien faire, vraiment, juste que ce n’était pas inné pour elle ce genre de comportement, fallait qu’elle s’y habitue. En tout cas, elle ne voulait pas qu’il se sente balancer à mille à l’heure dans une relation trop soudaine, qui allait trop loin, que cela échappe à son contrôle…
—Je me radoucie ? Sérieux ? …… Marty ! Je te parle à cœur ouvert et voilà tout le crédit que tu me portes ? Tsssss !
Elle aussi elle le taquinait, en tout cas, elle sourit et l’écouta parler en calant sa tête contre son épaule.
—J’ai Love Actually si tu veux pour changer ! Faut juste que je le retrouve…
Il la fit sourire et elle pencha la tête quelques secondes. Il n’était pas croyable, vraiment, en même temps…. Elle avait pu constater qu’il aimait prendre son temps pour lui faire plaisir oui, mais ce n’était pas comme ça que ça marchait si ?
—C’est bien que tu dises ça tu vois, par ce que c’est justement ça que je veux dire. Tu n’as pas à t’adapter à mon rythme ou à me laisser décider…Deeks !
Elle bougea et se retourna à moitié pour que leurs regards se croisent, qu’il puisse voir qu’elle était sincère.
—J’ai… j’ai l’impression que quand tu dis « nous », tu dis en fait « Bethany veux », ou « Bethany dis » et je ne veux pas. Je veux un nous, tu comprends ? J’aime bien quand tu me fais plaisir, ça je ne dirais pas le contraire. Mais je préfèrerais qu’on soit deux : Marty et Bethany, Bethany et Marty. D’accord ?!
Elle glissa sa main sur sa joue avant de lui déposer un baiser sur la joue et revenir, après coup, se lover dans ses bras, alors qu’on repartait sur un registre bien moins sérieux.
—Attends, c’est pour ça que tu m’appelle Fern de temps en temps ? Alors que j’ai pas la main verte ?!
Que 20% t’es dur sur la notation tu trouves pas ? … Bon allez, d’accord t’as gagné Marty Houdini ! Ça fait quand même très nom de scène gigolo ! Quoique je paierais peut-être pour voir !!

Oui, on ne savait pas vraiment rester sérieux, mais ça, c’était leur « thing », c’était tout simplement eux !
Le regard dans le vague, elle se laissa finalement rassurer tendrement par Marty qui lui dirait qu’ils reviendraient surfer, et elle s’y voyait déjà, rien que d’y penser elle se sentait bien…. Avant qu’elle ne laisse tomber sa tête consternée par ce qu’il venait de dire.
—Ca tourne vraiment à l’obsession tu sais ! T’en a pas encore assez ? Tu veux que je te fasse crier stop c’est ça ? Ou banane flambée ?! Sérieux ? Sur une planche de surf ? Je dis pas que je suis contre des positions coquines, mais là, ça serait surtout acrobatique !
Elle porta tout son poids en arrière jusqu’à le faire tomber, le chatouillant au passage, voilà, ce n’était pas du jeu, mais fallait ce qu’il fallait dans la vie ! Une fois qu’elle l’eut maitrisé, elle rit avant de venir l’embrasser tendrement.
—Je crois qu’on est aussi taré l’un que l’autre ! On dine sur la plage ? J’ai pas envie de rentrer tout de suite… et oui, je sais qu’il va bien falloir, on va éviter de rentrer à pas d’heure et de se faire griller, surtout que je dois passer à l'infirmerie pour faire contrôler mon pansement… mais on peut encore resté un peu non ?
Elle l’observa chaleureusement, chaudement avant de déposer ses lèvres sur son front et se relever pour partir à la recherche de son bikini…
Image

Martin Deeks
Sergent Chef ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 176
Inscription: 28 Juin 2017, 21:31

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Martin Deeks » 19 Oct 2017, 17:34

Image


Cité d'Atlantis - Continent


Ils étaient comme ça, à parler à moitié sérieusement, ou à moitié en train de se taquiner. Aucun des deux ne pouvaient s'en empêcher, c'était dans leur nature, dans leur relation. Pour autant, c'était ce qui faisait la dynamique dans leur duo, c'était ce qui faisait que cela fonctionnait en fin de compte. Un sourire amusé alors qu'on parlait de ses amies. On avait fait exprès de dire cela, de toute façon, c'était peut-être un peu tôt pour les rencontrer pas vrai ? Et puis, on ne savait pas vraiment comment cela se serait passé en fin de compte. On laissait cela pour une prochaine fois, qui sait, dans quelques mois, lors d'une prochaine permission sur Terre.

Et de suite des prétextes, non, ce n'était pas des prétextes. Bon, d'accord, peut-être que c'était le cas, mais que voulez-vous, elle le lançait dans ce genre de sujet, après il en devenait légèrement obsédé, surtout quand cela la concernait. Bien on éviterait dans ce cas les justifications à base de mots scientifiques dans ce cas.


"Ok, plus de réflexions sur les scientifiques quand j'ai envie de toi. Je parlerais juste du fait que mon soldat est prêt à passer à l'offensive. Ou alors qu'il est au garde à vous devant sa supérieure ? Ca fait très coquin quand même !"

Enfin pour le moment, même si on profitait de ces instants entre eux, l'un contre l'autre, sur cette plage, nul doute que malgré tout, on ne pouvait s'empêcher de se taquiner mutuellement. Notamment quand on parla de cette fameuse équipe qu'il fallait reconstituer. Il rit légèrement, elle était vraiment possessive et jalouse quand même ! C'était juste une idée comme ça, voilà tout, d'autant plus qu'apparemment, elle n'apprécia pas, surtout pour le faire virer de son équipe, enfin la sienne. Quoi ? Sérieux ? Elle lui ferait ça ? Ouais, non, personnellement, on préféra pas se faire éjecter, quoi que certainement qu'une équipe de Bad Ass au féminin, ça devait avoir son charme pas vrai ? Mais bon autant essayer de se faire pardonner pour le moment, avec ce petit câlin affectueux.

"De suite ! Je n'ai d'yeux que pour toi chérie. Sérieux ? De suite la menace de m'éjecter de l'équipe ? Attends, moi qui pensait que maintenant on allait pouvoir partager le sac de couchage en mission, question d'économie, et pour se tenir chaud la nuit. Tu brises mes rêves là ! Et puis ce seraient quoi comme équipe ? Les Daltonnettes ? En plus Bad Ass tu me diras.....non mais tu m'as convaincu, je reste avec toi, pas d'autres femmes, on a qu'à prendre un chien : Monty Junior 3ème du nom, un fin limier, qui renifle les wraiths....non ?"

Mine de rien, même s'ils se lançaient des vannes, des taquineries à tour de rôle, pour autant, les sujets variaient, passant notamment sur un côté plus sérieux, quand on parla de la fameuse cabane. Oui, il avait été assez surpris qu'elle y pense déjà, sans pour autant que ce soit en mal, avant de sourire amusé, il se doutait bien que James l'avait éduquée comme un garçon manqué en fin de compte. En fait ça l'amusa grandement, on la voyait bien déjà préparer les plans de la cabane, déjà tout prévoir, bien mieux que lui, il n'était pas le meilleur bricoleur du monde.

"Bon si un jour j'ai des fuites dans mes quartiers, j'appelerais pas de plombier, je te ferais venir. Promis, je paierais en nature. Non mais sérieusement, ça me gène pas, au contraire, t'es certainement plus bricoleuse que moi pour le coup, j'aime bien ce côté garçon manqué, bon j'en avais déjà eu l'aperçu en mission, mais je me demande ce que ça donne quand tu es en salopette de travail..."

Non il ne pensait pas qu'à ça vous me direz, un peu, mais bon, nul doute que cela avait son attrait. En attendant, c'était à moitié taquin, à moitié sérieux que la conversation reprenait entre les deux. Bien qu'elle vira pour le coup à quelque chose de plus sérieux quand elle se retourna contre lui, leurs regards se croisant pour l'occasion. Il comprenait ce qu'elle voulait dire, mais lui, il avait tellement de choses en tête pour eux, qu'il avait peur d'aller trop vite les concernant. Il ne faisait pas que suivre le mouvement, enfin si en quelque sorte, c'était juste qu'il ne voulait pas qu'elle se rende compte qu'elle faisait une erreur si elle allait trop vite dans la relation et qu'elle fasse brutalement demi-tour.

"Et il y a ce nous, juste que je sais, que cette relation, ce nous pourrait te faire peur si on va trop vite. Je te connais. Et je ne veux pas précipiter les choses pour éviter que tu fuis justement. Et puis, je ne fais pas toujours ce que tu dis. Enfin ça dépend...la situation, le contexte, si t'es toute nue ou pas. Bon ok, habituellement je fais à peu près ce que tu veux, mais ne crois pas que c'est simplement parce que je suis un bon toutou qui suit sa Maîtresse. De toute façon je ne sais pas donner la patte. Je veux juste que tu sois confiante dans notre relation, et je sais que là, tu l'es, mais qui sait....donc nous avançons, soit-en certaine, dans la même direction....c'est pas clair pas vrai ? Ca l'était plus dans ma tête.

Bref, je t'aime, toi, rien que toi, je veux ton bonheur, je veux ce nous, il y a ce nous, et ça me va très bien."


On se perdait dans les explications pour le coup, enfin ce petit moment d'égarement, de mise au point entre eux, au travers de leurs regards, de cette caresse sur sa joue, cela avait le mérite d'avoir été fait après tout. Mais les connaissant, ils rebondissaient toujours sur quelque chose de bien moins sérieux, notamment ce fameux code pour le coup, un sourire amusé, quand elle accepta le fameux Marty Houdini.....ouais, tout ça pour qu'en fait, elle ait le droit à une danse très privée, sérieux ? Elle voulait qu'il lui fasse un strip tease ? Rien que de l'imaginer, cela pourrait être sympa.

"Comment tu crois que j'ai pu financer une partie de mes vacances quand j'ai commencé l'armée ? J'avais pas une paie de chef à ce moment-là, fallait bien combler les trous. Promis, je mettrais mon uniforme, et tu auras le droit à une danse très très privée. Mais je promets pas que tu ne résisteras pas à me sauter dessus avant la fin de la danse !"

Mais pour le moment, on rit quand elle le prenait vraiment pour un obsédé, bon d'accord il l'était quelque peu vous me le direz, la concernant, quoi ? Elle n'était pas bien son idée sur la planche ? Ouais, nul doute que ce serait très acrobatique, mais qui sait après tout ! On rit d'autant plus finalement quand elle se retourna et se mit à le chatouiller. Il était très sensible aux chatouilles me direz-vous, et pour le coup, il avait beau essayé de la faire arrêter, il ne pouvait s'empêcher de rire, jusqu'à ce qu'elle le coince complètement au sol. Il essaya doucement de se calmer, de reprendre sa respiration alors qu'elle se retrouvait sur lui, avant de profiter de ce nouveau baiser qu'ils s'échangèrent. Un regard chaud, tendre vers elle avant de la voir se lever.

L'observant de dos, complètement conquis finalement avant de se lever à la suite, ils avaient encore le temps avant de rentrer de toute manière, ils pouvaient encore profiter un peu de la fin de journée et de ce début de soirée.


"On rentrera quand tu le décideras Princesse, je ne suis pas vraiment pressé de rentrer non plus, bon, même si on ne bosse pas demain, mais ce ne serait pas pareil. Aller ! Allons voir ce qu'on a encore dans la glacière, tout ça, ça me donne une faim de loup !"

Il la rejoignit avant de lui donner une petite tape sur les fesses en riant légèrement récupérant son short de bain au passage et le remettre. C'est vrai qu'en rentrant, ils ne pourraient pas être aussi.....libérés en public, on allait devoir tout comportement trop personnel, mais bon, ils se retrouveraient soit chez l'un, soit chez l'autre me direz-vous. En plus, il valait mieux ne pas trop non plus rester, surtout si elle devait passer à l'infirmerie. Va savoir si on n'allait pas tomber sur la mégère de service qui serait de garde. Vous savez cette infirmière qui faisait un bon deux mètres et plus de 100 kilos. Croyez le, fallait pas la croiser à l'infirmerie.
Image
The only easy day was yesterday

Bethany Brown
Major ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 197
Inscription: 08 Mars 2016, 16:07

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Bethany Brown » 19 Oct 2017, 18:46

Alors qu’elle se relevai pour partir à la recherche de son bikini, Marty en profita pour venir lui mettre une petite fessée. Instinctivement, elle se retourna et l’observa avant de petits yeux.
—Ca va te valoir plus qu’une dance ça, t’as pas idée !
Elle secoua la tête amusée en même temps qu’elle disait cela. Marty c’était un sacré numéro, mais cela lui convenait à elle. Elle le laissa chercher, farfouiller dans la glacière alors qu’elle remettait son bikini et resserrait les cordes, les nouant dans son dos, sur ses hanches.
Ce que Marty avait dit tout à l’heure, cela l’avait pris de court, en fait c’était pour elle, pour ne pas qu’elle ait peur. Oui : elle pensait avoir bien comprit : s’il pensait à elle avant « eux », c’était juste par ce que des deux, c’était elle la plus lente dans cette histoire. Elle se demandait jusqu’où il irait si elle lui lâchait la bride : le mariage ? les enfants ? Oui, rien que d’y penser elle en paniquait l légèrement, donc ok, ils iraient à son rythme à elle si cela lui alla à lui. Sur le moment, elle l’avait laissé parler, elle n’avait rien dit, elle s’était contentée de se lover contre lui, prenant conscience de ce qu’il disait même si ce n’était pas très clair. Ce qui l’était c’est qu’il l’aimait et que pour elle, il était prêt à attendre qu’elle soit prête. Il avait déjà attendu 3ans pour sortir avec elle, il n’en était plus à ça près.
—Alors ? Tu trouves quoi de bon ?
Replaçant ses cheveux dans son dos, retirant les quelques mèches bloquées sous les cordons de son haut avant de se caler à côté de la glacière, mais il n’avait pas fini de fouiller visiblement et elle leva les mains.
— Ok, Ok. Joue au grand chef et moi je vais ramasser nos canettes.
Alors oui, elle n’aimait pas ranger, l’ordre, tout ce qui était trop bien ranger, cela lui faisait peur, c’était trop carré, trop bloqué…. Mais elle ne supportait pas qu’on pollue par contre. Elle alla ramasser leurs canettes entamées, et mis dans un sac celles qui étaient vides.
—Tu crois que Jennifer sera de garde ce soir ? J’ai pas vraiment envie de retomber sur celui qui m’a soigné ce matin… il était bien trop mielleux, c’était limite flippant.
Une fois ceci fait, elle se frotta les mains et s’installa non loin, dos à une sorte de palmier, les genoux relevés vers elle, les bras autour, profitant de l’ambiance avant de poser sa main droite doucement sur son épaule gauche, sur la plaie qui lui tirait un peu.
—Alors tu t’en sors ou tu te fais dévorer par la glacière ?
Oh et… c’est quoi cette histoire avec « Monty 3em du nom ». T’as déjà eu des chiens ? James ne voulait pas que j’en récupère un il disait qu’on s’y attachait et que ça mourrait trop vite… mais on meurt bien tous un jour non ? Et si on part par-là, la vie serait d’un triste… Tu sais quoi ? un jour on se prendra un chien qui fera des trous dans le sable à la recherche d’os pendant qu’on regardera l’océan !

Elle rit en imaginant la scène alors que Marty revenait vers elle avec finalement de quoi manger. Quoi ? C’était la bonne question, de là où elle était-elle ne voyait pas, mais elle avait confiance. Ce ne serait surement pas un repas de restaurant ou autre, mais elle ne s’y attendait pas du tout donc tout allait bien et puis, ils auraient toujours le temps de mettre les petits plats dans les grands plus tard non ?
—Merci. Alors qu’est-ce que chef Marty nous a concocté de beau ?
Elle n’était pas du tout pressée de rentrer. Elle savait qu’une fois le jumper posé sur le sol métallique de la cité, il faudrait revenir à du basique, et là, elle n’en avait pas encore envie. Elle commençait à se fatiguer, toute la tension des derniers jours s’évacuant, mais pas encore pour demander à rentrer !
Image

Martin Deeks
Sergent Chef ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 176
Inscription: 28 Juin 2017, 21:31

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Martin Deeks » 19 Oct 2017, 19:08

Image


Cité d'Atlantis - Continent


Plus qu'une danse ? C'était qu'elle était exigeante quand même ! Un sourire amusé pour le coup, comme si elle, elle en profitait pas pour lui taper sur les fesses n'est-ce pas ? Comme il n'y a pas si longtemps en sortant des quartiers, elle l'avait fait, et pourtant il n'avait rien dit, ou rien fait. Un sourire éclatant en la regardant se rhabiller, quel dommage, on l'aimait bien sans rien, enfin habillée aussi vous me direz, mais sans rien c'était quand même beaucoup mieux.

"Quoi ? Qui a fait la même chose il n'y a pas si longtemps en sortant des quartiers hum ? Pas moi je signale. Juste retour des choses chérie."

Mais pour le moment, il se mit à fouiller dans la glacière. Il y avait de quoi finalement, ils avaient du pain, il y avait des légumes, de la salade, même un peu de viande, poulet ou jambon visiblement, des chips, certes, ce ne serait pas de la grande gastronomie, mais au moins cela calerait dans leurs estomacs. En tout cas, il y en a une qui ne perdait pas le nord en venant voir ce qu'il y avait de bon dans la glacière, nul doute que son estomac l'a rappelé à l'ordre.

"Grand chef, grand chef, j'ai pas ma cuisine, donc faut pas espérer du 3 étoiles. Un soir, je te préparerais mes lasagnes, faites maison bien entendu, tu verras, tu pourras plus t'en passer, un vrai délice."

On avait fini par sortir un peu tout ce qu'il y avait, avant de préparer des sandwichs très bien fournis, histoire de bien les caler, sans oublier de prendre les paquets de chips ainsi que de quoi s'hydrater pour l'occasion. On l'avait vu ramassé les canettes vides, avant d'aller s'installer contre un palmier, attendant certainement qu'il ait fini la popotte du soir pour le coup. Récupérant le dos avant de se diriger vers elle, fronçant quelque peu les sourcils en la voyant toucher son épaule, nul doute que la blessure devait faire quelque peu mal, pas étonnant qu'elle devait passer à l'infirmerie en rentrant.

"Il y a des chances. La dernière fois, elle était de garde, mais elle s'est fait remplacée alors que j'étais venu la voir pour....discuter. Du coup, je pense que ce soir, elle doit récupérer ce tour de garde. Enfin, faut juste espérons que ce soit pas Hulk, non, parce qu'elle, si elle te plante l'aiguille, c'est pas pour te soigner, c'est pour te tuer !"

Un sourire amusé en tout cas alors qu'elle semblait vraiment avoir faim, pas de patience on vous jure quand même !

"J'arrive, j'arrive, un peu de patience, c'est pas comme si on m'avait refilé des sandwichs tout fait non plus. Tu préfères quoi ? Poulet ou Jambon ? Ou alors il y a crudités aussi ?"

Qu'elle choisisse à vrai dire, il attendit simplement sa réponse avant de lui tendre le paquet, et de s'installer à ses côtés, côte à côte, mettant bien en vue le paquet de chips entre eux et les boissons, une pour chacun.

"Et j'ai prévu les chips !"

Il sourit quand elle commença à lui parler de Monty, tiens, elle avait retenu cela, avant d'hausser un sourcil en l'écoutant. Tiens donc, elle les voyait déjà avec un chien ? C'était quoi la prochaine étape ? Les enfants ? Ah non, ça elle y avait déjà pensé. Mais en même temps, cela le confirmait dans le fait qu'elle était sérieuse dans leur relation, pour penser à ça déjà. Même si ce ne serait pas de suite me direz-vous, mais elle y pensait.

"On avait un chien, dans l'unité, quand on était en patrouille. Il s'appelait, enfin, il s'appelle toujours Monty. Le pauvre, il a fini par être mis à la retraite, trop de bombes certainement, le psy a déclaré qu'il avait une sorte de SPT canin. Mais c'était une brave bête. Pas un pedigree, non, un pur bâtard en fait, personne ne le trouvait très attirant comparé aux bergers allemands et autres qu'on avait, mais j'ai été pris en affection pour lui. Entre bâtards on se comprenait. Bref, il a été rapatrié aux USA, aux dernières nouvelles, il a été adopté par un flic. Du coup, voilà pour Monty, et forcément quand on sera plus vieux, ce sera son petit fils....et il courra après les filles en bikini sur la plage...ou faire des trous dans le sable aussi, la vie est une question de priorité pour les chiens !"

Mais il n'était pas contre cette idée qu'ils aient leur chien au final, c'était presque comme un enfant en fin de compte. Mais pour le moment, attaquons ce repas alors qu'on eut l'esprit dans le vague un instant en imaginant la scène. Eux, tranquilles, main dans la main, sur la plage de Malibu, Monty gambadant soit après les filles, soit pour trouver des trésors cachés, va savoir. Oui, nul doute que ce serait une belle vision de la retraite quelque part.

"Après, faut juste éviter que l'association pour la défense des plages contre les pervers sexagénaires n'essaie de m'éjecter de la plage, mais c'est un détail, surtout si en plus, j'ai la Présidente de l'association avec moi, pas vrai Princesse ? T'inquiètes, je ne mâterais pas les gamines en bikini, tu m'en laisserais pas l'occasion. Et puis, à quoi bon les regarder, quand je t'aurais toi pas vrai ?"

Ouais, il était un peu dans son délire, mais elle lui avait mis cette image en tête pour le coup. Après tout, on pouvait toujours rêver, espérer, faire des plans sur la comète ou autre, certes, c'était tout récent entre eux là, ça faisait quoi ? Une journée, pour autant, on ne pouvait pas s'imaginer son futur sans elle à ses côtés. Ouais, il était accroc, addict.
Image
The only easy day was yesterday

Bethany Brown
Major ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 197
Inscription: 08 Mars 2016, 16:07

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Bethany Brown » 19 Oct 2017, 19:59

Ce n’était pas de la cuisine trois étoiles oui, mais ce serait parfait. En tout cas, elle avait souri quand il avait parlé de ses fameuses lasagnes. Ok, elle le prenait au mot, elle attendrait de voir s’il l’invitait pour les manger et si elle en deviendrait accroc.
—Hulk ? J’ai jamais fait attention tiens… non mais Jennifer ça ira, j’ai pas tellement envie qu’un abrutit aille tâter les points, ça tire un peu, beaucoup même… Juste qu’on change le pansement, des cachets pour dormir et basta.
Elle tendit son bras valide pour attraper un sandwich en riant.
—Deeks… C’est le meilleur rendez-vous que j’ai jamais eu alors t’inquiète pas. Et poulet pour moi…
Elle sourit attrapa les bouteilles d’eau et les planta dans le sable, entre eux en souriant.
— Merci !
En tout cas, il semblait étonné qu’elle remette sur le tapis cette histoire de chien. Elle était curieuse et elle l’écouta raconter toute l’histoire.
—Vraiment ? un SPT canin ?! pauvre chien ! Tu sais c’est pas la race qui compte, à mon avis, c’est une histoire de feeling, un petit quelque chose… une « thing » tout simplement.
Elle avait un de ses sourires en le regardant de ce regard admiratif, non, on ne parlait plus du chien là, mais bien d’eux.
Elle croqua dans son sandwich avant de se stopper en fronçant les sourcils.
—L’achochiachion de quoich ?
Elle avala sa bouchée avant de le regarder étrangement.
—Tu veux bien répéter ?
Mais t’as tout compris : si on est encore ensemble à soixante ans je ne te laisserais jamais mater de pauvres gamines innocentes en bikini c’est… dégelasse.
Elle se pencha vers lui avant de lui murmurer quelques mots.
—Et je compte bien être présidente de plus qu’une association. Et de toute façon, je jour où je ne te suffirais plus, je te ferais euthanasier et je garderais Mounty pour me tenir compagnie. Nah !
Non mais il n’y avait pas que lui qui avait le monopole de la taquinerie. Ils continuèrent à raconter des âneries tout en finissant leur délicieux sandwich et ils finirent par en rire, elle ayant du mal à s’arrêter pour la peine.
—Ça fait du bien, de rire. Après tout ce qu’il s’est passé.
Elle resserra ses bras autour d’elle avant de rajouter en se recroquevillant doucement.
—J’ai juste… juste envie de manger une glace devant une série à côté de toi et m’endormir. Comme dans cet hôtel à LA, bon, c’était pizza bière, mais là ça va être compliqué !
Elle l’observa un moment en poussant un gros soupir, puis lui sourit embarrassée.
—Je suis… je suis vraiment désolé… pour tout.
Elle vint se glisser contre lui et posa sa tête sur son épaule.
—Ca va toi ? …
Oui, elle était un peu inquiète quand même, elle lui avait tellement fait mal dernièrement, et elle le regrettait tellement.
—Moi ? Je vais bien. Je vais vraiment bien !
Toujours quand tu es près de moi.

Et le soleil descendait, descendait inexorablement…Il allait falloir penser à rentrer bientot, alors on profitait de dernières minutes pour venir l'embrasser, langoureusement, en venant finalement s'installer sur ses jambes, de côté, une main de Marty dans son dos... on était bien et cela ne faisait que commencer.
Image

Martin Deeks
Sergent Chef ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 176
Inscription: 28 Juin 2017, 21:31

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Martin Deeks » 19 Oct 2017, 20:50

Image


Cité d'Atlantis - Continent


Tu m'étonnes, après tout ce qui s'était passé, et on ne parlait pas forcément entre eux, mais avec tous les aléas de la journée, les discussions qu'ils avaient eu et qui les avaient quelque peu vidés psychologiquement me direz-vous, et cette blessure, ce n'était pas étonnant au final qu'elle souhaitait se reposer. Surtout que bon, ils auraient peut-être dû éviter de se sauter dessus à peine sortis de l'infirmerie, mais que voulez-vous, c'était plus fort qu'elle pour le coup. Il sourit tendrement, le meilleur rendez-vous, sérieux ? Elle devait avoir vraiment une quantité de casseroles niveau rendez-vous pour que ce soit le meilleur. Ou alors, c'était juste sa présence qui rendait ce rendez-vous meilleur ?

"Eh bien, dans ce cas, si celui-ci est le meilleur, qu'est-ce que ça donnera pour les prochains ! On espère faire mieux pour impressionner Miss Brown."

Un sourire amusé alors que la discussion dérivait sur Monty et sur son histoire. Mangeant tranquillement, prenant quelques gorgées d'eau, il lui sourit tendrement quand finalement la discussion dériva sur eux, on parlait d'un chien, et maintenant, cela parlait d'eux.

"Je ne suis plus très sur qu'on parle de Monty maintenant je crois. Faut dire que ce genre de Thing, ça se cultive, longuement, histoire que ça germe pour devenir quelque chose d'important, d'imposant, inébranlable."

Mais pour le moment, après ce petit moment admiratif, l'un envers l'autre, on dégusta ce petit dîner, vite fait, mais bien fait, histoire de se remplir les estomacs. Tous les deux avaient visiblement très faim en tout cas, avant qu'il ne sourit amusé, une fois fini, ayant attrapé la bouteille d'eau, quand elle fit semblant de ne pas comprendre concernant cette association. Si, si, elle avait très bien compris quand même ! Il en rit même pour le coup, il n'avait pas besoin de répéter, avant de rire à pleine gorgée quand elle vint le "menacer" en quelque sorte avec ce petit murmure.

Vraiment ? Elle l'euthanasierait ? Franchement ? Oui, ils se taquinaient, s'envoyaient des vannes, ils n'étaient pas un couple normal à l'eau de rose, ils n'étaient pas fleur bleue, enfin ça dépendait des moments, non, leur force, c'était cette dynamique entre eux, ce côté à se comporte comme un vieux couple déjà. Bien que cela faisait déjà trois ans qu'ils se comportaient ainsi, en peut-être moins prononcé.


"Sérieux ? Ah mais je sais, c'est pour mieux me garder ensuite en cryogénie chez nous, dans le salon ? Non, mieux, à côté de toi dans le lit, comme ça je serais toujours à tes côtés. Bon je serais un glaçon tu me diras, mais au moins si t'as trop chaud, t'auras juste qu'à te serrer contre moi."

En tout cas, ils ne s'arrêtèrent pas vraiment là, au contraire, ils évitaient les sujets trop sérieux, trop mélancoliques en quelque sorte, pour le coup, ils se balançaient pique sur pique, jusqu'à exploser de rire tous les deux. Oui, cela faisait du bien après la journée qu'ils avaient passé en tout cas. Mais pour le moment, l'observant, se recroquevillée sur elle, il sourit, tendrement, visiblement, elle avait envie de cocooning ce soir. En même temps, nul doute qu'elle devait être fatiguée de la journée, et puis, on ne s'était pas encore de nouveau rétabli aux horaires de la cité, la preuve, on s'était bien levé la nuit pour aller manger et finir ensuite à l'infirmerie....

"Ouais, difficile pour la pizza, le livreur je doute qu'il arrive jusqu'ici. Pour la bière, j'ai, et je dois encore avoir quelques pots qui ont résisté à la tornade Brown la dernière fois dans mon frigo. Donc ta petite fin de soirée enroulée dans la couette avec ton coussin favori peut avoir lieu. Promis je serais sage !"

Mais par la suite, elle le surprit. Haussant un sourcil, on se demandait pourquoi elle s'excusait ? Elle s'excusait de quoi exactement ? Qu'est-ce qu'elle entendait par tout ? Enfin ces deux dernières semaines ou pour l'avoir largué comme une vieille chaussette ? Oui, il s'en rappelait encore me direz-vous, mais il avait mis ça de côté, c'était le passé, et dorénavant ils avançaient pas vrai ? Dans la même direction. Un sourire tendre en la voyant poser sa tête sur son épaule.

"C'est le passé, maintenant, ce qui compte, c'est aujourd'hui et demain, et après-demain, et après-après-demain, bref tu m'as compris. Je ne dis pas que c'est oublié, que ça n'a pas fait mal, mais j'y ai fait un trait. Cela n'a plus de raison d'être désormais. Je t'ai maintenant, rien qu'à moi, ça me suffit.

Et je vais bien, très bien même, et toi ?"


Il sourit amusé, quand elle répondit quasiment la même chose que lui pour le coup avant que son regard ne se fasse plus profond. Il n'avait pas l'habitude qu'elle se confie de la sorte, enfin qu'elle se montre aussi affectueuse, dans ses paroles, il n'avait pas besoin qu'elle lui dise les trois mots magiques, ces gestes, ce genre de paroles, cela lui suffisait amplement. Elle les dirait quand elle se sentirait prête voilà tout. Mais pour le moment, profitons de ces derniers instants avec elle alors qu'elle vint s'installer sur ses genoux, passant un bras autour de sa taille, la rapprochant contre lui, laissant leurs lèvres faire de nouveau connaissance, tendrement, doucement, langoureusement, l'approfondissant, laissant leurs langues se mêler, se mélanger, alors qu'on appréciait ce simple instant câlin entre eux.

Un sourire tendre, amoureux, le regard chaud, la couvant quand on détacha doucement ses lèvres des siennes.


"Tu as un goût de poulet."

Son sourire s'agrandit pour l'occasion, avant de venir délicatement de nouveau poser ses lèvres sur les siennes, avant que le baiser ne devienne plus profond, non, visiblement, il ne se lassait pas de l'embrasser, de l'avoir contre lui, la serrant tendrement contre lui, dans ses bras, profitant de ces derniers instants de paix, où l'on pouvait être Bethany et Marty, sans devoir rendre de compte, juste eux, et leurs sentiments, laisser libre court à ce qu'ils ressentaient au travers de ces baisers, qui ne semblaient pas vouloir s'arrêter. C'était trop bon pour s'arrêter. Une fois qu'on y avait goûté, difficile de s'en passer pas vrai ? :red:
Image
The only easy day was yesterday

Bethany Brown
Major ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 197
Inscription: 08 Mars 2016, 16:07

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Bethany Brown » 20 Oct 2017, 00:27

Ils étaient bien là, tous les deux, déconnant, retrouvant leur thing comme avant, même s’il y avait dorénavant un côté plus intime, on faisait des taquineries plus « personnelle » et on comprenait les choses, les insinuations, différemment. C’était une dynamique ancienne entre eux et en même temps toute nouvelle, mais c’était… c’était comment dire : naturel. Et c’était pour cela qu’elle avait eu un petit coup de mou, qu’elle s’était inquiétée, pour lui, lui demandant finalement si ça allait vraiment. Elle le surprit, elle le vit bien oui, mais elle se sentait mal là en faisait le point sur tout ce qui s’était passé depuis un mois.
Pour être franc, cela s’était mis en place dès leur première rencontre, quand elle avait débarqué du Dédale et qu’il l’avait accueilli en short de bain. Oui, ça avait de suite donné le ton et par la suite, il y avait eu ces taquineries, ces vacheries aussi, avec au final une alchimie qui avait grandi petit à petit. De simple coéquipiers, ils étaient devenus de très, très bons amis, qui se connaissaient par cœur, passant la plupart de leur temps ensemble, en mission. Et de fil en aiguille, cette proximité c’était doucement muée en attirance, puis, doucement en autre chose, quelque chose finalement qu’on ne voulait pas s’avouer, enfin… pour elle. Lui, cela faisait trois ans qu’il espérait finalement qu’elle ouvre les yeux, qu’elle le voit, mais non. Il avait fallu qu’il s’en aille, rapatrié sur Terre le temps d’une longue mission, pour que ce que cela grandisse vraiment en elle, même si, dans le déni le plus total, c’était juste son ami qui lui manquait quand elle se lovait dans ses sweats.
Marty et Bethany étaient tous deux militaires de carrière, et ils aimaient leur métier. Ils savaient ce qu’ils risquaient, ils savaient que la vie était précieuse, que des dangers inimaginables les guettaient… ils savaient finalement que la vie pouvait être très courte et pourtant quand il était revenu, dieu qu’elle lui en avait voulu. Elle n’avait pu s’en empêcher, cela avait été instinctif : elle s’était sentit totalement abandonnée pendant presque un an et lui il revenait comme ça, la bouche en cœur avant de la balancer dans les bras d’un autre. Non, il fallait être sincère, au retour de Marty sur la cité, ils avaient eu bien du mal à se retrouver comme avant. Et maintenant, alors qu’elle se posait sur ses genoux, elle se demandait… ou plutôt non : elle savait que c’était peut-être à cause de leurs sentiments. Cela avait couvé dès son retour, cela n’avait plus vraiment été comme avant, comme si quelque chose avait été brisée, ou comme si on avait peur de retrouver cette même unité entre eux. Et tout cela leur avait explosé à la figure sur Terre.
Bethany laissa Marty l’attirer à lui, se lovant plus encore si possible contre lui, sentir sa peau contre sa peau, c’était tellement agréable, c’était… parfait. Elle vint poser ses lèvres contre les siennes avant de glisser doucement ses mains dans sa nuque, dans ses longs cheveux blonds avant de sourire tendrement entre deux baisers.
Si elle avait su toute ce bienêtre, le plaisir et le bonheur qu’elle éprouverait en étant dans ses bras il y avait quelques semaines, jamais… jamais elle n’aurait pris peur et jamais elle ne l’aurait quitté. Mais allez savoir, c’était peut-être un mal nécessaire, à croire qu’elle n’apprenait que dans la douleur.
—T’aime pas le poulet ?
Elle glissa une main sur sa joue en souriant amoureuse. Oui, elle était amoureuse de lui, c’était certain.
—J’irais me laver les dents en rentrant. Après tout tu m’as proposé une soirée télé-glace sur ton lit non ? Quoique… t’as surement jeté ma brosse à dent… non ?
Elle le fit taire d’un baiser, avant de soupirer, heureuse et de revenir tendrement capturer ses lèvres des siennes. C’était peut-être un peu ironique de dire qu’elle avait laissé des affaires à elle chez lui. Brosse à dent, brosse à cheveux, un ou de débardeur… ce genre de chose quoi. Mais c’était juste par prévention, quand elle finissait la nuit chez lui. Dis comme cela, on avait l’impression qu’ils sortaient déjà ensemble depuis longtemps alors que non, quand elle avait laissé tout cela ils étaient justes amis, il n’y avait absolument rien entre eux… mais maintenant, ce n’était plus le cas. Elle avait trouvé le cran de lui demander une chance de se faire pardonner, par ce qu’il lui manquait trop et là, alors qu’ils ne cessaient de s’embrasser, avec une grande tendresse, aucun des deux ne voulant finalement s’arrêter, se séparer de l’autre, on se dit qu’on aurait bien du mal à rentrer sur la cité et à devoir se cacher, et pourtant, il le faudrait bien. Ils savaient ce qu’ils risquaient, ils en étaient conscients, ce qu’ils pourraient faire ou pas, ce à quoi ils devraient faire attention… mais même si on essayait d’y penser on se disait qu’on s’en foutait : on voulait risquer le tout pour le tout, et voir si oui ou non, dans 30ans elle devrait lui tirer l’oreille sur une plage parce que son regard aurait glissé sur une gamine en bikini qui aurait l’âge de leur fille ! Oui, cela avait un quelque chose d’excitant en fait, de se dire qu’il voulait aller aussi loin, cela voulait dire qu’elle pouvait se laisser aller, qu’on pouvait prendre le temps aussi de construire ce nous à deux, avec du temps, beaucoup de temps, on était pas pressé, on avait toute la vie devant soi n’est-ce pas ? Alors non, elle n’allait pas paniquer, elle n’allait pas fuir, elle ne lui demanderait pas non plus d’être patient, par ce que là, alors que deux de leurs mains se retrouvaient, mêlaient leurs doigts et qu’elle arrêtait ce baiser pour respirer et que, front contre front, elle le couvait d’un regard transit, elle savait qu’il le serait, car il l’avait toujours été avec elle.
—Dis-moi, tu me préférerais pas goût chocolat ?
Elle frissonna quelque peu, entre la température qui avait fui avec le soleil et sa fatigue psychique et sa blessure. Pas qu’elle n’était pas bien là, mais…
—Et si on rentrait ? Comme ça, je pourrais vite aller à l’infirmerie et me jeter sous cette couette et venir m’installer contre toi pour regarder je-ne-sais-quoi. Et t’aura des baiser gout chocolat. Allez, avoue que c’est tentant !
On se taquinait, on le cherchait un peu, mais c’était surtout pour ne pas dire qu’elle commençait sérieusement à fatiguer, à avoir mal et que la seule chose qu’elle avait envie là, c’était d’une douche brulante, d’un pyjama pour se caler sous la couette contre lui et s’endormir. Elle avait bien le droit ce soir non ? Promis, demain soir, elle dormirait dans ses quartiers.... :red:
Image

Martin Deeks
Sergent Chef ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 176
Inscription: 28 Juin 2017, 21:31

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Martin Deeks » 20 Oct 2017, 09:14

Image


Cité d'Atlantis - Continent


On avait simplement plaisanté quand on lui avait dit qu'elle avait le goût de poulet. A vrai dire, il s'en fichait complètement, que ce soit le poulet ou autre, de toute manière, il l'aurait quand même embrassée mine de rien. Non simplement en cet instant, on profitait de l'autre, de la présence de l'autre. Avant que tout ne redevienne normal, enfin aussi normal que possible entre deux. Car nul doute qu'il faudrait s'ajuster sur la base pour éviter que ce soit trop flagrant. Mais bon, on avait passé trois ans à attendre, trois ans à attendre qu'elle soit prête, sans pour autant se dévoiler, ce n'était pas parce que désormais ils étaient ensembles, qu'ils allaient se comporte différemment pas vrai ?

Peut-être un peu, tout du moins, en privé, et peut-être que leurs chamailleries auront des connotations plus personnelles en fin de compte, mais nul doute qu'ils arriveraient à jongler entre vie privée et leur vie militaire. Après tout, c'était ce qu'ils savaient faire, c'était leur carrière et aucun des deux n'avaient vraiment envie de mettre cela de côté, surtout vu le travail qu'ils faisaient. C'était important. Pour autant, cela ne les empêcherait pas de vivre. Oui, en y repensant, ils en avaient parcouru du chemin. De leur début en tant que simple collègue, lui simple subordonné, avant de devenir amis, de très bons amis même, très proches, trop selon les mauvaises langues de la cité, avant que tout ne soit cassé par son retour sur Terre.

Il avait beaucoup pensé à elle durant son affectation sur Terre, à eux, d'ailleurs, combien de fois avait-il été charié par ses potes de l'unité pas vrai ? Cependant tout ne s'était pas vraiment passé comme il l'avait prévu à son retour. Il avait bien vu, remarqué et senti qu'elle lui en voulait, pour quelque chose dont il n'y était pour rien, pourtant, elle l'avait traité comme.....un simple subordonné, pire qu'avec Spencer finalement. Alors on s'était vengé, cela avait été bas de la jeter dans les bras de l'autre zigoto, et il s'en était voulu, puis tout avait basculé avec cette histoire sur Terre. Un trop plein, ils avaient eu besoin de mettre les choses au clair, et on avait tout balancé, en quelque sorte. Nul doute qu'il l'avait surprise à cet instant là. Et il avait fallu des hauts et beaucoup de bas, notamment ces deux dernières semaines, pour qu'à son tour, elle craque.

Il s'était éloigné, essentiellement, pour éviter de souffrir de nouveau, ayant besoin de se ressourcer, de ne plus avoir cette ambiance malsaine entre eux, et aussi pour la laisser réfléchir. On savait qu'elle était celle qui rejetait toute relation, toute complication, tout rapprochement, du coup, on l'avait laissé faire le pas, même si cela avait mis du temps pas vrai ? Mais le principal c'était que désormais, ils étaient ensembles non ? Nul doute en tout cas qu'on la découvrait sous un nouveau jour, ce côté amoureux qu'on n'avait jamais encore vu chez elle. Pas qu'il n'aimait pas, c'était juste nouveau, et on adorait le fait qu'elle laisse tomber sa carapace juste pour lui, juste quand ils étaient à deux, dans l'intimité.


"Je te préfère toi."

Les lèvres se retrouvèrent à nouveau, de nouveaux baisers, et ils n'avaient pas l'air de vouloir s'arrêter à un seul en cet instant. Un sourire quand elle parla de ses affaires, enfin surtout de sa brosse à dent, pourquoi il l'aurait jetée ? A vrai dire, ses affaires étaient toujours là, enfin ce qu'elle avait mis dans ses quartiers, on avait même fini par lui faire carrément de la place dans son armoire pour qu'elle puisse y mettre ses affaires, bien qu'habituellement, elle lui piquait ses shorts et sweat. Mais cela ne datait pas d'hier, c'était déjà présent bien avant, ils se comportaient déjà auparavant, comme un vieux couple, sans s'en rendre vraiment compte. Mais pour le moment, profitons encore de ces instants romantiques entre eux, sans pression, sans devoir se cacher, car c'est ce qu'ils allaient devoir faire sur la Cité. Se cacher, mais cela en valait la peine, ça valait la peine qu'on cache leur relation à tout le monde, pour qu'ils puissent s'épanouir ensemble, sans avoir le regard des autres sur eux. Leurs doigts s'entremêlant, front contre front, il sourit tendrement.

"J'ai jeté aucune de tes affaires Sunshine, tout est encore dans mes quartiers, tu as toujours ton côté dans mon armoire tu sais."

Le regard transit d'amour, qui se reflétait dans le sien, alors qu'ils n'allaient pas plus loin que ce petit câlin affectueux, tendre, alors que la température commençait doucement à descendre suite au coucher du soleil. C'est vrai, il serait temps de rentrer, d'autant plus que oui, elle devait passer à l'infirmerie et la fatigue de la journée devait se faire sentir. Un nouveau baiser, avant de laisser ses lèvres caresser les siennes.

"Tu n'étais pas fatiguée toi ? Non parce que goût chocolat....tu veux que je te badijonnes de chocolat et que je vienne y goûter, nettoyant ton corps avec ma langue ? Pas que je suis contre, loin de là, mais ce serait peut-être un peu trop pour ce soir."

On savait qu'elle parlait des baisers, des baisers goût chocolat, mais on n'avait pu s'empêcher de penser à elle, recouverte de chocolat et de venir lécher chaque partie de son corps, ce serait très....érotique à souhait. Mais pour le moment, se redressant, avec elle, reprenant ses lèvres contre les siennes pour un baiser langoureux, profond, on finit malgré tout par se détacher d'elle. Si on continuait, on ne partirait jamais de cette plage de toute manière.

"Rentrons Princesse, et oublies pas de remettre ce débardeur, non parce que j'ai pas envie que les autres te voient dans ce bikini, je n'aimerais pas devoir marquer mon territoire avant l'heure."

Un sourire amusé pour le coup, ouais, il valait mieux garder leur relation secrête pour l'instant. Enfin en tout cas, une dernière caresse sur sa joue, avant de récupérer les déchets qui trainaient, et de ranger la glacière désormais, sans oublier de récupérer sa planche pour pouvoir rentrer sur la Cité. On devait passer à l'infirmerie, et il valait mieux le faire tant que Jenny était encore de garde et que ce ne soit pas son remplaçant.

"On reviendra chérie, en attendant, autant ne pas tarder, vaut mieux arriver à l'infirmerie tant que c'est Jenny, qui sait, à qui on aura le droit si elle a fini son tour de garde."
Image
The only easy day was yesterday

Bethany Brown
Major ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 197
Inscription: 08 Mars 2016, 16:07

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Bethany Brown » 21 Oct 2017, 16:44

Bethany avait cru, vu ce qu’elle lui avait fait subir qu’il aurait balancé toutes ses affaires, pour ne plus rien voir à elle chez lui, mais quand il lui affirma que non, elle sourit. Est-ce qu’il sentait ou savait qu’elle allait revenir ? Ou est-ce que cela lui avait même fait trop mal pour s’en séparer ? Elle ne pouvait rien dire, elle, elle avait gardé son sweat, ce large sweat gris qui n’avait rien de spécial, juste que c’était celui de Marty, celui qu’il mettait le plus et qui avait son odeur…
—Ok, alors pas besoin de faire de détour par ma chambre donc.
Sunshine. C’était mignon, elle aimait beaucoup. Ils s’embrassèrent de nouveau, doucement, se lovant tous deux dans cette douce étreinte, sans vraiment chercher à aller plus loin. Il fallait dire que depuis 24h il s’en était passé des choses, elle ne devait pas être la seule fatiguée.
—Hum ? Si pourquoi ? ... Roohhhhhh Marty ! De suite des idées déplacées ! T’es vraiment pas croyable !
Elle lui mit un coup dans l’épaule, mais moins fort que d’habitude, à cause de la balle qu’elle avait prise bien entendu voyons !
Il se moquait d’elle, et pourtant, elle ne résista pas à un dernier long et langoureux baiser
—Beaucoup trop. J’ai juste envie d’aller prendre des analgésiques, une douche chaude pour enlever le sel et…
Elle se leva en tapotant ses mains pleines de sable.
—… me glisser dans ton sweat.
Bethany lui fit un regard amusé et Marty saurait pourquoi. Il n’avait pas dit qu’il aimait la voir dans ses vêtements ? En tout cas, elle alla chercher son débardeur et l’enfila en secouant la tête.
—Oh oh oh…. Mais bien sûr ! Attends… je croyais que j’étais assez grande pour me défendre toute seule non ?!
Bien sûr, elle se moquait de lui, et d’un côté non. Mais elle savait qu’il la taquinait. En tout cas, elle l’enfila quand même ce débardeur.
—J’ai surtout pas envie d’un autre Stevenson. Je dirais même que si plus aucun mec de la cité me tourne autour ça m’ira très bien.
Elle sourit quand il caressa sa joue.
—… à part toi bien sûr !
Elle bailla et l’attendit devant l’entrée du jumper avant de le voir arriver avec sa planche et la glacière, qu’elle cala à l’arrière alors qu’il allait s’installer aux commandes.
—Je sais t’inquiète. Et puis oui, je préfère quand c’est Jenny. Elle est bien plus douce quand elle soigne.
Elle s’installa sur le siège à côté de Marty le regard dans le vide, réfléchissant à beaucoup de chose et en même temps à rien, profitant juste du moment. Il ne fallut pas longtemps finalement pour rentrer sur la cité et poser le jumper. Elle descendit la rampe avant de se retourner vers Marty.
—Je te laisse gérer tout ça pendant que je vais à l’infirmerie et je te retrouve après d’ac ?
Ce n’était pas qu’elle ne voulait pas l’avoir avec elle quand elle irait à l’infirmerie, juste que, en temps normal, c’était ce qu’ils auraient fait : un partage des tâches, et puis elle n’était pas à l’article de la mort, et cela ne fera de mal à personne de les voir s’activer d’un côté et de l’autre de la cité séparément, histoire de ne pas rajouter de l’huile sur le feu pour les paris les concernant.
—A tout à l’heure.
Maintenant qu’on était de nouveau sur la cité, il fallait reprendre cette distance obligatoire, mais le petit regard et ce sourire qu’elle lui fit, cela parlait de soi-même. Elle l’observa en reculant quelques secondes avant de se retourner et de partir direction l’infirmerie…
*
* *

Lorsqu’elle arriva devant les appartements de Marty, Bethany tenta d’ouvrir la porte, et voyant qu’il avait laissé ouvert, elle entra et verrouilla derrière elle. Elle soupira fortement en venant s’installer sur le lit, la fatigue vraiment visible. Elle se leva et se dirigea vers la salle de bain.
—Oh, je t’emprunte ta douche ? Jennifer n’était pas contente que je ne me sois pas douché en rentrant de la plage ! Pfff… Quoique je me demande si c’était vraiment à cause de ça, elle avait l’air de tirer la tête…
Bethany haussa les épaules : elle avait déjà du mal à gérer ses propres états d’âmes, ce n’était pas pour gérer ceux des autres en prime ! après avoir allumé l’eau pour qu’elle soit bien chaude, elle vient récupérer quelques affaires dans le placard de Deeks, histoire de se mettre en mode cocooning.
—Attends… t’as vraiment trouvé du chocolat ? Cool !
Elle vient déposer un baiser sur sa bouche, avant de soupirer et de sourire heureuse avant de s’éloigner doucement de lui direction la salle de bain.
—Je vais prendre « ma » douche…
Petit sourire en coin avant de disparaitre derrière la porte. Il ne fallut que quelques secondes pour entendre une vitre glisser, signe qu’elle s’était déshabillée et était rentrer dans la cabine. Là, elle savoura la chaleur de l’eau sur sa peau, en évitant de trop mouiller son épaule : pas besoin, Jennifer avait tout nettoyer, mais bon, c’était si bon cette chaleur, même si ça ne valait absolument pas un câlin de Marty ! Et en parlant de lui, le voilà qui venait la distraire, dire je-ne-sais-quoi derrière la vitre, se moquant d’elle peut être ? Ou encore une proposition indécente ? En tout cas, elle ouvrit la porte vitrée avant de lui faire un regard assassin et… le tirer habiller sous l’eau en riant.
—Tu voulait bien me rejoindre non ? Bah voilà c’est fait !
Oui non, pas sûr qu’ils arrêtent un jour de se taquiner ces deux-là !Surtout que là, il avait l'air bien malin tout habillé sous l'eau, elle enfin, cela la faisait bien rire de se moquer de lui, mais il fallait reconnaitre qu'il en jouait tellement, et qu'il était tellement mignon quand on se moquait de lui! Bon ça, et le fait qu'il dut bien se déshabiller et qu'il était vraiment sexy, mais elle ne lui dirait pas ou elle en entendrait parler pendant des heures!
Elle s'approcha de lui, venant presque le coller au mur avant de se glisser sur la pointe des pieds en enroulant ses bras autour de son cou.
—J'pensais à un truc.... c'était quoi cette histoire avec un arbre sur la plage?
Oh oui, elle le trouvait vraiment sexy, surtout maintenant que les cachets faisaient effet et qu'elle avait moins mal! Elle vint lui mordiller l'oreille avant d'y susurrer quelques mots.
—On a pas d'abre, mais un mur... ça ferait pas l'affaire?!
Image

PrécédentSuivant

Revenir vers La cité

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron