Nous sommes actuellement le 20 Nov 2017, 19:22

You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Cette structure antique conçue par les anciens constitue aujourd’hui le QG opérationnel de l’expédition lancée par le SGC dans la galaxie de Pégase.
Mais elle incarne aussi et surtout l’ultime rempart entre les Wraiths et la Terre.
Par ailleurs cette cité, à l’image de bien d’autres œuvres des anciens, constitue une merveille technologique aussi bien dans son immensité que dans sa complexité, à cet égard Atlantis réserve encore bien des surprises à ses nouveaux occupants…
Martin Deeks
Sergent Chef ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 176
Inscription: 28 Juin 2017, 21:31

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Martin Deeks » 14 Oct 2017, 10:31

Image


Cité d'Atlantis - Continent


Peut-être qu'on l'avait finalement un peu trop détendue avec ce massage. Mais en même temps, disons qu'il était ravi de le faire, tout simplement parce qu'ainsi, elle montrait la confiance qu'elle plaçait en lui en quelque sorte, de le laisser faire ce massage. Sans pour autant qu'il y ait ambiguïté ou qu'il tente quelque chose de plus coquin, non au contraire, il était des plus sérieux dans ce massage car c'était une nouvelle preuve de la confiance qu'elle plaçait en lui. Certes ce n'était que de la crème solaire et un massage, mais auparavant est-ce qu'elle aurait dit oui ? Non, bien sur non. Alors oui, dans tout ce qu'elle le laissait faire, il y voyait une marque de confiance, une ouverture, parfois il suffisait d'un rien me direz-vous.

Il sourit légèrement, quand il lui dit de se retourner, même si visiblement elle n'avait pas vraiment envie en entendant son soupir. Mais après tout, elle ne devait pas non plus cramer de l'autre côté pas vrai ? Même si c'était plus dangereux de l'autre côté me direz-vous. Surtout quand elle se retourna et qu'il put avoir le loisir d'observer de plus près à quel point ce bikini ne cachait que peu de choses au final. Dieu que c'était difficile de ne pas succomber actuellement. Mais il avait une tâche à faire n'est-ce pas ? Un sourire amusé quand elle lui dit qu'il savait se servir de ses doigts.....


"Et c'est juste pour toi bébé."

Mais pour le moment, enduisant ses mains de crème, il s'attaqua, comme un parfait gentleman et professionnel à son ventre, ses bras, ses jambes, cuisses, caressant, massant, tout en enduisant la crème. Bien entendu, il n'avait pas été jusqu'à lui masser sa poitrine au travers de son haut, elle le traiterait encore de pervers pour le coup, bien que finalement, ce fut elle qui lui dit qu'il bâclait son travail, et qu'il avait oublié des zones on dirait. Il déglutit légèrement quand elle détacha son haut au niveau de son cou, la voyant se réinstaller, lui permettant de voir encore plus cette poitrine si délectable. Elle était la tentation incarnée vraiment !

"Quel professionnel je fais, je dois rectifier cette erreur, vraiment, il ne faudrait pas que tes seins subissent un coup de chaud."

Un sourire amusé, voir même pour le coup qui se transforma en un sourire gourmand en ayant le droit à une superbe vue alors qu'elle l'attirait contre elle, répondant tendrement à ce baiser qu'elle lui offrait, avant de serrer quelque peu les dents avec ce qu'elle venait de lui murmurer à l'oreille. Est-ce qu'elle essayait de le chauffer en cet instant ? Car nul doute que cela fonctionnait parfaitement. Frémissant contre elle, le regard se plongeant dans le sien, nul doute que le côté rieur avait disparu, pour être remplacé par quelque chose de plus chaud.

"Vraiment ? En fait, c'est mon privilège c'est ça ? Je suis le seul à pouvoir observer ton corps d'aphrodite si je comprends bien ? Je dois donc me faire un honneur de mériter ce cadeau que tu me fais Sunshine."

On la sentit se cambrer contre lui, le faisant quelque peu grogner, alors que collés, l'un contre l'autre, son propre corps réagissait à cette proximité. D'autant que là, dans le short de bain qu'il avait, c'était encore plus.....palpable me direz-vous de sentir à quel point elle l'excitait grandement. Oui, certes, ce n'était pas un coucher de soleil, mais ils pourraient toujours revenir pour n'est-ce pas ?

"On reviendra, pour profiter d'un câlin au coucher du soleil."

Car c'était leur moment, leur plage en quelque sorte en cet instant. On n'avait pas vraiment vu le temps passé depuis qu'on était là, nul doute que la journée était bien avancée pour l'occasion, que le soleil allait bientôt finir par se coucher, mais ce n'était pas le plus important. Là, en cet instant, c'était la femme qu'on avait contre lui, dans ses bras, sous lui, qui était le plus important. Mais bien vite le massage passa au second plan, notamment quand leurs lèvres se joignirent de nouveau, pour un nouveau baiser, se perdant contre elle. Bien vite en tout cas, leurs lèvres se retrouvèrent à nouveau, un baiser passionné, langoureux, l'électrisant de toute part alors que leurs langues se mêlaient pour un nouveau ballet. La serrant contre lui, laissant ses mains parcourir son corps, de légères et douces caresses, il lui avait suffi de voir ce regard bouillant, chaud qu'elle avait pour le faire frémir....Frémir d'envie, d'impatience, ou en tout cas d'excitation c'était sur.

Ils se chauffaient mutuellement en cet instant, cela se sentait, cela se voyait, ses soupirs de plaisir qu'il entendait, le rendant encore plus bouillant contre elle, ses mains caressant son corps, nul doute qu'on passait à un tout autre style de massage désormais. Un sourire amusé quand elle lui murmura qu'il était tout pardonné quand elle passa ses mains dans sa chevelure, alors qu'on se perdait dans son cou, sur son épaule, il s'enivrait d'elle en cet instant.


"T'es sûre ? Dire que je pensais te faire le massage Spécial Marty qui t'est uniquement réservé, dois-je abandonner mon idée ?"

En tout cas vu le regard qu'elle avait, sexy à souhait, sentir sa cuisse contre son flanc, y posant l'une de ses mains pour la caresser, la serrant légèrement alors qu'ils posaient leurs fronts l'un contre l'autre. Cette nuit, ils s'étaient donnés l'un à l'autre de façon assez....bestiale, primaire, un besoin vital, une urgence....là, ils étaient plus en mode câlin, un câlin qui pouvait vite dégénéré, et qui dégénérait déjà me direz-vous, il suffisait à quel point il était déjà chaud bouillant contre lui, excité comme une pile électrique, son corps s'enflammant simplement en la sentant contre lui, pour comprendre qu'on n'allait pas simplement s'arrêter à ce petit câlin affectueux. Mais on comptait prendre son temps à vrai dire. Un sourire tendre, amoureux, un regard chaud alors qu'on prenait possession de nouveau de ses lèvres, un baiser tendre à souhait, leur laissant le temps d'apprécier ce simple fait avant de le prolonger, laissant leurs langues se mêler de nouveau. On prenait son temps.

"Profites chérie, tu as le droit à un massage intégral, c'est valable tous les jours, toutes les nuits, pour n'importe quelle occasion."

Laissant ses lèvres effleurer les siennes, on laissa ses mains s'activer sur son corps, un corps enduit de crème solaire, alors qu'il massait tendrement, amoureusement les parties de son corps. Ses jambes tout d'abord, cuisses, mollets, remontant doucement, alors que ses lèvres se perdaient dans sa nuque, sur son épaule, laissant une traînée de baisers au final. On comptait vraiment que cette fois, ce soit doux, tendre, amoureux....bien entendu, la passion serait toujours là, juste que cette fois, ils n'étaient pas dans l'urgence, autant en profiter, même s'il commençait à connaître son corps, il ne pourrait jamais s'en passer désormais. Descendant vers sa poitrine, lentement, posant sa tête entre ses deux seins, ses mains venant les caresser, les malaxer, avant d'en prendre un à pleine bouche, l'autre étant maltraité par sa main, puis de changer. On lui avait dit qu'elle aurait droit au massage Spécial Marty, et ce n'était que le début ! :red:

Quoi ? Pas comme s'ils étaient attendus pas vrai ? Et ils étaient en arrêt maladie, ils avaient toute la fin de journée, nuit devant eux pour s'aimer ! :red:


*
* *


Pendant ce temps, sur Atlantis, Everett était encore en train de pester contre on ne sait quoi !

"Collins ! Bon Dieu, trouvez moi le Major Brown et le Sergent Deeks !"
"Monsieur ? Mais ils sont en arrêt maladie."
"Ah oui, c'est vrai. Avec tout le foutoir qu'ils m'ont foutu la dernière fois. Bien prévenez moi dès que vous pourrez les contacter, j'ai toujours besoin de la décision du Major concernant leur équipe. Ils ne vont pas fonctionner qu'à deux !"

C'est vrai, il avait zappé qu'ils étaient en arrêt. Faut dire qu'ils lui en faisaient voir de toutes les couleurs ces deux-là. Pas étonnant qu'ils n'étaient pas joignables pour le coup. On verra ça quand ils seront de nouveau opérationnels me direz-vous. Pour l'instant on allait se détendre devant un bon verre, ça fera du bien. Ces deux-là allaient lui donner un mal de crâne pas possible, et en plus Sheppard qui n'aidait pas dans cette situation, il était plus occupé à jouer aux voitures de course avec McKay ! Une bande de casse-cou et d'enfants, vraiment, on demandait ce qu'il avait fait pour mériter cette affectation !
Image
The only easy day was yesterday

Bethany Brown
Major ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 197
Inscription: 08 Mars 2016, 16:07

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Bethany Brown » 14 Oct 2017, 21:16

Cette histoire de topless, cela fit un certain effet à Marty, et c’était tan mieux, car c’était l’effet recherché par Bethany. Elle était bien là et d’humeur très câline après ce massage qu’il lui avait prodigué. Elle eut un petit sourire en voyant Deeks changer d’attitude, avec cette lueur dans les yeux, cet appétit. Il avait été un parfait gentleman depuis tout à l’heure, vraiment, et même si là encore, il l’était, c’était elle qui lui faisait comprendre qu’il pouvait aller plus loin, qu’elle était d’accord. Et oui : il était pardonné d’avoir gâché ce moment romantique, même qu’elle lui offrait ce qu’il voulait, elle abandonnée sous ses baisers, ses caresses, là, au bord de l’eau, sur cette plage paradisiaque, qu’il puisse lui faire l’amour et avoir son moment parfait. Dommage pour le coucher de soleil, mais là, on doutait de tenir jusqu’à ce moment-là : c’était loin, bien trop loin.
Allongés l’un sur l’autre, elle dos dans le sable, tous deux se cherchaient doucement, amoureusement, prenant finalement le temps de se découvrir, de faire frémir l’autre, comme lors de leur première fois sur son canapé. Bethany sourit avant de rire doucement aux dires de Deeks. Elle glissa une main sur sa joue en détaillant son visage d’un regard conquis.
—Oui : on reviendra, quand tu voudras.
Un baiser lent, long, langoureux, chacun d’eux se laissant le temps d’apprécier leur étreinte sans que cela ne devienne urgent, violent. On voulait prendre son temps, profiter du moment à fond. Le temps de respirer et leurs lèvres se retrouvèrent à nouveau pour un baiser plus quémandeur, plus brulant : on en voulait plus. Elle gémit doucement alors qu’il la faisait frissonner sous ses caresses, leurs langues qui se frôlaient, l’électrisait, jusqu’à lui faire un petit pic au cœur. Non, elle n’allait pas faire marche arrière, elle n’allait pas dire stop ou autre, elle l’avait payé assez cher la dernière fois, elle n’était pas prête à recommencer, juste que… c’était bizarre. Elle l’observa un instant, fragile un instant en se disant que oui : pour lui, elle serait prête à faire beaucoup d’efforts, prête à faire beaucoup… pour autant, c’était sa décision à elle. Elle sourit en lui prenant le visage en coupe et l’observa d’un regard chaud et sensuel à souhait.
Oui, il était pardonné pour tout à l’heure, d’un pour son massage, et de deux… parce qu’elle avait vraiment envie de lui là, maintenant. Elle savait que cela prendrait un peu de temps à s’adapter à la situation, qu’il y aurait des jours plus durs que d’autres, et oui, pendant un instant, en rependant a ce qu'il avait dit, ce futur avec lequel il la taquinait depuis ce matin, suite à son rêve, cela lui faisait un peu peur, enfin cela lui faisait carrément peur même ! C’était trop tôt quand même dans leur relation pour parler de ça, envisager cela, pour autant elle n’avait nullement envie de se passer de lui dans sa vie, et elle allait tout faire pour que ça marche.
—Pourquoi l’abandonner ? J’ai pas l’air assez consentante c’est ça…?
Bethany laissa sa tête aller en arrière, laissant plus libre accès à son cou à Marty, a ses baisers qui enflammaient doucement sa peau. Elle serra tendrement sa nuque en gémissant doucement avant de se cambrer. Pour autant, on prenait son temps, chacun des deux se laissant portés par cette étreinte des plus douces, un câlin vraiment très affectueux, tendre, amoureux. Elle gloussa en secouant la tête avant de le retenir quelque peu qu’il rive son regard dans le sien.
—Hey… Avec ou sans occasion, je compte bien en profiter à fond !
Alors… fais toi plaisir, fais ce que tu veux…d’accord ?

Marty jouait à frôler ses lèvres, et elle le laissa faire un temps avant de ne plus tenir et de venir s’emparer de ses lèvres en un lent mais redoutable baiser. Mais bien vite, elle se laissa porter par les caresses de Deeks, bien décidé à faire ce qu’elle avait dit : le laisser faire et profiter à fond.
—Huumm... Marty♥. Oui....
Pour autant, elle ne pouvait s’empêcher de chercher le contact de sa peau sous ses mains tandis qu’il la faisait frissonner ou gémir sous ses doigts. Il n’y avait aucune urgence, et Marty prennait le temps, commencant à la déshabiller lentement prenant le temps de découvrir son corps, faire monter doucement la pression, surtout en venant perdre sa tête entre ses seins et s’amuser avec. Alors qu’il prenait l’un de ses seins en bouche, Bethany lâcha prise et se laissa aller à gémir fortement voire même hoqueter de plaisir. Ils étaient seuls, elle le savait alors pourquoi se retenir ? Et dire que ce n’était que le début…
Bethany se mordit les lèvres pour s’empêcher de réagir, de les retourner . Non : elle voulait vraiment le laisser aller jusqu’au bout de ce qu’il avait prévu, c’était sa façon à elle de lui montrer qu’il avait le droit, qu’elle lui laissait ce droit, de faire ce qu’il voulait (dans la limite du raisonnable bien sûr) de son corp… et elle était sure qu’ils allaient en profiter autant l’un que l’autre.
Il fini de la déshabiller doucement, prenant son temps, la faisant frémir sous ses doigts…
—Deeks ? Dis-moi… Hummm♥!
Att… attend... juste deux secondes...

S’il continuait comme ça, elle allait lâcher l’affaire et pour le coup profiter réellement, sans avoir envie de faire quoique ce soit, juste subir avec délectation et plaisir…est-ce que c’était vraiment ce qu’il voulait ? Elle n’était pas sure…
—J’ai juste une petite question.
Bethany s’humecta légèrement les lèvres avant de lui faire un petit regard chaud et coquin tout en glissant ses bras autour de son cou.
—Tout à l’heure... tu sais ces fameuses idées que tu as gardé de côté… je sais pas...disons que s’il y a qui te tente……
Avait-elle vraiment besoin de finir sa phrase ? Non, il était certain que l’esprit de Marty fera le reste n’est-ce pas ? Elle haussa un sourcil en souriant d’un air coquin, mais le laissa soupeser ce qu’elle venait de proposer. Cependant, ayant peur de le blesser pour son fameux massage, qu’il le prenne finalement mal, elle se permit juste de rajouter quelques mots.
—C’est juste une idée, je peux tout aussi bien profiter du massage « spécial Marty » et pour tout te dire, c’est extrêmement tentant. Vraiment. Mais c’est juste que là il n’y a personne à des kilomètres à la ronde... on est que tous les deux …. vraiment que tous les deux …
Oui là, ils étaient loin de la cité, ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient, personne n’en saurait rien, pour autant, elle le laissa décider, l’observant d’un regard envoutant, chaud comme la braise, mais ça c’était l’effet « Marty ». Une idée grivoise traversa son esprit et elle se permit d’en faire profiter son amoureux. Elle se mordit la lèvre inférieure avec un petit air chaudement amusé avant de laisser une main parcourir l’épaule de Marty…
—Enfin… à moins que l'une de ces idées inclus un bâillon tu me dira. Là, c’est sûr que ça ne posera pas de soucis sur la cité…
Autant cetait pour rire, autant elle était réaliste : elle savait comment elle était, qu’elle était expressive, très, enfin quand elle le voulait, et surtout dans le cas présent, alirs qu'elle était avec l’homme qu’elle aimait. Pour cela qu’elle parla de ce fameux bâillon et puis soyons honnête, elle en avait parler par ce qu’elle savait très bien que cela ne ferait qu’un tour dans l’esprit de Deeks et elle en était fière. Bethany n’était pas une allumeuse, mais pas non plus une sainte ni touche, c’était juste une femme qui n’avait aucun souci avec son corps et le sexe en général bien au contraire … alors si en plus elle était amoureuse de son amant, on vous laissait imaginer le résultat !
Contente de son petit effet, elle se tue et le laissa prendre sa décision. Continuer ce massage de ses mains si douces sur son corps, la faisait vibrer de plaisir, qu’elle se laisse complétement aller… ou mettre en pratique l’une des idées surement super sexy qu’il avait eu en tête et qu’ils en profitent à fond, toit les deux, en toute liberté, sans devoir se restreindre, faire attention de ne pas faire de bruits vis-à-vis des autres occupants de la cité, ce qui, d’un côté avait un petit côté excitant certes, mais risquait d’être rapidement pénible pour elle…
En tout cas, les deux idées allaient très bien à Bethany, d’un côté, comme de l’autre, elle voulait lui montrer qu’elle savait lâcher prise et surtout qu’elle le laissait diriger sans oublier le plus important : elle lui offrait son corps sans retenue, pour ce quil voulait, comme il le voulait. Elle connaissait Marty depuis assez longtemps pour qu’il n’y ait aucune gêne entre eux, et elle avait une confiance absolu en lui. Cela, sans compter qu'elle n'était pas farouche vis a vis du du sexe en général et n’avait absolument pas froid aux yeux pour la peine, loin de là, et vu ce quil setait passé chez elle, sur le comptoir ou avec les menottes en fourrures, Marty devait sen douter! Tout cela faisait que là, maintenant, sur cette plage désertique, Bethany n'éprouvait aucun crainte à laisser cet homme qu'elle aimait, se décider sur ce qu’il préférait faire d’elle et de son corp de déesse pour lui: la manger toute crue? ou la manger toute crue !
Elle vint frôler délicatement son dos de ses doigts avant de venir lui happer doucement une lèvre de ses dents et la relâcher sensuellement
— Ya pas de malaise entre nous Deeks… Hey...Bébé… je te laisse vraiment décider de ce qui se passera ce soir sur cette plage. Tu peux faire ce qu'il te plaira…
Et elle serait daccord. Pas besoin de le dire a voix haute elle le savait et il comprendrait ou alors elle le surprendrait alors en acceptant je ne sais quelle position quil voudrait tester... elle murmura cela dans un souffle chaud, contre ses lèvres, avec cet air sincere et chaud sur le visage qui criait ô combien elle l’aimait et qu’elle comptait bien lui prouver, de la façon qu’il lui plairait à lui... et comme dis la chanson : sea, sexe and sun Baby !
Image

Martin Deeks
Sergent Chef ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 176
Inscription: 28 Juin 2017, 21:31

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Martin Deeks » 15 Oct 2017, 10:04

Image


Cité d'Atlantis - Continent


Consentante ? Ah si, elle était plus que consentante c'était certain. Là, contre lui, sous lui, la sentant se cambrer contre lui, nul doute qu'elle était plus que consentante. Pourtant, on profitait de l'instant, sans chercher de suite à aller plus loin, se caresser, s'embrasser, se chauffer finalement, se faire mutuellement plaisir. Elle était sous son emprise, ou plutôt elle se laissait aller à son emprise, se laissant porter par ce qu'il lui faisait subir me direz-vous. Il savait fort bien qu'à un moment ou à un autre, son envie de contrôler prendrait peut-être le dessus, pour autant, est-ce que cela le gênait vraiment quand c'était le cas ? Il suffisait de se rappeler de ce qui s'était passé dans sa chambre sur Terre pour savoir que non, il n'avait pas été contre, au contraire, et que même, cela avait été des plus torrides quand elle l'avait chevauché.

Les baisers qui s'enchainent, tendres, doux, passionnés, un doux mélange en fin de compte, alors qu'un sourire aux lèvres quand elle lui dit qu'elle comptait bien profiter à fond, parfait, c'était ce qu'il voulait. Faire ce qu'il voulait ? C'était déjà le cas, qu'elle ne se fasse pas de soucis. Ce n'était pas que du sexe bestial, une urgence à contenter comme cette nuit, suite aux derniers évènements, non, là, c'était plus intime, plus profond. Bien qu'il n'avait rien contre le fait que tous les deux cela soit plus intense, pour autant, en cet instant, se faire plaisir voulait dire tout simplement lui faire plaisir à vrai dire.


"Tout ce que je veux hum ? Je veux te faire l'amour, que tu te perdes dans cet océan de plaisir. Voilà, ce qui me fera plaisir en cet instant."

Pour preuve, après un nouveau baiser, il était parti à la découverte de son corps, des caresses, des baisers sur elle, la laissant pleinement profiter à fond alors qu'il se délectait de l'avoir contre lui, sous lui. Un sourire sur les lèvres, caché, en la sentant perdre quelque peu pied, ses gémissements,la sentant se cambrer contre lui, quand il s'attaque à sa poitrine. Délectable, adorable, enivrant, voilà comment il trouvait son corps, c'était une nouvelle drogue à laquelle il était très friand en cet instant. Pour autant, on était loin d'en avoir fini, ce n'était que le début, et il ne s'était attaqué qu'à l'un de ses seins. Un sourire malicieux, relâchant ce pauvre sein malmené par ses lèvres avant de s'attaquer au second, lui faisant subir cette même torture. Et pourtant, elle arrivait encore à avoir quelques pensées cohérentes, signe au final, qu'il n'avait pas encore fait ce qu'il faut.

Relâchant son sein, remontant vers son visage, ce sourire aux lèvres en la voyant quelque peu fébrile quand elle essaya de parler, quoi ? Elle avait peur de perdre le contrôle peut-être ? Elle pouvait, ce n'était pas comme si on allait les entendre pas vrai ? Ils étaient seuls là, complètement seuls sur cette plage, on pouvait faire ce qu'on voulait. Ce regard chaud et coquin qu'elle lui fit, il haussa légèrement un sourcil, tiens donc, Madame était plus que coquine en tout cas dès que cela touchait à leur intimité, enfin peut-être aussi que ce soit le fait qu'ils ne soient que tous les deux ici, mais nul doute qu'elle n'avait aucune inhibition au lit. Encore un nouveau côté qu'on découvrait d'elle. Enfin, après ce qu'on avait vécu sur Terre, que ce soit dans la chambre ou dans la cuisine, on avait déjà des suspicions.

Nul doute qu'elle n'eut pas vraiment besoin d'ajouter quoi que ce soit là, dans ses paroles, l'esprit pervers de Marty fit le reste. Même si visiblement elle avait peur qu'il le prenne mal pour le coup. Pourquoi est-ce qu'il le prendrait mal ? Surtout quand elle le regardait avec ce regard chaud comme la braise, un regard qui se reflétait dans le sien. Nul doute que si elle cherchait à le chauffer d'avantage, nul doute qu'elle avait réussi son coup. Mais après tout, ils avaient toute la nuit là pour profiter de l'autre, et ce fut encore "pire" si l'on peut dire, quand elle parla de ce bâillon sur la cité. Dieu qu'elle lui donnait des idées là, nul doute que cette nuit, ce serait un véritable marathon sportif entre eux.

Il savait ce qu'elle faisait, elle le laissait décider, elle le laissait libre de choisir, elle le laissait tout simplement aux manettes, au contrôle de la situation. Vraiment, il était touché, connaissant le fait qu'elle adorait tout contrôler au final, il était vraiment touché par cette marque de confiance, il faudrait la récompenser comme il se doit pas vrai ? Un frisson sentant ses mains sur son corps, un grognement quand elle lui prit sa lèvre avec ses dents, les regards chauds comme la braise, brûlant de désir l'un pour l'autre, pour autant, ils avaient bien le temps pour être plus impatients plus tard dans la nuit. Tendrement, malgré le fait que la température entre eux avait encore augmenté, de beaucoup de degrés d'un coup, son corps se frottant contre le sien, il passa une main sur sa joue, happant ses lèvres des siennes, un baiser passionné, comprenant parfaitement ce qu'elle lui avait dit et ce qu'elle lui offrait là en cet instant.

Il savait qu'elle faisait des efforts pour ne pas tout contrôler, même des efforts dans leur relation là, en cet instant, et ce baiser voulait exprimer ce remerciement, avant de venir doucement effleurer ses lèvres des siennes, plantant son regard dans le sien.


"Tu sais que nous avons toute la nuit pas vrai Chérie ?"

Nul doute qu'il ne comptait pas s'arrêter visiblement à juste cette position au vu de la façon dont il venait de parler, ce sourire malicieux, après tout, c'était elle qui venait de lui mettre de nouveau ces idées en tête.

"C'est terriblement tentant.....mais pour l'instant, je compte te faire l'amour, là, sur cette plage, nous aurons le temps....durant cette nuit pour profiter de ta souplesse dans différentes situations hum ?"

Le regard équivoque, en cet instant, alors que ses mains caressaient lentement ses cuisses, avant de venir de nouveau déposer ses lèvres contre les siennes, un lent et long baiser, laissant leurs langues se mêler de nouveau dans un ballet électrisant de sensations, d'émotions, avant de venir lui mordiller l'oreille. Un murmure chaud, rauque contre celle-ci, alors que ses mains continuaient leurs douces tortures sur son corps. Il n'avait pas encore fini ce massage spécial après tout, c'était même loin d'être fini.

"Dans l'eau, contre cet arbre, sur le siège de pilotage du jumper ou encore.....toi me chevauchant au clair de lune, crois moi Sunshine, nous sommes loin d'en avoir terminés. Et pour ce bâillon......on l'utilisera sur la cité, je prendrais même un uniforme de la sécurité et des menottes."

Oh oui, on imaginait déjà bien des choses, jouer au flic et la menotter au lit, ou inversement, que ce soit lui attaché, ça ou il sentait également qu'ils allaient finir par se sauter dessus un peu n'importe où dans la cité, on allait devoir garder ce bâillon sur soi, ou lui bloquer la bouche de sa main la connaissant assez expressive quand ils faisaient l'amour. Non vraiment là, il était parti pour la soirée, mais pour le moment, on profitait de cet instant douceur et câlin. Que ce soit vraiment un acte pur, pas que charnel me direz-vous, que ce soit aussi l'expression de ce qu'on ressentait pour l'autre. Et pour le montrer, quoi de mieux que lui faire plaisir tout en se faisant plaisir ? On appelait ça le partage tout simplement.

Un regard brûlant, la dévorant entièrement, oh oui, il allait la dévorer toute crue actuellement, alors qu'on laissait ses lèvres descendre le long de cou, passant entre ses seins, descendant doucement, tout comme lui, sur son nombril, y laissant traîner ses lèvres, sa langue, puis de descendre plus bas. Ses mains faisant descendre lentement le long de ses jambes le bas du bikini, avant de le récupérer d'une main et de le faire tourner dans celle-ci un regard amusé, et de le déposer avec le haut, quelque part à leurs côtés. Remontant doucement, le long de ses jambes, ses mains les caressant, ses lèvres les frôlant, lentement, plantant quelques baisers ici et là, l'intérieur de ses cuisses pour mieux s'attaquer par la suite, de ses lèvres, de sa langue sur sa féminité. Il voulait simplement qu'elle perde le contrôle, qu'elle profite, qu'elle se laisse complètement aller. Elle se donnait actuellement à lui, entièrement, totalement, à lui de lui donner satisfaction, que ce ne soit pas à sens unique en cet instant. Il y mettait du cœur à l'ouvrage en tout cas, s'appliquant, se délectant de pouvoir y goûter alors que ses mains attrapèrent ses seins pour mieux les caresser, les malaxer. Cette fois il n'allait pas arrêter avant qu'elle ne lâche totalement prise, qu'elle ne se laisse porter par l'extase de la jouissance. Ils avaient bien le temps pour le plat de résistance ensuite, pour l'instant, seul elle comptait, elle et son corps de déesse qu'il dévorait à pleine bouche.
Image
The only easy day was yesterday

Bethany Brown
Major ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 197
Inscription: 08 Mars 2016, 16:07

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Bethany Brown » 15 Oct 2017, 20:31

Bethany sourit aux anges, un peu gêné malgré tout lorsque Deeks lui dit que la seule chose qu’il voulait, là, c’était qu’elle se laisse aller et se perde dans un océan de délice. C’était dans ses cordes, mais elle voulait être certaine que c’était bien ce qu’il voulait par ce qu’ils pouvaient réaliser l’un de ses fantasmes si c’était ce qu’il voulait. Elle ne voulait pas qu’il se sente obligé, mais elle comprit vite que ce n’était pas du tout le cas, il avait au contraire l’air d’en avoir vraiment envie. Elle se demanda s’il ne le voulait pas la voir complétement détendue et profitant de ce plaisir, cet amour qu’il lui offrait oui : elle se demandait si ce n’était pas ce qu’il recherchait au final, une certitude finalement qu’elle était bel et bien dans leur relation… cela expliquait peut-être aussi ce matin quand il était resté au lit avec elle et lui avait fait plaisir, avant qu’elle ne s’endorme contre lui bienheureuse. Alors, s’il avait besoin d’être rassuré, elle allait lui faire comprendre que tout était ok. C’était sa faute d’un côté, alors elle allait assumer et, avons-le : c’était un moyen des plus plaisant !
Se cambrant sous les caresses tendres de Marty, ce fameux massage spécial, un massage sensuel à souhait, Bethany se détendait terriblement, se laissant porter par le moment, les sensations. Des palpitations dans son bas ventre, des gémissements quand il la faisait frissonner de plaisir avant d’arracher un grognement quand il se mit à suçoter un sein, à divinement s’occuper de sa poitrine sans relâche. Avant de perdre totalement pied, tan qu’elle avait encore quelques pensées cohérentes, elle exprima l’idée justement d’un peu plus, et ce qu’elle proposa celui eut l’air de beaucoup plaire à Deeks… Une façon de réaliser un de ses fantasmes, une façon aussi de simplement rattraper son erreur, de lui faire comprendre que dans leur intimité, il était son égal, complétement et qu’elle lui offrait là de faire ce qu’il voulait, un gage d’amour, voilà pourquoi quand il vient river son regard dans le sien, elle l’observa sincèrement, pour lui faire comprendre qu’elle accepterait beaucoup de chose, par confiance et amour pour lui.
—Je sais oui. Ecoute, je voulais juste que tu comprennes que j’étais prête à beaucoup. Pour toi.
Le sourire qu’il eut, elle comprit rapidement qu’il ne l’avait pas pris mal et qu’il avait des idées en tête, c’était certain. Les mains de Marty glissant sur ses cuisses, la faisait frémir et se cambrer doucement alors qu’il parla, lui expliquant là qu’il voulait lui faire l’amour, juste ça… pour le moment ! Dieu qu’il allait la rendre dingue c’était grisant. Elle ne répondit pas, se contentant de lui rendre son baiser, passer le barrage de ses lèvres alors qu’il lui arrachait de grognements de plaisir, mais ce n’était visiblement que le début…
Bethany repoussa sa tête en arrière dans le sable alors qu’il venait lui mordiller l’oreille et ferma les yeux : s’il voulait la voir se laissé aller dans ses bras, elle pouvait le faire oui, même si c’était quelque chose qu’elle n’avait pas l’habitude de faire. Non : elle évitait de se laisser aller avec les hommes, elle prenait son pied, oui, mais elle ne leur offrait rien de personnel, elle ne leur donnait rien à voir à part le plaisir brut qu’elle y prenait et c’était tout : aucun emprise… mais avec Marty, c’était différent et elle voulait lui faire comprendre.
Des soupirs de plaisir passèrent un instant ses lèvres avant qu’elle ne se cambre et ne se tende sous les caresses de ses mains parcourant son corps. C’était bon, vraiment, elle appréciait ce lâcher-prise car c’était lui. C’était Marty et surtout, maintenant, c’était SON Marty et ça faisait toute la différence.
—Hummm… oui, Marty… chéri…
Elle se mordit doucement la lèvre inférieure pour se taire, mais l’effet qu’il lui faisait, l’effet de ce massage, de ses mains sur son corps, cela était visible. Mais il la surprit, là, à lui dire tout ce qu’il avait en tête, ou une partie et cela l’excita encore plus… Elle se cambra fortement sous lui le souffle court sous ce murmure chaud à son oreille… Ok là, elle avait chaud, très chaud surtout quand il lui affirma qu’il n’en avait pas fini avec elle en continua de masser sensuellement son corps enivré par tout ce qu’il venait de dire faire l’amour dans l’océan, contre un arbre, sur la plage au clair de lune… de très, très bonne idée d’après elle. Quant au jumper… nul doute que si cela arrivait on ne verrait plus jamais les jumpers pareil, mais cela pimenterait un peu les départ en mission, de se rappeler cela ! Ou cela donnerait l’envie de recommencer plus tard, sur la cité… Oh non, se dit-elle, ça, il ne fallait pas, imaginez si on les surprenait ?! Non c’était vraiment trop inconscient, ce serait flirter avec le danger, ce serait… rien que d’y penser, d’imaginer Marty la coincer dans un coin, de s’obliger à être silencieuse… rien que d’y penser elle en frissonna avant de gémir doucement. Non, c’était… trop tentant, vraiment trop !
Tout cela, ses paroles, ce massage, cela la fit disjoncter et elle lâcha complétement prise dans ses bras, sous ses baisers… Elle le serrait doucement de ses mains dans son dos avant de se cambrer tandis qu’il laissait une trainée de baiser le long de son corps, descendant sur elle : son cou, ses seins, son ventre ferme et musclé. Le souffle court, elle se contorsionna aisément pour qu’il fasse glisser le bas de son bikini le long de ses jambes, lentement. Elle pensait que cela n’en finirait pas, il la rendait dingue là pour le coup, mais ce n’était pas encore finit et elle eut encore plus de mal à se retenir alors que, remontant doucement son corps, il y déposait des baisers brulants, enflammant sa peau, le peu de résistance qu’elle avait fondant comme neige au soleil. Elle se crispa en sentant ses lèvres sur ses cuisses, son corps frôles ses jambes : dieu que c’était bon et qu’il lui faisait perdre la tête.
—Deeks… Oh….oh oui !
Elle vint glisser sa main fébrile dans les cheveux blond de son amant tandis qu’il se délectait de cette caresse très intime, sa langue sur sa féminité. Elle était dans son monde-là, c’était si bon finalement de perdre pied avec quelqu’un qu’on aimait, avoir si confiance en lui, savoir qu’il ne faisait cela que pour vous… ce vous large qui signifiait vous deux. Perdue entre hoquets, gémissements et râle de plaisir, Bethany ne savait plus où donner de la tête : toujours entre ses cuisses, Marty était bien décidé à la voir se libérer totalement et avait décidé de s’occuper de ses seins. La pression montait et elle avait abandonnée l’idée même de penser, de réfléchir. En cet instant rien ne comptait plus que tout ce plaisir qu’elle ressentait, cette passion en elle, les mains de Marty qui malaxait, pinçait sa poitrine, l’air de prendre du plaisir de la voir s’épanouir ainsi sous ses doigts alors que sa langue, petite vicieuse, ne se faisait que trop précise et ne lui arrache un râle et qu’elle ne crispa sa main dans ses cheveux qu’elle caressait encore doucement, comme ayant besoin de le toucher. Basculant la tête en arrière, se taisait, Bethany se tendit, sa respiration se bloquant un instant avant qu’il ne fasse basculer son univers en la menant au nirvana. Tout bascula en une fraction de seconde, son apnée céda et un cri de pur plaisir franchit ses lèvres alors que son corps prenait de plein fouet cet orgasme. Dieu que c’était bon, surtout qu’il l’avait drôlement excité pour la peine avec ce massage, ces idées… oh oui c’était quand il voulait où il voulait elle votait pour, qu’il lui dise juste quand. Elle sentait son corps se contracter et porta finalement ses mains dans ses cheveux en se cambrant doucement, son corps parcouru de frisson d’extase alors qu’elle se laissait porter par cette vague, un déferlement de plaisir, un électrochoc, un feu d’artifice dans sa tête.
—Oh… Marty…
Elle murmura son nom avant de réussir à calmer son cœur tandis qu’il revenait vers elle, son visage vers le sien et que sans attendre, elle ne l’attire à elle et ne l’embrasse fortement. C’était si bon, si fort qu’elle en serra la peau de son dos entre ses doigts. Le baiser cessant rapidement pour respirer, elle l’observa un instant le souffle court heureuse, bienheureuse même, totalement offerte en cet instant euphorique. Elle l’attira de nouveau à elle, pour un baiser des plus fiévreux empli de tout ce qu’elle ressentait : ce plaisir, ce déchainement d’émotion, cette envie de lui, d’eux…
Bethany se mit alors à frissonner à chaque caresse de leurs corps l’un sur l’autre, grognant doucement, les nerfs complétement à fleur de peau pour la peine, avant de venir perdre un instant sa tête dans le cou de Marty, l’embrasser, le mordiller avant de venir lui murmurer à l’oreille d’une vois rauque.
—Alors dis-moi… t’as aimé le spectacle ? Hummm…
Elle vint poser ses mains sur ses fesses et les serrer entre ses doigts, le serrant d’autant plus contre elle, sentant parfaitement combien il avait envie d’elle car ce n’était pas une lampe torche qu’elle sentait contre sa féminité, son bas-ventre.
—Oh oui, j’espère que t’as aimé parce que là, j’ai terriblement envie de passer à la suite !
Elle vint lui attraper la lèvre inférieure, l’empêchant de parler du coup, et la tira entre ses dents, avant de le serrer contre elle, de ses mains sur ses fesses fermes, accentuant les sensations sur sa masculinité. Elle laissa glisser sa langue d’une façon très sexy le long de son cou jusqu’au lobe de son oreille qu’elle vint mordre un brin violemment.
—Alors dis-moi : tu veux commencer par quoi ?
Oui là, pour le coup qu’elle n’était pas encore vraiment redescendu, mais il fallait dire que contrairement aux hommes, c’était bien plus long chez une femme et là, alors qu’elle se frottait lentement contre lui, il ne pourrait que constaté qu’il avait gagné, qu’elle s’était laissé complétement aller, qu’elle en était complétement désinhibée, et que loin de la laisser endormie, cet orgasme la laissait surtout avec l’envie de faire de Marty son petit déjeuné, son encas, son quatre heure, son pique-nique… bref, il l’avait poussé à bout et maintenant il allait falloir assumé et dieu qu’elle allait lui en donner pour son argent…
—Qu’est-ce qui ferait plaisir au Sergent Deeks : que je vienne encore le chevaucher ou… préfèrerait-il me prendre contre un de ces arbres pour vérifier combien je peux être vraiment souple ? oh… ou peut-être qu’il a envie de mettre en application cette idée saugrenu dans le jumper… Oh chéri :je garde l’océan pour en dernier...
Tout en disant cela d’une voix rendue rauque par l’envie et le désir, Bethany caressait Marty, se collait contre lui pour qu’il soit assez enivré pour lâcher prise lui aussi et la rejoigne dans cet état de félicité. Alors qu’elle voyait l’idée faire son chemin dans son esprit elle gloussa doucement avant de venir l’embrasser et lui murmure chaudement combien il avait raison : la nuit allait être longue… très longue et combien là, maintenant, elle avait envie qu’il lui fasse l’amour…
Image

Martin Deeks
Sergent Chef ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 176
Inscription: 28 Juin 2017, 21:31

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Martin Deeks » 15 Oct 2017, 21:36

Image


Cité d'Atlantis - Continent


Il avait parfaitement compris qu'elle était prête à beaucoup pour lui, qu'elle était prête vraiment à s'investir. Il n'en doutait pas. Il aurait pu en douter beaucoup plus tôt, ou tard dans la soirée d'hier, mais plus maintenant. Ils s'étaient assez dit les choses pour qu'on la croit, qu'on lui fasse confiance. Ils avaient dit ce qu'ils voulaient de l'autre, tous les deux voulaient que cette relation fonctionne, ils voulaient tous les deux s'impliquer même s'il y avait des risques, qu'il y aurait certainement des moments de faiblesse, mais ils seraient capables de les surpasser à deux. A deux, comme ils se l'étaient dit, ils étaient plus forts, ils étaient capables de déplacer des montagnes chacun de leur côté, alors ensembles, imaginez de quoi ils seraient capables ?

Mais en cet instant, ce n'était pas vraiment de montagnes qu'on voulait franchir pour lesquelles on était occupé. On s'était chauffé mutuellement, avec des idées plus que tentantes, à croire que les deux étaient intenables à ce sujet, on apprenait aussi à se connaître sur le plan privé. Elle était complètement ouverte à toute proposition, elle était même plus fantasme que lui au final, et ce côté coquin qu'elle avait, nul doute que cela lui faisait tourner la tête. Mais ils avaient toute la nuit pour se découvrir à ce sujet, pour laisser libre court à leur amour et à leur imagination, et nul doute qu'ils en avaient de l'imagination. Rien que de penser qu'ils pourraient faire cela dans la cité, à l'insu de tout le monde, l'obligeant à se taire alors qu'on lui faisait l'amour, dans l'armurerie par exemple après une mission, dans un couloir, sur un lit d'hôpital. Non, mais vraiment, il ne fallait pas qu'elle lui mette de ces idées en tête on n'allait pas se tenir à force ! :red:

Mais est-ce que vraiment on se tenait en cet instant ? Alors qu'il lui prodiguait une série de massages bien à lui, découvrant sa féminité, la sentant réagir à ses caresses, ou simplement à ses baisers, à sa langue, c'était l'effet désiré, qu'elle lâche complètement prise contre lui. Il sentait parfaitement ses mains dans sa chevelure et cela ne lui faisait que mettre plus d'ardeur dans le feu de la mener à l'extase. On arrivait vraiment pas à se tenir avec elle on dirait, alors qu'on mettait plus d'ardeur dans ces caresses, baisers, massages, la sentant perdre complètement pied contre lui, la sentant se tendre, se cambrer contre lui dans ce râle de plaisir qu'elle émit. La sentant se contracter contre lui, il ne se défila pas en cet instant, la menant à cet extase alors qu'on savourait ce doux nectar provenant d'elle, n'en perdant pas une miette pour ainsi dire. Finissant malgré tout son massage avec quelques derniers baisers alors qu'elle revenait doucement sur Terre, il revint doucement vers elle, un sourire aux lèvres en entendant ce doux murmure.

Son prénom avait toujours une sensation unique quand cela provenait d'elle, en même temps, c'était plus intime n'est-ce pas ? On se perdit dans ces nouveaux baisers féroces, fiévreux, qu'ils s'échangèrent, peut-être qu'il l'avait un peu trop excitée pour le coup, mais il ne s'en plaignit pas du tout, se collant, se frottant contre elle en cet instant, alors que les lèvres se perdaient les unes contre les autres, se perdant dans ce maelström de sensations, d'émotions, d'excitation. On sentait ses doigts dans son dos, laissant certainement des marques, grognant légèrement au moment où elle vint le mordiller dans le cou, Dieu qu'elle le rendait dingue là ! Un nouveau grognement en sentant ses mains sur ses fesses, resserrant cette étreinte entre eux, nul doute qu'il avait envie d'elle, très envie d'elle en cet instant.


"Je réserve mon opinion, il faut plusieurs....Dieu Bethany....représentations pour émettre un jugement."

Non vraiment on allait perdre totalement le contrôle, entre ses paroles, le fait qu'elle soit terriblement chauffée à mort, et ce côté légèrement bestial qu'elle avait en cet instant, lui attrapant la lèvre, lui mordillant l'oreille alors qu'elle accentuait les sensations dans son bas ventre, sur sa masculinité, se frottant aisément contre elle, contre sa féminité, ses mains toujours sur ses fesses. Et dire qu'elle le chauffait d'avantage en parlant des idées qu'il lui avait soumises plus tôt, nul doute que demain matin, elle va l'avoir vidé de toutes ses forces, mais c'était une bonne façon de se vider de ses forces pas vrai ? Il n'était rien contre ce fait, bien au contraire. Les lèvres se rejoignant à nouveau, alors que ses derniers mots, concernant le fait que cette nuit venait à peine de commencer, cela mit tout simplement à terme à toute idée de résistance ou tout self control de sa part. Ou en tout cas, toute part qui voulait simplement profiter encore d'un petit moment câlin.

Non de toute manière, elle était bien trop entreprenante, trop sexy, c'était comme s'il y avait une sorte d'aura, une aura sexuelle ou autre, autour d'elle, à laquelle il ne pouvait résister et qui le commandait de lui faire l'amour, de faire ses quatre volontés. Vu le regard qu'ils s'échangeaient, entre le sien, aussi brûlant et désireux, voilé de passion, et celui de Bethany, complètement désinhibée en cet instant, une prédatrice qui le regardait comme s'il allait être son prochain pique nique, déjeuner, dîner, repas, la gourmandise qu'elle avait pour lui dans ce regard, ce fut bien trop pour qu'au final, on ait le temps de faire la pression.

Une voix rauque en cet instant, le corps frémissant, s'électrisant alors qu'elle le poussait à bout, le poussait à s'unir à elle en cet instant, ou lui faire perdre la raison va savoir, avec les mains qu'elle avait sur ses fesses.


"Pas le temps pour tout ça pour l'instant, je vais te prendre ici et maintenant Major."

Se reculant légèrement, il enleva rapidement le short de bain qu'il avait encore pour le moment, l'envoyant valser sur le côté, avant de se rapprocher à nouveau d'elle. Ecartant ses cuisses, attrapant celles-ci de ses mains, il les plaça d'autorité au niveau de ses hanches, lui laissant tout le loisir par la suite de les placer autour et de le serrer contre elle. Un regard profond, voilé par le désir, alors qu'on se rapprochait du moment de cette union. Il vint de nouveau réclamer ses lèvres des siennes, un baiser fort, passionné, demandeur, alors que plaçant son membre, il effectua un mouvement de bassin, pénétrant dans son antre, petit à petit, un grognement sourd contre ses lèvres, alors qu'il poussait lentement jusqu'à être entièrement en elle.

"Hum....Bethany....Dieu.....Je t'aime chérie..."

C'était si bon en cet instant de ne faire qu'un avec elle, de nouveau, de la faire sienne. Plonger en elle, ne faire qu'un, le corps électrisé par ce contact intime et intense, leur laissant tous les deux de se remettre quelque peu de cette nouvelle union avant que les festivités ne commencent. De légers mouvements de va et vient, lentement, doucement, accélérant par moment, se tenant sur ses coudes pour ne pas qu'elle supporte son poids non plus, le regard ancré en elle, à chaque instant. Il était perdu, perdu en elle, perdu contre elle, il se perdait dans son regard en cet instant, à chaque poussée en elle, à chaque friction de leurs corps, la sentant s'adapter aux mouvements, tous les deux s'accordant sur le rythme à tenir, parfois lent et doux, parfois rapide et brutal. Tous les deux se poussaient à bout là, se perdaient dans ces délectations physiques. Des grognements, gémissements, alors que les lèvres se perdaient parfois les unes contre les autres, sentir son corps contre le sien, sa poitrine contre son torse, et dire que la nuit ne faisait que commencer. On se donnait entièrement à elle en cet instant, se délectant simplement de plonger corps et âme dans l'union de leurs deux corps. Ouais, elle faisait de lui ce qu'elle voulait, petit-ami, copain, amant, sextoy, tout ce qu'elle voulait, et là, elle pouvait demander ce qu'elle voulait, il ne dirait pas non !

Encore heureux qu'ils n'étaient pas attendus sur la Cité pas vrai ? :red:
Image
The only easy day was yesterday

Bethany Brown
Major ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 197
Inscription: 08 Mars 2016, 16:07

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Bethany Brown » 17 Oct 2017, 17:28

Chauffée comme jamais par Marty, Bethany le poussait vraiment à bout, cherchant à savoir ce qu'il voulait là, comment il voulait poursuivre leurs ébats, vis à vis des idées dont il lui avait fait part. Ce massage spécial “Marty” l'avait laissé épanouie, désinhibée aussi, mais elle avait l'impression que c'était surtout lui qui lui faisait cet effet… en tout cas les faits étaient là : allongée toute nue sous lui, dans le sable chaud, Bethany le serrait dans ses bras, caressait et serrait ses fesses entre ses doigts alors que leurs lèvres se retrouvaient pour un baiser enflammé. Ce qu'elle venait de lui proposer : de mettre en application ses fantasmes, cela sembla retirer le peu de volonté qu'il eût encore ou peut-être qu'il n'en pouvait plus de la voir ainsi offerte, aussi attirante…
Marty se redressa et retira en 4eme vitesse sous short, ce qui la fit sourire très amusée et la laissa plus qu’enthousiaste quant à la suite. Oui Marty s'était très bien débrouillé avec sa langue mais ce n'était pas comparable à l'union de leurs deux corps, le retrouver se retrouver finalement l'un et l'autre intimement. Ce qu'il dit, qu'il allait la prendre là, aurait pu la choquée, mais entre eux en ce moment, à cet instant précis, cela la fit juste frissonner d'appréhension et d'envie.
Il la dit doucement rire alors qu'il revenait à elle, enfin débarrassé de ce vêtement superflu avant de la surprendre en attrapant ses cuisses vivement pour se replacer au plus vite. Nul doute que là il n'était plus question d'autre chose que de faire l'amour là, sur cette plage, comme il lui avait plutôt…
Alors qu'elle suivait le mouvement et enroulait ses cuisses autour des hanches de son amant, Bethany ne put s'empêcher de venir lui mordiller sensuellement les lèvres avant de chaudement lui murmurer qu'il allait finalement pouvoir lui faire l'amour sur cette plage, avant qu’elle ne se taise sous le baiser autoritaire de Marty qui lui arracha un grognement… ou est-ce que cela fut lorsqu’elle le sentit là, entrer en elle…
On entendait le bruit des vagues qui venaient lécher le sable chaud, les cris des oiseaux au loin, c’était un cadre idéal pour faire l’amour, elle ne donnerait pas tort à Marty sur ce point.
Bethany cessa le baiser en se tendant un instant en le sentait progresser, venir en elle, lentement, doucement…
Les paroles qu’il prononça, cela la toucha beaucoup et la fit quelque peu redescendre sur terre : elle savait qu’il l’aimait, pour de vrai oui, elle commençait à en être persuadé. Lui caressant la joue, elle vint effleurer ses lèvres et y déposer un tendre baiser avant de se mettre à grogner doucement tandis qu’il commençait ses vas et vient. C’était trop bon, trop puissant d’un côté pour qu’elle ne prononce un seul mot : Marty lui avait demandé de se laisser faire, de se perdre dans un océan de plaisir, et loin de résister, c’est exactement ce qu’elle était en train de faire. Là, pour faire plaisir à Marty, continuer sur cette voie, Bethany le laissa maitre de tout : la position, le rythme, et cela fut d’un plaisir sans nom, mais il fallait reconnaitre qu’il l’avait poussé à bout, loin dans ses retranchements pour la peine.
Son corps se mit rapidement au diapason de celui de Marty, accompagnant ses gestes, accentuant leurs unions par moment, ce qui lui arracha quelques longs gémissements de plaisir avant qu’il ne calme le jeu et ne prenne son temps. Sous ce déluge de plaisir, cette alternance de rythme, mêlant douceur et vigueur, elle céda à la douce sensation de plénitude et de félicité.
Posant sa main sur la joue de Marty, elle se mordit la lèvre inférieure, mais en pure perte car le long coup de reins de Marty lui arracha un gémissement de plaisir qu’elle vint taire en frémissant contre ses lèvres. De le voir la dévisager ainsi, de pouvoir voir son visage s’épanouir sous cette tignace blonde, cela valait tous les trésor du monde selon elle et en cet instant où elle avait réellement l’impression d’être perdue dans un océan de plaisir, nul doute qu’il put se délecter de la voir aussi naturellement abandonnée sous lui. Elle sentait sa poitrine se balancer au rythme de Marty, frôlant son torse à chaque aller-retour qu’il effectué en elle. Il jouait avec elle, se jouait d’elle, changeant le rythme, la profondeur, oui : il faisait tout pour faire durer l’acte, mais il fut un moment ou ce fut trop fort, bien trop fort pour elle…. Ou pas assez !
Ni tenant plus, après des allers-retours qui la mirent au supplice, (et cela s’entendit fortement :red: ) elle riva ses yeux dans les siens avec un air de presque lui dire de l’achever… enfin presque, car violement elle lui attrapa les lèvres des siennes, forçant le barrage pour un baiser brutal, très raccord avec les violents coups de reins de Marty, et, de ses mains sur ses fesses fermes, les griffant légèrement dans l’action, elle l’encouragea à continuer ce rythme. Tandis que sa respiration se faisait chaotique, elle avait de plus en plus de mal à garder les yeux river dans les siens. Gémissant à chaque respiration, elle finit par fermer les yeux et venir réfugier sa tête contre la chevelure de Marty. Délaissant ses fesses pour l’enserrer de ses mains, ses jambes autour de ses hanches, Bethany eut le souffle court, et bientôt les gémissements laissèrent place à un silence juste entrecoupé de bref soupir chaotique avant qu’elle ne finisse par se tendre d’un coup, le serrant contre elle, échappant alors qu’un puissant orgasme la tétanisait dans ses bras un long gémissement de plaisir franchi ses lèvres, suivit de d’autres à chaque dernier coup de reins de Marty en elle.
Bethany n’en revenait pas tan cela avait été intense…Cela avait toujours été intense, enfin cela ne faisait que la cinquième fois qu’ils faisaient l’amour donc il serait difficile de juger, mais pour ces fois-là, chacune avait eu un gout particulier et une intensité remarquable. Alors que l’orgasme la laissait pantoise, elle s’étira doucement mais sans chercher à s’éloigner de lui, bien au contraire.
—Oh oui… oui, oui oui♥ ! La… c’était… c’était vraiment vraiment ahurissant. Parfait.Tu sais quoi? Je crois que j'adore quand tu me fait l'amour sur la plage!
Ses lèvres virent chercher celles de Marty avant qu’elle ne se mette doucement à rire, portée par ce bonheur d’être là avec lui, qu’on s’entende si bien et qu’on soit finalement si compatible. Fermant les yeux, l’air totalement détendue et heureuse, Bethany vient l’embrasser de nouveau avant de pousser un long et profond soupir de plaisir en calant son front contre le sien. C’était un tout : qu’il l’ait poussé à bout, qu’ils aient décidés de tenter le tout pour le tout, qu’elle se sente tellement en confiance et en sécurité dans ses bras, amoureuse finalement d’un homme qu’elle avait mis beaucoup de temps, trop peut-être à voir. Et en cet instant, elle le regretta, avant de se dire qu’ils n’étaient surement pas prêts, enfin elle surtout, mais maintenant tout était différent et elle l’embrassa en ronronnant presque ne voulant pas le lâcher pour la peine avant de rire en le serrant dans ses bras. Oui, c’était son Marty, et là sur cette plage, elle ne voulait rien d’autre.
Image

Martin Deeks
Sergent Chef ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 176
Inscription: 28 Juin 2017, 21:31

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Martin Deeks » 17 Oct 2017, 18:12

Image


Cité d'Atlantis - Continent


Là, sur cette plage, rien qu'eux. Un moment opportun, un moment unique entre eux, alors qu'ils s'unissaient à nouveau. Dans la plus pure des traditions. Elle l'avait poussé à bout, énormément, il avait perdu le peu de contrôle qu'il avait encore sur lui, sur ses envies, et il l'avait fait sienne. De nouveau ne faisant qu'un avec l'autre. A chaque fois on avait l'impression que c'était la première fois qu'ils faisaient l'amour, tellement c'était intense entre eux. Les regards qui se prolongent, les caresses, l'entendre gémir contre lui alors qu'il entamait cette danse érotique entre leurs deux corps. On alternait, rapidité, efficacité, lenteur, douceur, de longs et lents coups de rein, la pénétrant profondément ou accélérant le rythme pour lui faire perdre la tête. Oui, il savait qu'elle s'était complètement abandonnée à lui, en cet instant, auparavant, durant leurs préliminaires, pour autant, il n'en était pas rassasié.

Rassasié d'elle en cet instant, on se perdait dans son regard, dans leurs caresses, dans ses gémissements, alors qu'il grognait, gémissait également de temps à autres. Le sien, brillant de mille feux en cet instant, émerveillé par la vue et de sa chère et tendre allongée sous lui, épanouie, heureuse, se laissant bercer par l'union de leurs deux corps. Par moment, on ralentissait le rythme, pour mieux profiter de ces regards entre eux, pour mieux s'embrasser à nouveau, se délecter de l'autre, avant de reprendre un rythme plus soutenu, s'enfonçant plus profondément en elle, se serrant contre elle, une main sur ses cuisses, la serrant contre lui, accentuant leur union, on se perdait aussi là en cet instant, entre eux, il se perdait en elle, complètement sous son charme, sous ses charmes.

Un regard fiévreux, à chaque pause, à chaque recommencement, l'entendant parfaitement au travers de ses gémissements, cris, on faisait bien de faire ça sur la plage pas vrai ? :red: les regards se croisèrent, avant que les lèvres ne se rejoignent brutalement, férocement, la passion prenant le dessus désormais. S'enfonçant plus durement en elle, plus profondément, des coups de reins brutaux, secs, on avait compris le message. Ne ralentissant pas le rythme, sentant également sa fin venir, on avait un peu trop fait monter la pression en cet instant, on se perdit contre elle, dans son cou, de légers mordillements sur sa peau, sentant ses mains lui griffer les fesses ce qui lui arrache un grognement pour le coup. Il lui en mordit l'épaule pour le coup, avant de laisser ses lèvres embrasser l'endroit meurtri alors que le rythme s'accélérait de nouveau, la fin s'approchant. Des coups de rein puissants, imposants, cela devenait chaotique, alors qu'on la sentit une nouvelle fois se tendre contre lui, après bon nombre de soupirs qui le poussaient à bout, l'excitant énormément, se serrant contre elle, la sentant se contracter contre lui, il gémit également quand elle cria, ne s'arrêtant pas avant de se sentir défaillir également. Un dernier coup de rein puissant, profond, s'enfonçant au plus profond d'elle avant de se libérer dans un râle expressif, un gémissement, son prénom sur le bout des lèvres, relâchant totalement la pression, se vidant en elle une nouvelle fois.

A chaque fois, c'était différent, à chaque fois plus intense que jamais, la situation peut-être ? Leur côté joueur ? Leur excitation ? Va savoir, toujours est-il qu'à chaque fois, c'était comme un renouveau, on n'avait jamais été aussi....entreprenant ou plutôt joueur et taquin au lit, on n'avait jamais perdu autant le contrôle qu'à cet instant. Quelques derniers mouvements plus lents, alors qu'on reprenait doucement sa respiration, ayant encore du mal à redescendre sur terre finalement, pour autant, on ne bougeait pas. S'aidant simplement de ses coudes pour éviter qu'elle ne supporte son poids, sa tête, encore plongée dans son cou, dans sa nuque, sur son épaule. Se redressant quelque peu, le visage surtout pour lui faire face, il sourit amusé quand elle parla que ce fut ahurissant. En effet, il n'avait pas vraiment de son côté de mots pour décrire cela. Les lèvres se retrouvèrent, pour un baiser plus doux, plus tendre, encore sur ce petit nuage qu'était l'extase au final.


"Ca va finir par être suspect si à chaque fois que je dois te faire l'amour, on doit venir sur cette plage. Mais je prends note. Et je dois dire que c'est la première fois que c'est aussi......waouh......tu me fais perdre totalement le contrôle tu sais ça ?"

Un nouveau baiser, avant de caler leurs fronts, un sourire aux lèvres, un sourire heureux, épanoui, alors que les lèvres se retrouvaient comme aimantées les unes aux autres finalement, la laissant l'entourer de ses bras, profitant de cette étreinte entre eux, énormément, visiblement, ils avaient bien du mal à redescendre de leur nuage. Un nouveau baiser, ne voulant pas quitter ce petit cocon entre eux, ce cocon parfait qui existait depuis quelques heures finalement. Oui, sur le plan physique, ils étaient plus que compatibles, mais il n'y avait pas que ça qui entrait en compte en cet instant, l'amour entre eux. Un amour qui avait grandi pendant quelques années. Est-ce qu'ils avaient été trop longs ? Certainement pas, auparavant, certainement qu'aucun des deux n'étaient encore prêts à se lancer dans cette nouvelle aventure, mais là, on dirait bien que oui. Un sourire émerveillé, le regard pétillant en la regardant, passant tendrement une main dans ses cheveux.

"Promis, toute à l'heure c'est toi qui dominera la partie, après tout, c'est à toi d'être aux commandes, Major."

C'était dit sur le ton de la plaisanterie, mais avec ce petit côté malicieux, et tendre, il suffisait de voir son regard pour le comprendre. Pour comprendre qu'il n'avait aucun mal à se retrouver sous elle, à ce qu'elle le domine, à ce qu'elle décide d'eux, de ce qu'ils feraient. Bien au contraire, il était très fier de ce qu'elle était, de tout ce qu'elle avait parcouru, et nul doute que dans leur relation, il serait la ménagère et ce serait elle qui porterait la culotte à tous les coups. Mais c'était le signe qu'on n'avait rien contre le fait qu'une femme vous soit supérieure pas vrai ? Un nouveau baiser tendre, profitant de ce câlin amoureux, après cette séance crapuleuse entre eux alors que le soleil se couchait lentement, non vraiment, on préférait quand on passait des journées comme ça, qu'à s'engueuler.

"Tu sais, je pensais à un truc. Construire une cabane ici, pour nous, quand on aura quelques jours de congés, sans pour autant forcément revenir sur Terre. Pour qu'on se retrouve à deux, profiter l'un de l'autre, la mer, le sable, toi, moi, et ce joli bikini qui malheureusement cette fois a du être mis de côté, je n'aurais pas voulu l'abîmer tu vois. Pas de Sergent, pas de Major, juste Bethany et Marty, Marty et Bethany....comma ça tu pourras crier autant que tu veux chérie !"

Faut dire qu'elle était assez expressive durant l'acte, et nul doute qu'on appréciait grandement, cela s'était senti non durant l'acte ou il fallait une autre démonstration plus tard ? :red:
Image
The only easy day was yesterday

Bethany Brown
Major ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 197
Inscription: 08 Mars 2016, 16:07

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Bethany Brown » 17 Oct 2017, 21:05

Tous les deux semblaient perdus dans le contre-coups de cet acte, de cette extase, de cet amour entre eux qui s’était exprimé de la plus belle des façons.
Sur une plage désertique du continent de Lantia, Marty lui avait fait l’amour avec une telle passion, une telle ferveur, qu’elle ne pouvait douter qu’il l’aimait. Ce regard qu’il posait sur elle, admiratif, avec ces petites étoiles dans les yeux… non, elle ne doutait plus qu’il l’aimait et honnêtement… elle ne voulait plus jamais s’en passer, elle ferait son maximum pour que ça marche entre eux.
Tandis que Marty tentait péniblement de revenir à la réalité, elle glissait langoureusement ses mains dans son dos, le cajolais doucement, profitant encore de cette bulle de béatitude entre eux. Il lui sourit et elle sourit en retour avant qu’ils se s’embrassent tendrement, mais il avait raison : on allait éviter de venir ici pour faire l’amour…Attendez : elle ne comptait pas se retrouver au pain sec et à l’eau non mais !
—Je suis complétement d’accord, et maintenant que tu y as gouter t’a envie de t’en passer pendant des jours ... et des jours… et des jours… ?
Non par ce que s’ils ne devaient plus coucher ensemble qu’ici, ça allait vite la faire disjoncter elle ! En tout cas la fin de sa phrase la laissa quelque peu dubitative. Qu’est-ce qu’il entendait par là, c’était bien ou pas qu’il perde le contrôle ?
—Euh… merci. J’espère que c’est un compliment ?
Est-ce qu’elle était allée trop loin ? Est-ce qu’il trouvait qu’elle allait trop loin ? Venant de Marty elle ne pensait pas, en plus, il passait tout son temps à rire, à faire des blagues, non, il donnait l’impression d’être un bon vivant non ? mais elle sut que ses craintes étaient injustifiées quand il posa son front contre le sien avant de lui rendre son baiser.
L’un contre l’autre, Marty dans les bras de Bethany, enfin… entouré de ses bras, de ses jambes, qu’ils étaient bien là. On avait vraiment du mal à en revenir, mais dieu que cela avait été bon ! Et à voir leurs sourires, leurs sourires épanouis nul doute qu’on était tous deux bienheureux en cet instant de félicité.
—Qu’est-ce qu’il y a ?
Marty la surprit en venant lui caresser les cheveux, l’observant avec ce regard qui la faisait se sentir nue, enfin encore plus nue quoi, et qui lui fait baisser le regard quelques secondes. Elle bascula la tête en arrière dans le sable et la secoua en riant doucement : non, il ne perdait pas le nord et il ne semblait absolument pas choqué et c’était tant mieux ! Elle ne disait pas qu’elle n’aimait pas le sexe classique, juste qu’il y avait des moyens de s’amuser… même au lit !
—Oh oh oh, monsieur est royal dis donc ! Mais tu n’inquiètes pas … j’y comptais bien !
Elle haussa un sourcil en rivant son regard dans le sien avant de déposer un bisou sur sa joue et venir murmurer à son oreille.
—Et puis, dans le jumper…. Il y a justement… des commandes !
Et non, qu’il se rassure elle ne comptait pas repartir de suite, là, elle voulait juste profiter de lui pour un câlin, un vrai câlin tendre, car sous son armure de badasse, elle n’en restait pas moins une femme qui avait envie d’être choyée… de temps en temps, enfin cela se voyait surtout avec lui.
Il y a quelques mois encore, avant le retour de Marty, avant de sortir avec lui, avec les autres hommes c’était bonjour/bonsoir, un verre, une petite aventure complétement détachée et surtout aurevoir et à jamais. Alors quand on la voyait maintenant, ayant accepté ses sentiments envers Marty, de lâcher prise, de jouer le tout pour le tout avec lui… il y avait du grand, du très grand changement pour elle. Mais ça c’était parce qu’elle voulait changer. Elle ne voulait pas se réveiller un jour en se disant qu’elle avait raté sa chance, qu’elle était malheureuse par sa faute. Elle ne voulait rien regretter et qui sait, peut-être qu’un jour elle se réveillerait en sursaut dans les bras de Marty alors que leur enfant les réveillerait en sautant sur le lit. Il n’y avait pas à dire, les enfants… cela lui faisait peur, mais elle se disait aussi qu’à un moment donné, il arriverait bien un moment plutôt ou son tic-tac interne se déclencherait et peur ou pas… elle voudrait un bébé. De lui. Il était si tentant et si simple d’imaginer la vie avec Marty. Il était si facile à vivre, si adaptatif, si gentil et drôle, qu’elle sentait que vivre avec lui, ce serait vivre une vie épanouie et heureuse. Mais pour l’instant on allait se contenter de ce qu’on avait : quelques heures par jour ou pas semaine, un comportement professionnel quand on serait en public ou dans les zones communes de la cité, et pour le reste, on verrait bien le jour où cela changerait, mais pour l’instant aucun tic-tac, pas de bombe à désamorcer !
—Oui quoi ?
Elle l’écouta avant de secouer à tête et rire.
—ça veut dire quoi ? T’essayes de me faire passer un message ? Genre je suis trop bruyante ? Non mais vraiment ! Je suis pas aussi bruyante que ça *rire* …Non…. Non….. Si ?!
Elle le repoussa doucement, jusqu’à ce qu’ils se retrouvent assit face à face et qu'elle le regarde avec une expression perdue entre la consternation et l’horreur.
—Attends… je suis « vraiment » aussi bruyante que ça ?
Elle ferma les yeux en se décomposant et vient pendre son front entre ses mains.
—Oh mon dieu… dis moi que j’ai fais autant de buits que ça sur la cité tout à l'heure...
Si c’était le cas, cela allait virer au cauchemar : ses voisins allaient vite se poser des questions ! mais non, tout à l’heure, elle n’avait pas été des plus bruyantes et personne en dehors de la chambre n’avait rien entendu qu’elle se rassure.
Bethany n’en revenait pas. Oui bon, c’est vrai qu’elle se laissait aller avec lui, mais de là à être « trop » bruyante, elle était morte de honte. Ça allait être compliqué sur la cité… comment ils allaient faire ? Bon, on allait devoir réfléchir posément et il y avait surement des façons d’atténuer les bruits : se recouvrir d’une couverture, lui faire l’amour la tête dans le coussin, jouer avec leurs mains, ou cette fameuse histoire de baillons… Bethany se disait qu’ils trouveraient bien une solution pour ne pas se faire griller sur la cité, sans que cela se réduise à ne devoir le faire que lorsqu’on serait ici… ça risquait d’être problématique ! Au pire, elle se laisserait moins aller ou on pourrait essayer de ne pas faire du tout de bruit…
Elle repassa ses mains sur son visage avant de les glisser dans ses cheveux et regarder Marty, mortifié pour le coup.
—Ça, c’est un détail qui risque de nous faire choper et…
Voyant l’air de Marty, elle attrapa son visage entre ses mains et se redressa doucement à genoux pour poser son front contre le sien.
—Attend, Bébé! Je dis pas que je veux qu’on arrête ok ? Non… j’ai vraiment envie que ça marche entre nous deux, vraiment.
Elle posa ses lèvres sur les siennes avant de glisser ses bras autour de son cou et de venir se lover contre lui.
—Traites-moi d’égoïste… mais je ne veux pas être séparé de toi…
Elle renifla son odeur si apaisante avant de soupirer contre lui et finir par se reprendre.
—Va falloir trouver des solutions…
Elle se redressa doucement, juste pour mettre son visage en face du sien et sourit alors qu’il la rassurait. On trouverait bien des moyens, il faudrait juste faire des tests !
—On gardera peut-être les positions très érotiques pour les moments où on sera ici. Ou chez moi sur Terre… ou à Bali. J’ai toujours rêvé d’aller à Bali. Ça te tenterais pas ?
Elle baissa la tête un instant, avant de la relever avec un sourire ennuyé.
—J’ai paniqué c’est ça ? Désolé….
Elle l’observa, prit une grande et longue respiration, chassant ses idées noires, tout, advienne que pourra de toute façon, car elle ne se séparerait pas de lui, elle avait assez souffert pour savoir qu’elle ne voulait pas se passer de lui.
—C’est une très bonne idée, cette cabane sur la plage.
Elle s’imagina cela et sourit.
—Avec un cercle de pierre devant pour faire des feu de camps, des marshmallows grillés, oui, ça pourrait le faire c’est vrai.
Image

Martin Deeks
Sergent Chef ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 176
Inscription: 28 Juin 2017, 21:31

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Martin Deeks » 18 Oct 2017, 10:00

Image


Cité d'Atlantis - Continent


Pardon ? Quoi ? Qu'est-ce qu'elle disait là ? Comment ça s'en passait ? Ah mais non, ah mais pas du tout. Comme s'il avait envie de s'en passer, elle était dingue ! Qu'est-ce qui lui prenait dire ça franchement ? Non mais il n'allait pas tenir franchement si elle le faisait patienter jusqu'à ce qu'ils reviennent ici. Ca allait mal finir, à un retour de mission, nul doute que l'armurerie servirait justement pour autre chose que ranger des armes. Il secoua légèrement la tête, non vraiment, on se demandait où est-ce qu'elle allait chercher ce genre d'idées ou alors c'était ce qu'elle avait compris dans ce qu'il avait dit.

"Quoi ? Sérieux ? S'en passer ? Non mais tu fais ça, ça va finir par que je vais te faire l'amour dans l'armurerie tu sais en rentrant d'une mission ?"

Enfin pour le moment, il sourit amusé, bien sur que c'était un compliment voyons. Elle croyait que c'était quoi sinon ? S'il disait ça, c'était justement parce que c'était elle qui lui faisait perdre le contrôle, pas une de ces anciennes petites amies ou autres, juste qu'avec elle, c'était plus fort, plus intense. Enfin difficile vraiment à exprimer en fin de compte, juste qu'elle était la personne ayant plus d'influence sur lui que n'importe qui.

"Non je dis ça juste pour t'embêter, bien sur que c'est un compliment. Ce que je veux dire, c'est simplement qu'avec toi.....c'est simple de se laisser aller. Que cela ne m'ait jamais arrivé auparavant."

Mais pour le moment profitons de cet instant câlin, bien que malgré tout on ne pouvait s'empêcher de toujours en rajouter des couches, notamment en lui parlant de lui laisser les commandes. Grognant légèrement quand elle murmura ces quelques mots à son oreille, et voilà, elle allait encore lui mettre de drôles d'idées dans la tête. Bon en même temps, elles étaient déjà là depuis un moment.

"Oh ? Tu préfères jouer avec les commandes du jumper alors ? Je ne te savais pas porter sur ce genre d'objets. Non mais après, si c'est parce que tu n'avais pas encore trouvé la perle rare, c'est à dire moi, je comprends, ne t'en fais pas chérie, mais quand même, tu sais, qu'il y a des objets plus conventionnels sur Terre pas vrai ?"

On se moquait d'elle, légèrement, un peu, tout en la câlinant bien entendu. De toute façon malgré qu'ils soient en couple, pour autant, leurs chamailleries n'allaient pas s'arrêter, loin de là, cela prendrait juste une toute autre tournure. Actuellement autant on la taquinait, autant on profitait pour la garder dans ses bras, l'un contre l'autre. On adorait quand elle montrait cette façade plus féminine, une façade qu'il était seul à voire et qu'il comptait bien chérir. On ne savait pas ou tout ceci allait les mener, il espérait très loin, faut dire qu'il avait déjà des rêves de grandeur en quelque sorte, mais ils allaient y aller au pas. Un pas devant l'autre, sans se presser. Il fallait déjà accorder le travail avec la vie privée et sur la Cité, parfois cela pouvait être compliqué. Pour autant, il ne doutait pas, que malgré le fait qu'il y aurait certainement des engueulades entre eux, c'était deux fortes têtes, ils arriveraient à se rabibocher....Dans un coin de la cité, dans le noir.....Hum.....

Mais pour le moment, pas le temps d'apprécier d'avantage, qu'elle le repoussa et qu'il s'installa tranquillement dans le sable, un sourire amusé. Non vraiment ? Elle ne s'était pas rendue compte qu'elle avait crié franchement ? Et la voilà qui paniquait. Il ne suffisait de pas grand chose, en la voyant se prendre le front dans ses mains, avant de déjà imaginer le pire. En plus, ce ne fut pas comme s'il eut vraiment le temps de dire quoi que ce soit, elle était déjà en train d'imaginer tout ce qui avait pu se passer sur la cité, et si c'était vrai, et si c'était arrivé, comment ils allaient faire. Est-ce qu'elle se rendait compte qu'elle paniquait au final ? Pour pas grand chose. Enfin si, quelque part, mais ici, elle pouvait crier franchement.


"Chérie...."

Tu parles, elle était déjà partie dans son délire, on pouvait dire ce qu'on voulait, elle n'écoutait pas. Autant attendre patiemment qu'elle revienne vers lui. Par contre quand elle parla de la cité et du fait que ça risquait de les faire choper, attends....elle ne comptait quand même pas le mettre au régime sec pas vrai ? Ou alors que tous les deux ils arrêtent avant même de commencer pas vrai ? Elle n'allait pas lui faire de nouveau le même coup non ? Vu l'air surpris et quelque peu choqué qu'il eut, nul doute qu'elle essaya de le rassurer à sa manière. Mais pour le moment, on se contenta de l'entourer de ses bras alors qu'elle passa les siens autour de son cou, la serrant tendrement contre lui, leurs lèvres se retrouvant.

Sur le coup, elle lui avait fait peur quand même, très peur, alors on se contenta de la serrer dans ses bras, lui non plus ne voulait pas se séparer d'elle, cela gênerait quand même quelques personnes s'ils ne se lâchaient pas vous me direz, mais en privé, on pouvait rester dans les bras l'un de l'autre pas vrai ? Enfin, on la laissa terminer son petit speech, notamment quand elle comprit qu'elle avait un peu trop paniqué pour le coup. La regardant, lui souriant tendrement, alors qu'ils se fixaient amoureusement, peut-être qu'il faudrait mettre un terme à ce supplice qu'elle s'imposait.


"Tu as paniqué oui. Et ne t'en fais pas Sunshine, sur la Cité, disons que ton cri a été étouffé sur moi, ou alors c'était mon épaule, disons que personne n'a entendu. Et ne me refais plus jamais cette peur là d'accord ? Sur le coup, j'ai cru que tu voulais de nouveau qu'on se sépare. Alors qu'on vient à peine de se trouver ! Et franchement ? J'ai pas envie de te lâcher non plus. Bon, ça risque de faire désordre si on ne se lâche plus pour aller en mission, t'imagine, des siamois ! Et comment je fais moi après pour te faire l'amour ?"

On taquinait, on plaisantait, ouais, elle avait vraiment bien paniqué. Quant aux solutions qu'on avait pour la Cité, il en avait déjà quelques unes en tête à vrai dire, et ça virait à quelque chose de très coquin pour l'occasion. Il y avait toujours cette histoire de bâillon n'est-ce pas ? Non, on ne l'avait pas oublié ce bâillon, bien au contraire. Un sourire malicieux pour le coup, on trouverait de quoi pour que ce soit moins.....bruyant voilà tout. Car il ne comptait pas vivre simplement d'eau fraîche avec elle, il ne résisterait pas à la tentation.

"Il y a toujours cette idée de bâillon après tout. Pour le reste, je pense que quelques expériences s'imposent en rentrant, dans un but totalement scientifique bien entendu."

Enfin voilà qu'on parlait maintenant de positions érotiques, de voyage sur Terre, d'aller à Bali, on changeait rapidement de sujet. Pour les positions, elle respirait l'érotisme franchement, enfin pour lui, elle était l'érotisme incarnée, c'était parce qu'il se restreignait en quelque sorte sinon nul doute qu'il en baverait....ou pas.

"Bali ? Jamais été, si on peut avoir au moins une semaine de perm sur Terre, je pense que ça peut être faisable."

Ne revenons pas sur le sujet des positions, enfin pour le moment, de toute façon, rien que de lui faire l'amour pour lui c'était érotique, on allait juste peut-être devoir calmer ses ardeurs sur Atlantis voilà tout. Pour le moment de toute manière, ils n'étaient pas encore rentrés pas vrai ? Alors on se contenta de la serrer contre lui, déposant un baiser sur son épaule, avant de déposer un baiser sur sa joue puis de venir prendre tendrement possession de ses lèvres. Ils avaient le temps pour s'adapter sur la cité, et ils n'avaient peut-être pas besoin de revoir tout le kama-sutra non plus. Quoi que ce serait une idée !

"Mais après, si t'as l'intention qu'on teste toutes les positions du kama-sutra sur la cité, on trouvera une solution pour éviter le bruit, et je serais doux comme un agneau....enfin au début, avant que je n'arrive plus à tenir avec toi dans mes bras."

En tout cas son idée de cabane avait l'air de plaire, ce serait une idée. Un léger sourire, pourquoi cela ne l'étonnait même pas qu'elle pensait à manger déjà là ? Oui, on lui préparerait ce petit coin pour faire un feu et faire griller des marshmallows, nul doute, que si ce n'était pas là, elle lui ferait la tête. Même si ce n'était pas vraiment la première chose qu'il lui venait en tête concernant cette cabane. En tout cas, on ne la lâcha pas, la gardant contre lui, les bras autour d'elle, tendrement, la fixant avec ce regard rempli d'amour. Un regard qu'il avait bien caché ces trois dernières années non ?

"Sûre ? Ce sera notre petit coin de paradis. Certes, je doute que ça ressemble à Bali, mais bon, au moins ça sera à proximité, et ce sera plus pratique pour venir aussi. J'imagine mal expliquer au Colonel qu'on a décidé de partir sur Terre parce que j'avais envie de tester la position n°85 du bouquin et qu'on allait faire du bruit ! Bon et je pense aussi, que de temps en temps, nous éloigner un peu du boulot, nous fera pas de mal. Pas de balles, pas de zombies, pas de McKay !!! Juste toi, moi, et ton corps sublime qui réclame toute mon attention !"
Image
The only easy day was yesterday

Bethany Brown
Major ~ Atlantis
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 197
Inscription: 08 Mars 2016, 16:07

Re: You're not gonna lose me [ FE Bethany ]

Messagepar Bethany Brown » 18 Oct 2017, 19:05

Bethany avait paniqué oui, elle s’en rendait bien compte, il suffisait de voir son air penaud. Elle avait paniqué et elle lui avait fait peur, de nouveau, et ce n’était pas ce qu’elle voulait.
Assise en face de Marty, son menton contre son épaule, dans ses bras, elle se détendait et essayait aussi, par son étreinte de lui faire comprendre que non : elle ne voulait pas qu’ils se séparent. En tout cas, il la rassurait : sur la cité tout avait été ok, diront-nous, après cela, il la fit rire avec son histoire de ne plus la lâcher.
—Ça risque surtout d’être délicat de le garder pour nous si c’était le cas. Et t’imagine ? Pour se doucher, allez aux toilettes, les soirées entre filles… Deeks ? Rassure-toi : je ne veux pas te quitter, mais j’aime mes moments de solitude, mon intimité j’en ai besoin !
Ils étaient en train de plaisanter et elle rit amusée, rassurée et calmé pour la peine. Ils trouveraient des solutions, et justement il avait l’air très partant pour le coup !
—Dans un but scientifique, bien sûr, ou avais-je la tête !
Continuant à parler, elle finit par dire qu’elle avait toujours voulu allez à Bali. Il n’avait rien contre ? Il faudrait juste se débrouiller pour avoir des perms en même temps.
—Ah… j’avais pas pensé à ça. Faudra trouver le moyen de faire correspondre nos perms ouais… car si on y va séparément, cela aura moins de charme je pense !
Elle leva les yeux au ciel quand il commença à partir sur eux testant le Kâma-Sûtra sur la cité. Elle lui mit un petit coup du plat de la main sur le pectoral droit en soupirant.
—T’es vraiment pas croyable tu sais !
Un sourire aux lèvres malgré tout, elle décida de sortir de son étreinte, et se relevant, elle alla chercher quelque chose à boire pour eux deux.
—Rappelle-moi qui voulait tester des positions dans le jumper, dans l’océan…
Elle lui tendit une canette fraiche et vint la poser contre son front un instant avant.
—… contre un arbre hum ?!
Oui non, elle ne disait pas qu’elle était prude, ou qu’elle avait pas pensé à des positions, juste que bon, elle n’était pas toute seule dans cette histoire quand même !
—Et puis, c’est peut-être la même chose avec moi, après tout, ça m’est déjà arrivé dans le passé d’être… bruyante… mais c’était pas ça qu’on me reprochait.
Non, c’était surtout son détachement, le fait que pour elle ce n’était rien, juste une histoire sans lendemain, elle n’avait pas envie de s’embarrasser d’un homme qu’elle n’aimait pas.
Bethany ouvrit sa canette et vint s’installer dans le sable, s’asseyant juste à côté de lui, sa tête venant se poser contre son épaule, avant de se sentir observer et de relever les yeux vers lui. Il n’y avait pas à dire : quand il l’observait ainsi, elle le trouvait encore plus beau, enfin, on se comprenait, enfin, juste que ça, ce regard qu’il portait sur elle, rien qu’en le voyait elle savait qu’elle avait fait le bon choix, et qu’elle ne voulait pas s’en passer.
—je sais pas, je suis jamais allé à Bali…
Elle sourit amusée quand il lui mit en tête cette histoire avec Everett et du Kâma-Sûtra
—Ou la position 34 c’est pareil ! Non mais on va éviter, j’aime bien être chez d’équipe… même si actuellement c’est une équipe de deux…
Enfin tout ça pour dire que je vote pour, cette cabane, cela semble être une bonne idée oui.
Surtout une idée temporaire, mais c’était mieux que rien. Un jour, peut-être qu’ils en auraient assez de se cacher, enfin, si ça marchait entre eux, et elle l’espérait.
—Attend… c’est quand la dernière fois qu’on a croisé des zombis ?!

Petite moquerie car il venait d’en parler ! Elle attrapa son bras et se glissa dessous avant de relever la tête et l’observer avec un regard amoureux. Oui, Marty n’était peut-être pas l’archétype du Seals comme on l’entend : c’était un farceur, une commère, il n’était pas surentrainé, trop musclé, il n’était pas macho dans son comportement… mais c’était pour tout ça finalement qu’elle avait fini par craquer pour lui, par ce qu’il était lui, même si elle était persuadée qu’il adorait faire le ménage, la lessive et autre … et bien ce n’était pas grave, car ce n’était pas du tout son cas à elle ! Peut-être que certains diraient que c’était elle l’homme du couple, mais elle trouvait cet état d’esprit dépassé… et puis c’était faux. Il pouvait se montrer autoritaire, prendre des décisions et autres, juste que cela ne l’intéressait pas, c’était tout, et il fallait bien de tout pour faire un monde.
Bethany bougea un peu, attrapant la man de Marty dans la sienne, laçant leurs doigts et laissa son regard se perdre sur l’océan qui se parait de magnifiques couleurs alors que le soleil déclinait doucement. Elle s’en foutait des autres et de ce qu’ils diraient. Elle acceptait Marty comme il l’était, elle l’aimait surtout comme il était, pour ce qu’il était. Il lui en avait fallu du temps, mais maintenant, elle le savait. Alors oui, on n’en parlerait pas maintenant, on allait surement pas crier sur tous les toits qu’elle sortait avec lui, ou avec le téléphone arabe de la cité, on dirait qu’elle s’amusait à mettre ses subordonnés dans son lit et qu’elle faisait du harcèlement. Non : tan qu’on était pas sure d’où on allait, de si ça marcherait ou pas, et surtout tan qu’on n’avait pas l’envie de s’afficher l’un avec l’autre devant tout le monde, sachant qu’ils risquaient fortement de se voir séparer, elle préférait que cela reste leur secret. Leur secret rien qu’à eux. Le reste viendrait en temps et en heure, quand le moment sera venu.
—C’est magnifique… Et oui, je sais : c’est moi qui t’es poussé à ne pas attendre, c’est bon j’ai compris, mais t’avais vraiment pas l’air contre !
On se chamaillait et on se taquinait encore un peu alors qu’elle se lovait dans ses bras avant de venir finalement s’installer entre ses jambes, son dos contre son torse, entre ses bras.
—Manque pas grand-chose en y pensant : une cabane ça c’est d’accord… mais de quoi pécher, ou chasser, une source d’eau fraiche et ça serait parfait comme villégiature. Ça changerait des plages bondées de L.A ! Et là, c’est sûr que je suis toute à toi.
Elle se lova dans ses bras avant de froncer les sourcils en repensant à quelques trucs qu’il avait dit ou sous-entendus.
—Tu sais… si tu veux qu’on y aille plus doucement… dis-moi le ok. J’ai jamais… j’ai jamais été aussi rapide avec mes ex, mais toi c’est pas pareil. Je veux dire on se connait depuis si longtemps et on se comprend… mais justement… je voudrais pas que pour ça que tu te sentes obligé d’aller trop vite, ou… ou de faire des choses que t’aurais pas envie non plus ! On peut toujours penser à un « safe word » ?
Là, Bethany n’avait pas l’impression qu’il était malheureux, mais qui sait, peut-être qu’il aurait préféré que ça aille moins vite entre eux ? Par ce qu’au final, cela n’avait pas du tout été le cas. Sur Terre, cela avait couvé dangereusement jusqu’à éclater, qu’il lui avoue tout, qu’elle décide que pourquoi pas… et même cette soirée qu’elle avait bêtement imaginé calme, cela avait fini en corps à corps endiablé sur le canapé, le comptoir de la cuisine, le lit… Oui, on avait vraiment grillé un paquet d’étape ! Cela lui était venue naturellement, parce que c’était Marty, son Marty, son coéquipier, ami, meilleur-ami depuis trois ans. Il lui avait trop manqué quand il avait été réaffecté sur Terre, alors peut être aussi que cela y avait joué qu’elle avait été plus audacieuse, pour autant, peut être que malgré ses blagues, son air débonnaire, peut être que Marty, lui, aurait aimé qu’ils commencent par des soirées tranquilles, à regarder la Tv, à apprendre à s’entendre psychiquement avant de passer au plan physique ? Elle ne savait pas, mais quand il avait dit qu’elle lui faisait perdre le contrôle, qu’il n’arrivait plus à se tenir… ou alors peut-être que justement, c’était comme elle : par ce que c’était eux finalement, il y avait cette osmose, cette liberté et cette aisance entre eux, qu’ils se laissaient finalement aller… en tout cas, elle lui laissait une chance là, de lui dire non, car elle ne comptait pas le laisser filer ou lui laissait le loisir de revenir dessus plus tard :red:
Alors que son regard se perdait sur l’océan, Bethany poussa un profond soupir de bien-être en jouant de ses pieds dans le sable, avant d’embêter les pieds de Marty. Cette mise au point ce matin finalement, cela lui avait été bénéfique car hier encore, nul doute qu’elle aurait regardé l’océan là à côté de lui et non dans ses bras, en se demandant comment il allait faire, alors que là, elle se demandait surtout ce qu’ils allaient faire : rester là dans les bras l’un de l’autre, aller manger quelque chose, aller nager sinon ? Bethany évoluait petit à petit, même si lui ne le voyait pas.
—J'aimerais tellement aller surfer... pfff j'ai un peu la haine là. Bon, j'avoue que tu trouve des moyens de m'occuper très intéréssants, mais je serais bien allé taquiner les vagues un peu!
Et voila, on aurait une excuse pour revenir, pour surfer voyons, et si ça dérappait et bien, on était deux adultes concentant, au pire l'un des deux dirait le mot magique pour s'arréter s'il ne voulait pas, encore fallait-il en trouver un! Ananas? Compliqué vu qu'elle adorait les pizzas hawaiiennes... Prestidigitateur? Avant de réussir à le caser celui-là sur la cité, ça pouvait le faire :red: quoique Marty était un bon prestidigitateur car il avait fait disparaitre son bikini sans qu'elle s'en rende vraiment compte...il était fort quand même! :P
Image

PrécédentSuivant

Revenir vers La cité

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron